Nos avis Ciné

Un moment d’égarement : Inégal


Antoine et Laurent, amis de longue date, passent leurs vacances en Corse avec leurs filles respectives : Louna, 17 ans et Marie, 18 ans. Un soir sur la plage, Louna séduit Laurent.
Louna est amoureuse mais pour Laurent ce n’est qu’un moment d’égarement… Sans dévoiler le nom de son amant, Louna se confie à son père qui cherche par tous les moyens à découvrir de qui il s’agit…
Combien de temps le secret pourra-t-il être gardé ?

  • Réalisateur(s): Jean-François Richet
  • Acteurs principaux: François Cluzet, Vincent Cassel, Lola Le Lann, Alice Isaaz
  • Date de sortie: 24/06/2015
  • Nationalité: Française
Un film inégal sauvé par le duo Cluzet/Cassel

Un film inégal sauvé par le duo Cluzet/Cassel

 

Le remake n’est pas seulement une affaire américaine ! Après avoir vu le jour en 1977 (avec Victor Lanoux et Jean-Pierre Marielle), écrit et réalisé par Claude Berri, c’est le fils de ce dernier Thomas Langmann qui produit ce remake près de 40 ans plus tard. Pour la réalisation, c’est Jean-François Richet qui a déclaré aimer « toucher à tous les styles » qui s’y colle après avoir impressionné tout le monde avec son diptyque sur Jacques Mesrine. L’histoire repose sur un point de départ assez simple : deux amis d’enfance, à la quarantaine bien passée, partent ensemble en vacances avec leur fille respective. Lors d’une soirée arrosée, l’une d’elle flirte avec le pote de son père. Elle est amoureuse, alors que pour lui, c’est un moment d’égarement… Histoire simpliste mais qui repose sur un ressort comique diablement efficace, sur le secret qu’il faut bien cacher, à tout prix !! Bon nombre de comédies (ou drames) français(es) en particulier jouent avec cette thématique du secret, on peut penser au réussi « Incognito » (2009) ou au surprenant « Un homme idéal » (2015) dont je vous avait parlé ici même.

Toute la question était de savoir si ce film allait pouvoir dépasser la gentillette chronique comique pour dénoncer une quelconque hypocrisie dans les bonnes « normes sociales ». Malheureusement, la réponse est non. Car si les paysages sont absolument sublimes (on se croirait vraiment en vacances), cela ne suffit pas à pousser le film dans quelque chose de plus sociologique et profond. Le gros problème du film tient dans une crédibilité assez limitée, par le choix très curieux et contestable du premier rôle féminin à Lola Le Lann, que j’ai trouvé totalement caricaturale dans son jeu(contrairement à ce que je lis beaucoup). En en faisant des tonnes et des tonnes dans son jeu de séduction et dans son rôle d’ado « blasée de la life », elle décrédibilise à elle seule une grande partie du film avec ses sourires forcés et son jeu exagérément comique. Il est rare que je m’exprime aussi durement sur une actrice (car je respecte le difficile travail des comédiens) mais quand je trouve que ça ne va pas à ce point, je me dois de le dire, par honnêteté intellectuelle.

Si la récente polémique autour de l’affiche du film (le nom des deux acteurs sont écrits, et pas ceux des comédiennes), ce n’est pas par machisme mais c’est surtout parce que le film tient grâce à ce duo François Cluzet/Vincent Cassel, là où se joue tout le noeud du film. Cluzet fait du Cluzet, en râlant à outrance et en s’accaparant la partie comique du film, dans un rôle similaire à celui des « Petits mouchoirs » se révèle drôlissime et époustoufflant. Quelques moments savoureux émaillent le film : la scène du pauvre Loukoum, celle du malheureux DJ (que l’on sent venir de loin malré tout) ou les quiproquos entre Cluzet et Cassel qui donne au film un brin de fraîcheur. En revanche, les choix hasardeux de mise en scène et surtout de montage posent question. Pourquoi par exemple couper en plein milieu de la séquence de révélation de Cassel à Cluzet, autrement dit le climax du film?? Au final, donc, un film inégal qui additionne ses contraires, au niveau d’un scénario malin mais mal exploité, au niveau des acteurs, entre le duo Cluzet/Cassel très bon et la catastrophe Lola Le Lann, et au niveau d’une très belle mise en image plombée par une mise en scène moyenne…

 

email
SCENARIO 61%
MISE EN SCENE 55%
ACTEURS 66%
BANDE SON 61%
PHOTOGRAPHIE 72%
APPRECIATION GENERALE 54%
Vote final

Sans être un naufrage, "Un moment d'égarement" se révèle être un film inégal qui ne dépasse pas la simple chronique sentimentale estivale et qui additionne ses contraires. Si la superbe photographie et le duo Cluzet/Cassel est très bon, les choix contestables de montage et de mise en scène ainsi que la performance catastrophique et caricaturale de Lola Le Lann viennent rendre plus insipide un film qui aurait pu être une bonne surprise...

Note finale 61%