Nos avis Ciné

Un homme à la hauteur : Pas à la hauteur de ses intentions


Diane est une belle femme. Une très belle femme. Brillante avocate, elle a de l’humour et une forte personnalité. Et comme elle vient de mettre un terme à un mariage qui ne la rendait pas heureuse, la voilà enfin libre de rencontrer l’homme de sa vie. Le hasard n’existant pas, Diane reçoit le coup de fil d’un certain Alexandre, qui a retrouvé le portable qu’elle avait égaré. Très vite, quelque chose se passe lors de cette conversation téléphonique. Alexandre est courtois, drôle, visiblement cultivé… Diane est sous le charme. Un rendez-vous est rapidement fixé. Mais la rencontre ne se passe pas du tout comme prévu…

  • Réalisateur(s): Laurent Tirard
  • Acteurs principaux: Jean Dujardin, Virginie Efira
  • Date de sortie: 04/05/2016
  • Nationalité: Française

056388ec5d74cd9e902127ae0435ded4

 

Après avoir signé l’adaptation cinématographique du « Petit Nicolas » en 2010, des « Vacances du Petit Nicolas » en 2014, et de la dernière version filmique « d’Astérix et Obélix, au service de sa majesté » en 2012, Laurent Tirard s’attèle cette fois à une autre adaptation, celle d’un remake du film argentin Corazon de Leon, film qui n’avait pas connu de sortie française. Pour créer ce couple différent, Laurent Tirard a fait appel à Virgine Efira, devenant une spécialiste des comédies romantiques, après 20 ans d’écart, Caprice, Une famille à louer, Et ta sœur ou encore Le goût des merveilles. De l’autre côté, Jean Dujardin, devenu un des plus grand comédiens français depuis The artist. Beaucoup de personnes ont d’ailleurs été surpris voire choquer que ce soit lui qui soit choisi pour incarner cet homme de petite taille, au lieu de choisir un véritable acteur dans cette situation. Au lieu de cela, « Un homme à la hauteur » a demandé d’importants effets spéciaux pour créer cette illusion d’une différence de taille, et pour raccourcir Jean Dujardin de 40 cm. Laurent Tirard nous explique sa manière de faire : « Ca allair de choses aussi simples que de mettre Jean à genoux (en le cadrant au niveau des épaules) ou de forcer les perspectives (en le mettant plus loin pour qu’il paraisse plus petit) à des méthodes plus compliquées comme cette scène dans le bureau où Jean, interrompu par Cédric, devait sauter du fauteuil. Pour ce plan, il a fallu surélever toute la pièce de 40cm sauf la partie sur laquelle Jean atterissait. » Des complications certainement liées à des questions de financement pour que le film soit plus « bankable ».

Si je ne suis pas très friand des comédies romantiques françaises qui ont tendance à beaucoup se ressembler, l’aspect de la différence physique portée au niveau des tailles avait quelque chose de nouveau et d’intéressant. Le film débute donc avec cette conversation téléphonique où Diane reçoit un coup de téléphone d’Alexandre, qui a tout pour plaire, de l’humour et une belle voix. Il lui propose de diner avec lui afin de lui rendre son portable, lien entre les deux. Sauf que Diane découvre avec surprise qu’il manque des centimètres à Alexandre, et que cette histoire d’amour naissante va être plus compliquée que prévue. Disons-le, passé l’effet de surprise de la première demie-heure (avec cette découverte et ces interrogations de Diane sur ses sentiments), le film déploie un scénario somme toute classique pour une comédie romantique : la rencontre, les questionnements, la dispute, les retrouvailles. Rien de bien neuf dans ce film où les gags paraissent assez surlignés (le running-gag du gros chien d’Alexandre le renversant à chaque fois), et le film lorgne encore vers ce côté agaçant du cinéma français, très parisien et qui semble totalement déconnecté des réalités (encore un film français se passant dans un cabinet d’avocat, où l’on y voit des belles maisons et des voitures de marques).

On regrette aussi des seconds rôles pas assez fouillés (comme le fils ou la femme de ménage d’Alexandre) et de nombreuses longueurs. Néanmoins, il faut reconnaître une alchimie très réussie entre Jean Dujardin et Virginie Efira, et surtout, le film délivre un message final assez intéressant où il est bien démontré que le plus dur n’est pas d’assumer ses propres sentiments mais plutôt d’assumer les regards des autres, parfois très durs envers le choix de Diane, ne remplissant pas selon eux, les codes du prince charmant.

email
SCENARIO 62%
MISE EN SCENE 65%
ACTEURS 76%
HUMOUR 64%
BANDE SON 68%
APPRECIATION GENERALE 66%
Vote final

Honnête divertissement au final pour « Un homme à la hauteur » qui n'est peut-être pas « à la hauteur » de ses intentions à cause de son côté bobo parisien irritant et de son manque de rythme, malgré le charme de ses comédiens.

Note finale 66%