Nos avis Ciné

Triple 9 : Complexe


Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Ex-agent des Forces Spéciales, Michael Atwood et son équipe de flics corrompus attaquent une banque en plein jour. Alors qu’il enquête sur ce hold-up spectaculaire, l’inspecteur Jeffrey Allen ignore encore que son propre neveu Chris, policier intègre, est désormais le coéquipier de l’un des malfrats. À la tête de la mafia russo-israélienne, la redoutable Irina Vlaslov ordonne à l’équipe d’effectuer un dernier braquage extrêmement risqué. Michael ne voit qu’une seule issue : détourner l’attention de l’ensemble des forces de police en déclenchant un code « 999 » – signifiant « Un policier est à terre ». Mais rien ne se passe comme prévu…

  • Réalisateur(s): John Hillcoat
  • Acteurs principaux: Casey Affleck, Kate Winslet, Chiwetel Ejiofor
  • Date de sortie: 16/03/2016
  • Nationalité: Américaine
Kate Winslet en cheftaine flippante...

Kate Winslet en cheftaine flippante…

L’histoire du film est née à partir d’un ami du scénariste Matt Cook, qui travaille dans la brigade des stupéfiants qui a parlé de l’existence de ce code 999 au scénariste. Cette alerte 999 est lancée en cas d’extrême urgence lorsqu’un policier est touché lors d’une fusillade. A ce moment, toutes les forces de l’ordre aux alentours doivent prêter main forte aux policiers en difficulté. Après un western « The proposition », l’apocalyptique « La route » ou encore un film de gangsters « Des hommes sans loi », le cinéaste John Hillcoat continue de faire évoluer des personnages dans un univers sombre et violent avec ce « Triple 9 », thriller doté d’un budget de 28 millions de dollars, soit le film plus cher du cinéaste. Sur le papier, ce film est prometteur, grâce en particulier à son casting alléchant : Casey Affleck, Chiwetel Ejiofor, Woody Harrelson ou encore Kate Winslet, jouant un rôle à contre-emploi de ses rôles habituels, incarnant ici la cheftaine de la mafia israelo-russe.

« Triple 9 » commence par le braquage impressionnant d’une banque, où rien ne se passera comme prévu (les braqueurs vont ouvrir leur butin en pleine autoroute, qui va échapper une épaisse fumée rouge compliquant sérieusement leur fuite). Le film va ensuite nous montrer ce joyeux jeu de massacre entre des braqueurs obéissant de plus en plus difficilement aux ordres de cette cheftaine, des flics ripoux et d’autres honnêtes. On découvre que certains braqueurs se révèlent plus droits que certains policiers corrompus, ce qui apporte une vraie originalité à l’ensemble. Cependant, ce « Triple 9 » déçoit sur de nombreux points. A commencer par son trop grand nombre de personnages, qui empêche l’empathie que l’on devrait éprouver pour eux, d’autant que leur caractère ambivalent les rend difficile à cerner. Mais au delà de cela, c’est principalement son scénario qui pose problème, l’histoire concentré autour des principes de la moralité et de l’imoralité se révèle beaucoup trop complexe. Empreint d’une grande confusion (aussi bien dans les rapports entre les personnages que dans les diverses intrigues), « Triple 9 » est un thriller très compliqué à suivre, et dénué de tension dramatique. Préférant s’éparpiller plutôt que de concentrer son récit, le film nous perd au fur et à mesure.

C’est d’autant plus dommage que ce thriller bénéficie d’une mise en scène très réaliste et forte, donnant au film une atmosphère très noire très réussie et aboutie. Tout l’aspect formel du film montre qu’il ne s’agit pas d’un banal film d’action (dans cette mise en scène donc, mais aussi dans ce casting), mais malheureusement, « Triple 9 » ne parvient pas à dépatouiller de son scénario alambiqué et difficilement compréhensible, faits de dilemmes moraux peu aboutis et d’un rythme trop alternatif pour convaincre.

email
SCENARIO 44%
MISE EN SCENE 82%
ACTEURS 74%
BANDE SON 65%
PHOTOGRAPHIE 72%
APPRECIATION GENERALE 51%
Vote final

Doté d'une mise en scène réaliste et tendue, "Triple 9" ne parvient pas, cependant, à dépatouiller de son scénario alambiqué et difficilement compréhensible, faits de dilemmes moraux peu aboutis et d'un rythme trop alternatif pour convaincre.

Note finale 64%