Nos avis Ciné

Trahisons : Guerre en huis clos (disponible en e-cinema et dvd)


 Hollande, 1940. Brandt, un jeune officier allemand ambitieux et patriote, est envoyé malgré lui en Hollande auprès de Guillaume II, Kaiser en exil, pour assurer sa protection.
Il se laisse séduire et tombe amoureux de Mieke une jeune juive hollandaise au service du Kaiser.
Les SS découvrent que la résistance a réussi à infiltrer un agent dans le repaire du kaiser pour l’assassiner et déstabiliser le régime d’Hitler
Brandt doit découvrir son identité. Entre trahison et jeu d’espion, très vite, il va découvrir qu’il devra lui aussi choisir entre amour et devoir. 
  • Réalisateur(s): David Leveaux
  • Acteurs principaux: Jai Courtney, Lily James, Christopher Plummer
  • Date de sortie: 20/02/2018 en DVD
  • Nationalité: Germano-Américaine

Loin des grosses productions traitant la guerre de manière spectaculaire, « Trahisons » est ce que l’on pourrait appeler un « petit » film, doté d’un budget très modeste et sortant directement en e-cinema puis en dvd. Niveau casting, le film fait un grand écart, entre la première réalisation de David Leveaux, issu du théâtre et la présence à l’écran du monstre sacré Christopher Plummer, avec pas moins de 117 films à son actif. Si le film traite bien de la Seconde Guerre mondiale, il est question ici d’un épisode très peu connu : l’exil du Kaiser Guillaume II en Hollande. L’officier Brandt est envoyé pour assurer sa protection, alors qu’une menace d’assassinat plane. Les enjeux scénaristiques vites posés, « Trahisons » devient alors un huis clos sur fond de guerre. Le souci du film réside dans la différence de perception entre la promo (affiche et titre du film) et ce qu’est le film à l’écran. En effet, l’affiche laisse supposer à un film d’action intense, et le titre du film nous laisse à penser à une multitude de complots et de manipulations.

Or, « Trahisons » aurait du conserver son titre original, bien plus criant de vérité (« The Exception »). Le film commence avec une histoire d’amour fusionnelle entre cet officier allemand Brandt et cette jeune servante, Mieke, qui va, plus tard, révéler qu’elle est juive. « Trahisons » est en fait l’antithèse du film de guerre, posant se cadre dans cette grande demeure hollandaise pour ne plus en sortir pendant 1h30. Tous les personnages principaux adoptent des comportements aux antipodes de ceux « habituels » dans ce genre de film. La tolérance, l’ouverture aux autres, l’amour s’en trouvent ici valorisées, peut-être de manière un peu trop romancée pour être vrai. Toutefois, il se dégage de cette modeste production une sincérité désarmante, avec de vraies séquences de tension, particulièrement dans sa deuxième moitié. Car il est vrai que la première heure du film est un poil longuette et explore les blessures physiques et psychologiques de la guerre sans parvenir à toucher le spectateur. Puis, le film s’emballe avec la venue dans la résidence hollandaise du chef des SS, à savoir Himmler, considéré comme « le meurtrier du siècle ». La tension monte d’un cran encore lorsque ce dernier évoque ni plus, ni moins, que son funeste plan qu’est « la solution finale », soit l’extermination des Juifs, sous les yeux de la servante. Le dernier quart d’heure versant dans l’action finit par nous emporter malgré ses petits défauts et son aspect relativement classique.

 

email
SCENARIO 65%
MISE EN SCENE 62%
ACTEURS 71%
PHOTOGRAPHIE 68%
BANDE SON 58%
APPRECIATION GENERALE 62%
Vote final

Même si le scénario reste relativement sage et classique, ce huis clos sur fond de Seconde Guerre mondiale reste intéressant dans le bon jeu de ses comédiens et le discours de tolérance et d'espoir qui réside dans la noirceur ambiante du film.

Note finale 64%