Nos avis Ciné

Unfriended : L’horreur 2.0 ?


Une jeune lycéenne se suicide après qu’une vidéo compromettante sur elle ait été publiée sur Internet. Un an plus tard, six de ses amis se connectent, un soir, sur skype, pour « tchater » entre eux. Mais une septième personne, inconnue des autres, se connecte également. Cet intrus se montre très vite sous un visage inquiétant et menace les six amis de tuer le premier qui se déconnectera. Peu à peu, les événements tragiques qui ont marqué la bande, un an plus tôt, refont surface et se montrent sous un nouveau jour.

  • Réalisateur(s): Levan Gabriadze
  • Acteurs principaux: Shelley Henning, Moses Jacob Storm, Renne Olstead
  • Date de sortie: 24/06/2015
  • Nationalité: Américaine
Un film d'horreur malin et original...

Un film d’horreur malin et original…

 

2015 s’annonce d’ores et déjà comme une année historique pour le studio hollywoodien Universal Pictures, avec les cartons de « Cinquante nuances de Grey », « Fast and furious 7 » et surtout « Jurassic World » qui a atteint le milliard de dollars de recettes en seulement 13 jours. Avant les deux autres succès annoncés cet été « Ted 2 » et « Les minions », le studio mise également sur des productions à petit budget, qui lui assure quasiment à tous les coups un succès surprise. Le producteur Jason Blum s’est fait une sacrée réputation dans ses petites productions, avec pour règle d’or de ne jamais investir plus de 5 millions de dollars dans un long-métrage en imposant des bas salaires. Il a produit tous les succès horrifiques de ces dernières années (le premier « Paranormal Activity », les deux « American Nightmare », les deux « Insidious », « Ouija » mais aussi l’haletant « Whiplash », une des surprises de la fin d’année.

Avec « Unfriended », Jason Blum confie au cinéaste Levan Gabriadze (qui signe ici son premier film) ce film d’horreur, qui repose sur un concept fort et novateur. Effectivement, comme les photos ci-dessus le montrent, le film se déroule intégralement comme si nous étions devant son ordinateur, tous les personnages apparaissent par le biais des petits écrans de conversation via Skype. Ce film repose intégralement sur son concept novateur très immersif (car le spectateur suit comme le personnage tout ce qui arrive à l’écran : les messages qui s’indiquent en haut à droite, les petites fenêtres qui s’ouvrent ou se ferment), ce qui donne l’impression d’être immergé dans l’action. L’écran de l’ordinateur devient l’écran du film, et en cela c’est diablement efficace !!!

Blaire Lilly Unfriended Skype

En déroulant un jeu de massacre certes classique mais prenant, le film se développe aussi comme un jeu de pistes, après qu’un mystérieux « hacker » se retrouve dans une conversation entre 6 amis et demande qui a posté une vidéo humiliante de Laura Barns, qui s’est suicidée de honte quelques jours plus tard. Si on a l’habitude de voir des slashers (chacun meurt un à un) dans le cinéma d’horreur, celui ci révèle, de par son concept fort, une ambiance assez anxiogène bien tenue, pour un film d’où il est difficile de quitter l’ (ou plutôt « les ») écran(s). Si on regrette que les morts ne sont pas assez montrées, le réalisateur abusant des « bugs informatiques » et « images arrêtées » pour mieux surprendre le spectateur, et si les jeunes acteurs sont basiques (comme l’extrême majorité des films d’horreur), le film développe un message bien plus complexe et travaillé qu’il n’y paraît. Le film critique ouvertement les secrets et coups bas des ados se disant soit-disant amis, au principe de se mouler aux autres, et critique l’individualisme et le chacun pour soi de tous ces ados. Au fond, le réalisateur indique au spectateur qu’il n’a pas envie de sauver qui que ce soit, tous les personnages étant pourris jusqu’à l’os, avec leurs mensonges et chacun ayant fait du mal à cette pauvre Laura Barns. Dommage que le mystère soit si opaque à la fin et que le film demeure moins passionnant dans ses dernières minutes, ce qui donnera lieu immanquablement à une suite, n’en doutons pas…

VOICI LA BANDE-ANNONCE :

email
SCENARIO 81%
MISE EN SCENE 72%
ACTEURS 64%
PEUR 84%
APPRECIATION GENERALE 81%
Vote final

Si "Unfriended" se déroule comme un slasher classique, le film repose sur un concept fort et novateur qui crée l'immersion totale avec l'écran. Outre son ambiance anxiogène qui tient en haleine, le film révèle aussi un sous-texte plus intelligent qu'il n'y paraît où le cinéaste critique ouvertement les comportements de tous ses personnages (pourris jusqu'à l'os), au travers à la fois de l'individualisme de la jeunesse et du phénomène de groupe. Ce n'est certes pas parfait mais le film est une bonne surprise dans son ensemble !!

Note finale 76%