Nos avis Ciné

Valley of love : Vallée mystérieuse


Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu’ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant.
Malgré l’absurdité de la situation, ils décident de suivre la programme initiatique imaginé par Michael…

  • Réalisateur(s): Guillaume Nicloux
  • Acteurs principaux: Isabelle Huppert, Gérard Depardieu, Dan Warner
  • Date de sortie: 17/06/2015
  • Nationalité: Française
Vallée mystérieuse...

Vallée mystérieuse…

 

Présenté en compétition officielle au dernier Festival de Cannes (et reparti bredouille), l’intrigant « Valley of love » est arrivé sur nos écrans il y’a quelques semaines sur nos écrans. Après avoir signé « Holiday » (2010) et le récent « La religieuse » (2014), Guillaume Nicloux réunit deux monstres sacrés du cinéma français : Isabelle Huppert et Gérard Depardieu dans des rôles autobiographiques. C’est en effet ce qui constitue le mystère général qui règne dans ce film, que l’on ne comprend pas tout de suite : les deux acteurs jouant leur propre rôle dans le film, ce qui fait émerger la meilleure scène comique du film lorsqu’un touriste reconnait Depardieu et lui demande un autographe, l’acteur s’en amuse et signe « De Niro ».

En proposant ce road trip sur le deuil (Isabelle et Gérard se rendent dans le désert californien après que leur fils qui vient de se suicider leur ait demandé de se retrouver à des endroits précis), Nicloux propose un film parfois un peu déroutant dans un rythme lancinant, baigné dans une bande son envoûtante  qui mêle mystère et mélancolie. « Valley of love » est avant tout un film d’atmosphère qui laisse découvrir peu à peu un univers fascinant qui se déploie au détour d’une réflexion métaphysique sur le deuil, qui est l’une des réussites du film. On ne saura finalement jamais pourquoi le fils s’est suicidé (et finalement, l’essentiel n’est pas là), ni pourquoi il a voulu réunir ses parents dans cet endroit chaud et paumé, mais le film s’étoffe de mystère, dans un contexte étouffant (la chaleur éprouvée par les protagonistes rejoint l’étouffement généralisé de la situation).

La mise en scène de Nicloux s’amuse aussi des différences physiques flagrantes (mais aussi mentales) entre les deux personnages : Isabelle, vêtue de rouge et toute menue se fond dans le paysage brûlant et rocailleux et se retrouve dans un rapport inverse à celui de Gérard, qui s’approprie le plan tel un roc, vêtu d’un t-shirt blanc et se retrouve à dominer visuellement le décor. Notons que le duo Huppert/Depardieu qui avait joué ensemble dans le film « Loulou » de Maurice Pialat, est remarquable et permet de tenir un film, certes très beau mais tétanisé par une certaine lenteur. Si le film résiste les 2/3 du film entre oppression et libération, le film emprunte le (mauvais) chemin du fantastique et de la métaphysique qui rend plus inintéressant un film qui aurait gagné à rester dans une approche naturaliste.

 

email
SCENARIO 62%
MISE EN SCENE 73%
ACTEURS 83%
PHOTOGRAPHIE 84%
BANDE SON 74%
APPRECIATION GENERALE 72%
Vote final

Au jeu du mélange entre réalité, fiction et fantastique, "Valley of love" s'emmêle parfois les pinceaux et perd de vue le propos foisonnant sur le deuil du fils, et surtout l'émotion qui n'est pas au rendez-vous. Cependant, pour son atmosphère à la fois oppressante et poétique, pour la malice de son aspect autobiographique et pour le duo complémentaire Huppert/Depardieu, le film gagne à être vu !

Note finale 74%