Documentaires

Les Bleus 2018, au coeur de l’épopée russe : Un documentaire « deux étoiles » (en dvd le 4 septembre)


Un documentaire au coeur de l’équipe de France de football pendant la Coupe du Monde de foot 2018 en Russie , qui l’a mené au sacre mondial 
  • Réalisateur(s): Emmanuel Le Ber, Théo Schuster
  • Acteurs principaux: Didier Deschamps et toute l’équipe
  • Date de sortie: en dvd le 04/09/2018
  • Nationalité: Française

Le 15 juillet dernier, la France basculait dans l’euphorie. L’équipe de France de football est sacrée championne du monde pour la deuxième fois au terme d’une finale épique gagnée contre la Croatie 4-2. Lors de son premier sacre en 1998, Stéphane Meunier et Canal + réalisait un documentaire sur les coulisses de la vie du groupe pendant ce moment unique. A ce titre, « Les yeux dans les Bleus » révolutionnait la manière de filmer les coulisses d’un sport en nous immergeant dans les doutes, l’euphorie et cette force collective qui mena l’équipe de France emmenée alors par Aimé Jacquet jusqu’à la victoire. Un documentaire si apprécié et loué par sa force qu’il fut réadapté dans d’autres sports et d’autres pays. Deux suites des « Yeux dans les Bleus » virent également le jour à l’occasion de la Coupe du Monde 2002, qui a viré au fiasco avec l’élimination des Bleus dès le premier tour.

Alors que la France figurait parmi les outsiders du Mondial 2018 (derrière le trio Allemagne/Brésil/Espagne), la Fédération Française de football a décidé de produire ce documentaire « Les Bleus 2018, au coeur de l’épopée russe », réalisé par Emmanuel Le Ber et Théo Schuster. Ce doc se veut dans la même lignée que son illustre prédécesseur, une immersion au plus près des joueurs, alternant entre des interviews de joueurs ou de Deschamps, des séquences d’entrainement et des morceaux de matchs avec les commentaires de TF1. D’une durée de deux heures, le film commence par le rassemblement des Bleus, suivi des trois matchs de préparation (deux victoires contre l’Irlande et l’Italie, un nul contre les Etats-Unis). Cette première demie-heure nous montre toute la pression et l’attente qui demeure avant le début de la compétition. Le film fourmille de séquences amusantes (deux joueurs pariant sur le but marqué ou non par Ronaldo sur un coup franc ou encore Pogba qui revisionne la victoire à l’Euro 2000), et de chants dans le bus, démontrant une forte alchimie entre les joueurs. Puis, le film nous immerge dans ce camp de base d’Istra et sur ce long chemin qui mènera les Bleus vers la finale.

Certes, « Les Bleus 2018, au coeur de l’épopée russe » rend un hommage vibrant au talent de meneur d’homme Deschamps, qui est porté au nu,  le film manque quelque peu d’aspérités. On aurait voulu voir les « réponses » des joueurs ou de l’encadrement aux critiques émises par la presse après le match piteux contre le Danemark (0-0), les doutes quand aux pépins physiques de certains. Seule une séquence forte où le sélectionneur tacle avec véhémence ses joueurs après la laborieuse victoire de son équipe en match inaugural contre l’Australie (2-1). Le film se termine également trop vite et nous prive des réactions des nouveaux champions du monde. On ne retrouve pas la magie du docu « Les Yeux dans les Bleus », qui avait la particularité d’être filmé souvent en gros plan et caméra à l’épaule. Ici, malgré ses nombreuses qualités et le soin mis pour rythmer le tout, on a parfois l’impression de se retrouver devant un film institutionnel qui ne présente que trop peu d’aspérité. Reste un documentaire qui restera par son aspect historique, et qui gagne à être vu, plus pour son testament sportif que pour ses qualités cinématographiques.

 

email
SCENARIO 64%
MISE EN SCENE 71%
INTERET DOCUMENTAIRE 76%
PHOTOGRAPHIE 71%
APPRECIATION GENERALE 58%
Vote final

Plus formaté et moins spontané que "Les yeux dans les Bleus", ce documentaire qui retrace l'épopée russe reste intéressant de par son intérêt historique et sportif qui nous plonge dans les coulisses de ce groupe "deux étoiles". On reste toutefois un peu sur notre faim quand à son manque d'aspérités et de séquences de vie plus fortes.

Note finale 68%