"Parasite" et la complexité de la traduction des sous-titres

"Parasite", le film sud-coréen qui a décroché la Palme d'Or au Festival de Cannes en 2019, a suscité de nombreuses discussions sur la place des films étrangers dans le cinéma mondial. Cependant, au-delà de son succès, "Parasite" a également ouvert un débat sur la complexité de la traduction de sous-titres, en particulier lorsqu'il s'agit de transmettre des nuances culturelles complexes.

La traduction de sous-titres est un art délicat qui nécessite de jongler entre le respect du dialogue original et la nécessité de le rendre accessible à un public non natif. Pour "Parasite", le défi était encore plus grand : comment traduire les nuances sociales, économiques et culturelles propres à la société sud-coréenne pour un public international ? Comment faire comprendre, par exemple, la différence entre les différents niveaux de langage utilisés par les personnages, qui révèlent leur statut social ?

La traductrice Darcy Paquet a relevé ce défi en travaillant en étroite collaboration avec le réalisateur Bong Joon-ho. Elle a fait le choix de privilégier la fidélité à l'esprit du film plutôt que la traduction littérale. Certains jeux de mots coréennes ont été remplacés par des équivalents en anglais, qui ne sont pas des traductions directes, mais qui permettent de conserver le ton du film.

Toutefois, malgré ces efforts, certaines nuances ont été perdues dans la traduction.

Transmettre des nuances culturelles à travers le sous-titrage est un défi pour les traducteurs, qui doivent non seulement transmettre le sens littéral des dialogues, mais également les connotations culturelles, les jeux de mots, les expressions idiomatiques et les références culturelles spécifiques. Dans "Parasite", les traducteurs ont dû faire des choix difficiles pour transmettre ces nuances à un public international.

Le sous-titrage est un domaine de traduction qui exige une compréhension approfondie de la culture source et de la culture cible. Les mots, les phrases et les expressions n'ont pas la même signification dans différentes cultures. De plus,les traducteurs doivent trouver un équilibre entre la fidélité au texte d'origine et la clarté pour le public cible, tout en restant dans les limites de temps et d'espace imposées par le film.

Un autre défi majeur est la traduction des noms propres et des titres. Dans "Parasite", les personnages se réfèrent souvent les uns aux autres par leurs titres sociaux, comme "Madame" ou "Monsieur", qui indiquent leur statut social et leur relation. Cependant, ces titres peuvent sembler formels ou même condescendants dans d'autres cultures, ce qui peut rendre difficile la transmission de ces nuances.

 

L'impact de la culture

L'impact de la culture sur la compréhension des sous-titres est indéniable et a été illustré en profondeur par le film "Parasite".

En premier lieu, le langage est intrinsèquement lié à la culture d'un pays. Les expressions, les références culturelles, les jeux de mots et même les structures grammaticales peuvent être profondément ancrées dans l'histoire, les traditions et les coutumes d'une culture.

Le contexte culturel peut également influencer la manière dont les sous-titres sont perçus. Dans "Parasite", l'utilisation de symboles spécifiques à la culture coréenne, comme la pierre de paysage, peut être déconcertante pour un public international, sans les explications contextuelles appropriées.

Enfin, il est important de noter que le sous-titrage n'est pas une science exacte. Les traducteurs doivent souvent faire des choix difficiles sur la manière de transmettre le sens original tout en respectant les contraintes de temps et d'espace. Ils doivent également tenir compte de la diversité des publics, qui peuvent avoir des niveaux de compréhension de la culture d'origine très différents.

 

Le traducteur, Darcy Paquet, a fait un travail remarquable pour restituer les éléments culturels spécifiquement coréens

Les limites du sous-titrage dans la transmission de nuances culturelles

Tout d'abord, l'espace et le temps sont des contraintes majeures pour les sous-titres. En raison de la vitesse à laquelle les dialogues sont exprimés dans un film, la durée d'affichage d'un sous-titre à l'écran est typiquement très courte. De plus, l'espace disponible pour le texte est limité pour ne pas obstruer l'image. Cela peut entraîner un condensé, voire une simplification du dialogue original, menant ainsi à la perte de certaines nuances culturelles.

Ensuite, le sous-titrage fait face au défi de la traduction culturelle. Certaines références culturelles peuvent ne pas avoir d'équivalent direct dans une autre culture.

Enfin, le sous-titrage peut également être sujet à l'interprétation du traducteur. Chacun a sa propre compréhension d'un texte, ce qui peut entraîner des variations dans la traduction, affecter la manière dont les nuances culturelles sont transmises, et par conséquent, la manière dont le film est perçu par le public international.

 

Des solutions pour améliorer la transmission des nuances culturelles

Le défi de transmettre des nuances culturelles complexes dans les sous-titres n'est pas insurmontable. De fait, plusieurs solutions peuvent être envisagées.

Tout d'abord, un effort considérable doit être fait sur la formation des traducteurs, afin qu'ils puissent comprendre en profondeur la culture de la langue source. Cela implique une immersion dans la culture, l'histoire, les coutumes et les références sociétales de la langue d'origine. En plus de cela, un traducteur bien formé doit également posséder une connaissance approfondie de la culture de la langue cible pour pouvoir effectuer une traduction qui soit culturellement pertinente.

De plus, les sociétés de sous-titrage pourraient envisager de travailler en tandem avec des experts culturels. Ces derniers pourraient aider à déceler les nuances subtiles qui pourraient échapper à un traducteur, même très compétent. De plus, ils pourraient fournir des suggestions sur la meilleure façon de traduire ces nuances de manière à ce qu'elles soient compréhensibles pour le public de la langue cible.

L'innovation technologique pourrait également jouer un rôle majeur dans l'amélioration de la transmission des nuances culturelles. Par exemple, le développement d'outils de traduction intelligents pourrait aider à identifier et à traduire des expressions idiomatiques ou des références culturelles spécifiques.

Enfin, une autre solution pourrait être de fournir des notes explicatives en complément des sous-titres. Bien que cela puisse interrompre le flux du film, cela pourrait être une façon efficace de transmettre des nuances culturelles sans altérer la traduction des dialogues. Ces notes pourraient être affichées à la fin du film ou être disponibles pour le spectateur qui souhaiterait approfondir sa compréhension.

En somme, alors que le sous-titrage parfait reste un idéal difficile à atteindre, ces différentes solutions peuvent contribuer à améliorer la transmission des nuances culturelles, permettant ainsi à un public international de mieux apprécier des films comme "Parasite".

Le sous-titrage ne peut pas toujours transmettre toutes les nuances culturelles.

Cas d'étude : les sous-titres de "Parasite" et leur fidélité à la culture coréenne

Pour comprendre à quel point le sous-titrage peut transmettre des nuances culturelles complexes, il est utile d'examiner un cas d'étude spécifique. Pour cet article, nous regarderons de plus près le film sud-coréen "Parasite", particulièrement intéressant à étudier, car il est truffé de nuances culturelles sud-coréennes qui peuvent être difficiles à transmettre à un public international par le biais de sous-titres.

Le sous-titrage de "Parasite" a été salué pour sa fidélité à la culture coréenne. En effet, le traducteur, Darcy Paquet, a fait un travail remarquable pour restituer les éléments culturels spécifiquement coréens, tout en rendant le film accessible aux spectateurs internationaux. Par exemple, le film utilise un certain nombre de jeux de mots et d'expressions idiomatiques qui n'ont pas de traduction directe en anglais. Paquet a réussi à les traduire de manière à conserver leur sens et leur humour, tout en les rendant compréhensibles pour un public non coréen.

Cependant, il est important de noter que le sous-titrage ne peut pas toujours transmettre toutes les nuances culturelles. Pour les personnes qui ne sont pas familières avec la culture sud-coréenne, certaines références et allusions peuvent passer inaperçues. Par exemple, une scène dans "Parasite" montrant une femme riche fait référence à une "pluie providentielle". Pour un public coréen, cette expression est une allusion à un terme bouddhiste qui signifie une bénédiction inattendue. Cependant, pour un public international, cette référence peut être perçue simplement comme une métaphore poétique.

Malgré ces limitations, le sous-titrage de "Parasite" a réussi à transmettre une grande partie de la richesse culturelle du film. Cela prouve que, bien que le sous-titrage ne puisse pas toujours transmettre toutes les nuances culturelles, il peut néanmoins jouer un rôle clé dans la diffusion de films d'autres cultures à un public international. Cela nécessite toutefois un travail méticuleux et réfléchi de la part du traducteur, qui doit trouver un équilibre entre la fidélité à la culture source et la compréhension du public cible.