Documentaires

Les saisons : Intelligent


Après avoir parcouru le globe à tire d’ailes avec les oiseaux migrateurs et surfé dans tous les océans en compagnie des baleines et des raies mantas, Jacques Perrin et Jacques Cluzaud reviennent pour ce nouvel opus sur des terres plus familières. Ils nous convient à un formidable voyage à travers le temps pour redécouvrir ces territoires européens que nous partageons avec les animaux sauvages depuis la dernière ère glaciaire jusqu’à nos jours.
L’hiver durait depuis 80 000 ans lorsque, en un temps très bref, une forêt immense recouvre tout le continent. Une nouvelle configuration planétaire et tout est bouleversé. Le cycle des saisons se met en place, le paysage se métamorphose, la faune et la flore évoluent. L’histoire commence… À un interminable âge de glace succède une forêt profonde et riche puis, sous l’impulsion d’hommes nouveaux, une campagne riante.
Les Saisons est une épopée sensible et inédite qui relate la longue et tumultueuse histoire commune qui lie l’homme aux animaux.

  • Réalisateur(s): Jacques Perrin et Jacques Cluzaud
  • Acteurs principaux: les animaux
  • Date de sortie: 27/01/2016
  • Nationalité: Française
Passionnant !

Passionnant !

 

Après s’être consacré à l’espèce animale terrestre (avec « Le peuple migrateur ») puis aquatique (avec « Océans »), le duo de documentaristes Jacques Perrin et Jacques Cluzaud réalise un nouveau long-métrage avec « Les saisons » où ils se consacrent à l’évolution des paysages du continent européen au travers des siècles. Le film suit ainsi aussi bien les paysages et les animaux qui y vivent. Réaliser un film qui ambitionne de raconter 20 000 ans d’histoire des animaux sauvages d’Europe fut un sacré défi pour le duo de cinéastes-documentaristes, qui ont opté pour un scénario le plus ouvert possible (jusqu’au moment du montage final) pour laisser place à l’imprévu, comme le déclare Jacques Perrin : « cela rend d’autant plus délicat le travail de tous ceux qui organisent le plan de travail, préparent le budget, repèrent les décors, travaillent avec les animaux : des scènes entières peuvent disparaître du jour au lendemain, réduisant à néant leurs efforts »

Visuellement splendide, « Les saisons » est un documentaire qu’il faut voir, seul ou en famille, tant l’émerveillement est total. Evidemment, ce film relève de l’exploit technique (avec une qualité d’image stupéfiante) mais il n’y a pas que cela. Dans son approche de filmer des animaux les plus communs qui soient (on y suit une meute de loups, des renards, un combat de cerfs, ou encore des chevaux cendrés, entre plein d’autre), Jacques Perrin veut rendre accessible ce film à gros budget. Se présentant comme un conte merveilleux au début qui nous montre le cycle des saisons, et comment les animaux s’adaptent pour vivre ou survivre. Cette nature, comme vierge est visuellement sublime. Puis, petit à petit, le film nous montre l’arrivée de l’espèce humaine (avec les hommes préhistoriques puis l’ère moderne faite de déforestation). Et dès lors, le conte merveilleux devient noir et nostalgique, en nous montrant le regard (bouleversant) de ces animaux, chassés ou obligés de fuir, provoquant la réflexion du spectateur, sans être moralisateur, autour de notre rapport avec les animaux, qui occupaient la Terre bien avant nous.

« Les saisons » parvient à éviter tous les écueils des productions Disney nature, dont j’avais déjà évoqué les principaux problèmes, à savoir cette fâcheuse manie de vouloir personnifier les animaux (où les cinéastes inventent un nom aux animaux et leur fabriquent des émotions pour leur film). Ici, et comme leur précédents films, le duo Perrin-Cluzaud laisse les animaux exister, sans avoir recours à une quelconque humanisation. Et en même temps, les animaux dégagent suffisamment d’émotion dans leurs mouvements, gestes et regards.Véritable hymne à la nature tout en étant un cri d’alarme pro-écologique, on peut mettre cependant quelques bémols au film, comme ces interventions de l’enfant préhistorique (avec ce rapport humain trop scénarisée et artificiel) qui nous sort du documentaire pour se rapprocher d’une fiction, alors que l’approche documentaire se suffit à elle-même.

 

email
SCENARIO 78%
MISE EN SCENE 85%
PHOTOGRAPHIE 86%
APPRECIATION GENERALE 80%
Vote final

Au final, « Les saisons » est un documentaire beau et passionnant, aussi sublime et contemplatif sur les paysages et les animaux qui peuplent les forêts, que réflexif et intelligent quand au rapport antagoniste de l'homme avec la nature.

Note finale 82%