Nos avis Séries

Penny Dreadful: Premières impressions


Ça n’est pas nouveau, les séries horrifiques ont la côte. Les amateurs de Walking Dead, American Horror Story ou, plus récemment, Salem ne peuvent qu’approuver. Ces derniers seront donc heureux d’apprendre qu’une nouvelle série d’épouvante vient d’être lancée aux Etats-Unis et qu’elle fait déjà forte impression. Penny Dreadful est une série sombre et frissonnante, un fantastique divertissement que je recommande vivement.

Penny Dreadful nous dévoile Londres à l’époque victorienne; une ville terrorisée par un tueur en série notoire et des créatures de la nuit; la ville où vivent Vanessa Ives, Ethan Chandler et Sir Malcom, des personnages aux caractères atypiques, qui vont former une équipe mortelle dans l’espoir de combattre ces créatures. Plus qu’une chasse aux monstres, ces héros cherchent à mener à bien une quête dont les détails nous sont dévoilés parcimonieusement. Que d’intrigues en perspective !

Josh Hartnett, Timothy Dalton et Eva Green

Josh Hartnett, Timothy Dalton et Eva Green

Inspirée d’histoires fantastiques, la série fait se côtoyer parmi les plus grands héros littéraires. Il y en a pour tous les goûts. C’est monstres et compagnie. Docteur Frankenstein, Dorian Gray, des vampires, des araignées, et certains autres personnages littéraires y apparaissent. Spoiler: Dracula se joindrait même à la dance. Intelligemment dirigée, cette fiction d’époque parvient tout de même à éviter l’effet « fourre-tout ». Penny Dreadful n’est, en effet, pas née des mains d’amateurs.

Écrite par John Logan, qui n’est autre que le scénariste de Skyfall et le producteur de Sweeney Todd, la série est produite par Sam Mendes, le réalisateur des noces rebelles ou encore d’American Beauty. Tous deux savent aussi s’entourer. Pour preuve: Juan Antonio Bayona, le réalisateur de l’orphelinat, a participé à la direction des deux premiers épisodes. La collaboration de tels maîtres de l’art résulte en une série délicieusement macabre et esthétique. L’époque victorienne n’a, en outre, pas été choisie au hasard. Elle se révèle visuellement attrayante.

Le casting n’est pas en reste. Eva Green incarne Vanessa Ives, une mystérieuse voyante. Josh Hartnett joue un tireur d’élite, humble et grisonnant. Sir Malcom, interprété par le retraité James Bond Timothy Dalton, est, quant à lui, un homme riche à la recherche de sa fille qui a hypothétiquement été enlevée par des créatures de la nuit. Tous trois forment un trio éclectique. La part belle est faite, tout de même, à Eva Green qui, comme à son habitude et avec beaucoup de facilité, joue de ses grands yeux écarquillés pour envoûter l’audience.

Sur le papier, la série se vend donc par elle-même: crée par John Logan, co-produite par Sam Mendes, et notamment dirigée par Juan Antonio Bayona. Mais ajoutez à cela un casting d’enfer, de la violence dégoulinante d’hémoglobine, du suspens à vous en tordre les intestins et des monstres évidemment terrifiants, la série fait rapidement office d’immanquable. Les deux premiers épisodes sont, pour le moins, alléchants. Penny Dreadful a beaucoup de potentiel. Il faut donc s’attendre à être horrifié, dans le bon sens du terme, à n’en pas douter.

 

email
Scénario 75%
Mise en scène 92%
Acteurs 90%
Ambiance sonore 64%
Intrigue 93%
Appréciation générale 80%
Vote final

Penny Dreadful est une série hautement esthétique et intrigante. Les deux premiers épisodes, en tout cas, ne manquent pas d'intérêt. On en veut plus!

Note finale 82%
Note des Lecteurs
1 votes
81

  • GONCALVES Alexis

    Ca a l’air d’être une série prometteuse, merci de ton article !