L'apparition de la langue des signes au cinéma dans les années 80

Les années 1980 ont été une période de prise de conscience pour de nombreux sujets sociaux, et l'inclusion des personnes sourdes et malentendantes n'a pas été une exception. Le cinéma a joué un rôle clé dans cette sensibilisation, en abordant des thèmes liés à la surdité. Le film le plus emblématique de cette époque est sans aucun doute "Children of a Lesser God" (1986), qui a contribué à l'introduction de la langue des signes dans le domaine du cinéma.

Ce film, basé sur une pièce de théâtre, raconte l'histoire d'amour entre un enseignant et une femme sourde dans une école pour les sourds. Le film est remarquable car il utilise la langue des signes de manière intensive, les personnages principaux communiquant principalement par ce biais. C'était une première à Hollywood, où la langue des signes était auparavant peu présente.

En plus de "Children of a Lesser God", d'autres films des années 80 ont également intégré la langue des signes, contribuant à sa légitimité. Par exemple, "Mr. Holland's Opus" (1989) présente un personnage principal dont le fils est sourd, ce qui conduit à l'utilisation de la langue des signes tout au long du film.

Cependant, l'apparition de la langue des signes n'était pas seulement une question de représentation. Elle a également soulevé des questions importantes sur la manière dont les films devraient être sous-titrés pour les personnes sourdes et malentendantes. Jusqu'à cette époque, le sous-titrage des films était souvent incomplet. Mais grâce à la sensibilisation accrue aux questions de surdité, les années 80 ont vu une amélioration significative de la cohérence du sous-titrage.

 

Le film

Children of a lesser god : un jalon dans l'histoire du sous-titrage

Avant l'arrivée des films comme "Children of a Lesser God", le sous-titrage au cinéma était souvent mal vu par de nombreux spectateurs. L'industrie cinématographique avait l'habitude de mépriser la surdité, la considérant comme une limitation plutôt qu'un aspect de la diversité humaine. Pourtant, avec la sortie de "Children of a Lesser God" en 1986, cette perception a commencé à changer. Ce film a marqué un tournant dans l'histoire du sous-titrage, en le rendant non seulement acceptable, mais également nécessaire pour une véritable compréhension de l'œuvre.

"Children of a Lesser God" a été l'un des premiers films hollywoodiens à mettre en scène des personnages sourds et à utiliser la langue des signes de manière significative. L'un des aspects remarquables de ce film est l'utilisation intensive du sous-titrage pour traduire la langue des signes en anglais. De cette manière, le film a réussi à rendre la langue des signes accessible à un public plus large.

En outre, le fait que le film ait reçu un accueil critique positif et ait remporté plusieurs prix, dont un Oscar, a validé l'utilisation du sous-titrage comme un outil cinématographique légitime. Cela a ouvert la voie à une plus grande acceptation de la langue des signes dans les films mainstream.

 

L'évolution du sous-titrage au cinéma

Dans les années 1980, l'évolution du sous-titrage a marqué un tournant majeur dans l'accessibilité des films pour les personnes sourdes et malentendantes. Jusqu'à cette époque, la majorité des films étaient doublés dans la langue du pays de diffusion. Cependant, cette pratique excluait effectivement les personnes sourdes et malentendantes qui n'étaient pas en mesure de suivre les dialogues verbalisés. Les années 80 ont vu un changement progressif dans cette approche avec l'introduction plus systématique du sous-titrage.

Ce dernier a été particulièrement influencé par l'essor de la technologie cinématographique, qui a permis de créer des sous-titres plus précis. Avec l'arrivée des ordinateurs et des logiciels spécialisés, le processus de sous-titrage est devenu plus efficace. Au lieu de compter sur une transcription manuelle, les sous-titreurs ont pu utiliser des logiciels pour synchroniser les sous-titres avec les dialogues.

Les années 80 ont également vu l'émergence de nouvelles normes pour la présentation des sous-titres. Par exemple, la plupart des films ont commencé à utiliser une police blanche sur fond noir pour assurer une lisibilité maximale. De plus, l'emplacement des sous-titres a également été normalisé, avec la plupart des sous-titres placés au bas de l'écran.

En outre, cette décennie a été témoin d'une prise de conscience croissante de l'importance de l'accessibilité dans le cinéma. Plusieurs films de cette époque, comme "Children of a Lesser God", ont non seulement utilisé le sous-titrage, mais ont également intégré la langue des signes dans leur narration.

 

L'impact de "Children of a lesser god" sur la communauté sourde

Le film "Children of a Lesser God" a eu un impact significatif sur la communauté sourde, en particulier en ce qui concerne la représentation des sourds et malentendants au cinéma. Avant sa sortie en 1986, les personnages sourds étaient souvent représentés de manière stéréotypée, ou simplement ignorés. Cependant, "Children of a Lesser God" a changé la donne en offrant un portrait réaliste et nuancé des défis auxquels sont confrontés les sourds, tout en soulignant leur humanité.

Marlee Matlin, l'actrice principale du film, est elle-même sourde. Son interprétation de Sarah Norman, une femme sourde qui se bat pour son indépendance et son droit à communiquer à sa façon, a résonné avec de nombreux membres de la communauté sourde. Matlin a également été la première actrice sourde à remporter un Oscar pour son rôle, ce qui a marqué un tournant dans l'industrie du cinéma.

En plus de sa représentation des personnages sourds, "Children of a Lesser God" a également contribué à populariser la langue des signes américaine (ASL) dans la culture populaire. Le film a intégré l'ASL dans son récit de manière organique, la présentant comme une forme de communication légitime. Cela a non seulement permis de sensibiliser le grand public à l'ASL, mais a également validé son importance pour la communauté sourde.

En outre, "Children of a Lesser God" a fait pression sur l'industrie du cinéma pour qu'elle améliore l'accessibilité des films aux personnes sourdes et malentendantes. Le film était disponible avec des sous-titres, ce qui était loin d'être la norme à l'époque. Cela a permis aux spectateurs sourds de profiter du film dans leur langue maternelle.

 

La langue des signes au cinéma : entre représentation et réalité

Bien que "Children of a Lesser God" ait été salué pour sa représentation de la langue des signes et de la culture sourde, il a également été critiqué pour son manque de réalisme. Certains membres de la communauté sourde ont fait valoir que le film présentait une version romancée de leur réalité. Par exemple, le personnage principal, une femme sourde qui refuse d'apprendre à parler, est finalement persuadé de le faire par son partenaire entendant. Cette narrative peut donner l'impression que la langue des signes est inférieure à la parole, ce qui est une idée largement contestée dans la communauté sourde.

De plus, bien que le film ait utilisé des sous-titres pour traduire la langue des signes en anglais, cette pratique a également été critiquée. Les sous-titres ne peuvent pas parfaitement capturer le langage des signes, qui est une langue visuelle et spatiale. Par conséquent, certains aspects ont été perdus dans la traduction. De plus, le film n'a pas sous-titré toutes les conversations en langue des signes, ce qui a pu laisser certains spectateurs dans l'ignorance de certaines parties de l'intrigue.

Malgré ces critiques, "Children of a Lesser God" a ouvert la voie à une plus grande visibilité de la langue des signes et de la culture sourde à l'écran. Il a montré que les films peuvent être un médium puissant pour sensibiliser le public à des questions sociales importantes, comme l'inclusion et l'accessibilité pour les personnes sourdes. Ainsi, même si la représentation de la langue des signes et de la culture sourde dans ce film n'était pas parfaite, elle a néanmoins contribué à faire progresser la conversation sur ces sujets dans le domaine du cinéma.

En plus de