Nos avis Ciné

Vie sauvage : Atypique


Philippe Fournier, dit Paco, décide de ne pas ramener ses fils de 6 et 7 ans à leur mère qui en avait obtenu la garde.
Enfants puis adolescents, Okyesa et Tsali Fournier vont rester cachés sous différentes identités. Greniers, mas, caravanes, communautés sont autant de refuges qui leur permettront de vivre avec leur père, en communion avec la nature et les animaux.
Traqués par la police et recherchés sans relâche par leur mère, ils découvrent le danger, la peur et le manque mais aussi la solidarité des amis rencontrés sur leur chemin, le bonheur d’une vie hors système : nomades et libres.
Une cavale de onze ans à travers la France qui va forger leur identité.

  • Réalisateur(s): Cédric Kahn
  • Acteurs principaux: Mathieu Kassovitz, Céline Salette, David Gastou
  • Date de sortie: 29/10/2014
  • Nationalité: Française
Ode à la vie sauvage...

Ode à la vie sauvage…

 

Trois ans après le très bon « Une vie meilleure », Cédric Kahn nous propose une fois encore de plonger dans une vie différente des normes et des conventions sociales. Après la lutte contre des problèmes financiers dans son précédent film, le réalisateur s’intéresse à un fait divers assez incroyable (un père enlève ses deux enfants de 7 et 8 ans et les élèves pendant près de 10 ans dans une vie nomade). Avec son sujet si particulier et si original, ce film avait vraiment de quoi me plaire, et le résultat est convaincant sur certains points, plus laborieux sur d’autres points. 

Commençons par le caractère atypique et singulier de cette « Vie sauvage » qui se démarque des autres films français, non seulement sur son récit (en sortant de l’image véhiculé par un certain cinéma bourgeois parisien) mais aussi sur son style où la nature prend toute sa place dans le processus de mise en scène (comme cette branche d’arbre qui sépare ce plan ci-dessus entre le père et ses deux enfants) en utilisant la caméra à l’épaule de manière astucieuse.

Le film est clairement séparé en deux parties, celle où le père élève ses deux enfants, et une 2ème partie lorsque les enfants ont grandis. Mais l’une des grandes faiblesses du film est de ne pas structurer ses ellipses, ce qui nous perd en chemin à certains moments, on ne se rend parfois pas compte que les enfants ont déjà grandis.

Un récit qui manque d'épaisseur...

Un récit qui manque d’épaisseur…

Mais outre ses ellipses pas assez structurées, c’est surtout son scénario qui manque d’épaisseur en particulier sur sa première partie, la faute au caractère trop bancal du scénario. En effet, sitôt le père élevant ses deux enfants, le point de vue de la mère disparaît bien trop vite pour ne revenir qu’à la fin, de manière assez bouleversante, il est vrai. De plus, le film manque d’épaisseur et ne nous montre que des petits moments de la vie, parfois insignifiant où la tension n’est pas assez forte au lieu de nous immerger dans la problématique d’une vie coupée du monde.

Finalement, la deuxième partie (lorsque les enfants ont grandi et où ils veulent s’émanciper de la vie sauvage) est clairement la plus intéressante du film, même si elle ne représente qu’un quart du film. L’interprétation de Mathieu Kassovitz est plutôt convaincante mais pas mémorable, il fait le job comme on dit (même s’il a refusé de faire celui de la promo suite à un conflit avec le réalisateur), mais c’est surtout Céline Salette, en mère éplorée et désespérée, agaçante au possible au début, touchante à la fin qui s’inscrit dans la marque de ce film atypique, porté également par des décors extérieurs sublimes, filmés avec douceur et proximité et une très belle bande son.

email
SCENARIO 56%
MISE EN SCENE 72%
ACTEURS 69%
BANDE SON 78%
DECORS 81%
APPRECIATION GENERALE 62%
Vote final

Si cette "Vie sauvage" a le mérite d'être atypique dans le cinéma français, son scénario un peu trop bancal et parfois insignifiant les 3/4 du film font retomber un peu le soufflé. L'interprétation brillante de Céline Salette, les décors naturels superbes et la dernier quart du film plus palpitant psychologiquement ré-haussent l'ensemble.

Note finale 69%