Nos avis Ciné

Tout, tout de suite : Un film nécessaire !


Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Des portes explosent. Les policiers casqués, armés font irruption de nuit dans des appartements, cris, coups : défilent à l’écran les visages des interpellés. Des beurs, des blacks, des blancs. Tous ont moins de vingt ans. Ceux que la presse appellera les « barbares ». On est en février 2006. La police quelques heures plus tôt a trouvé le corps moribond d’Ilan (Halimi) sur le bord d’une route à Sainte-Geneviève-des-Bois, nu, brûlé à 80 %. Kidnappé, il a été séquestré pendant 24 jours. Il était juif. Et donc supposé avoir de l’argent. Par flash-back, le film déroule alors le fil des événements depuis le kidnapping. Courses poursuites entrecoupées de scènes où on assiste au calvaire de la victime. Moderne danse macabre qui en dit long sur la « marche » de nos sociétés.

  • Réalisateur(s): Richard Berry
  • Acteurs principaux: Richard Berry, Steve Achiepo, Mark Ruchmann
  • Date de sortie: 11/05/2016
  • Nationalité: Française

3384-tout-tout-de-suite-de-richard-berry_5593965

 

Tiré du roman du même nom écrit par Morgan Sportès en 2011, « Tout, tout de suite » est aussi l’adaptation du terrible fait divers survenu en 2006 où Ilan Halini a été kidnappé, sequestré et torturé par le gang des barbares mené par Youssouf Fofana. Relâché après 24 jours de détention, il succombera à ses blessures. C’est Richard Berry qui s’attaque à cette sombre histoire qui a marqué la France il y’a déjà dix ans. L’acteur-réalisateur en profite pour alterner comédie légère et drame noir, son précédent film étant « Nos femmes » l’an dernier. Il explique : « J’avais depuis longtemps envie de faire un film sur le racisme de manière générale : c’est un sujet qui a toujours excité ma curiosité. Mais me lancer sur un sujet autour de la Shoah me semblait moins pertinent car je me rendais compte qu’il y a une pérennité du racisme et que, quels que soient les événements qu’on traverse, les gens continuent d’entretenir des jugements et des pensées xénophibes et racistes. »

Cependant, ce n’est pas le premier film qui traite de cette histoire, Alexandre Arcady ayant réalisé en 2014, le film « 24 jours » qui réunissait Zabou Breitman, Pascal Elbé et Jacques Gamblin. Alors que le film d’Arcady nous intéressait au point de vue de la mère d’Ilan, donnant un film, certes intéressant mais très incomplet et ennuyeux, Richard Berry décide de montrer tous les points de vue, tout en accordant une place prépondérante aux bourreaux et à la victime, tout en montrant les réactions de la famille (la femme et le père d’Ilan Halimi particulièrement). Extrêmement bien documenté et précis dans sa narration, « Tout, tout de suite » a l’intelligence de déployer deux temps, celui du présent où l’on suit les interrogatoires des complices de Youssouf Fofana, le chef des gangs des barbares, et comment certains ont fermés les yeux sur ses agissements afin de toucher de l’argent. Mais le film bascule par des flash-backs sur le temps du passé, où l’on revoit parrallèlement le calvaire d’Ilan et les recherches infructueuses des policiers, qui soient sont arrivés quelques minutes trop tard, soient ont commis des erreurs.

Richard Berry, acteur et réalisateur pour ce film

Richard Berry, acteur et réalisateur pour ce film

Absolument passionnant, « Tout, tout de suite » dissèque la société d’aujourd’hui au travers d’un regain non seulement de l’antisémitisme, mais aussi du règne de l’argent. En clair, on constate avec désolation que le motif premier de chaque personnage est l’argent, et que les complices n’ont plus aucune considération humaine pour cet homme séquestré et torturé, que l’on nourrit à peine. On comprend aussi tout l’amateurisme de ces gens dans le préparatif de cet enlèvement(ce qui provoque à la fois un sentiment de désolation et en même temps fait doucement sourire). Rien n’est prévu, si ce n’est d’enlever un juif pour soutirer à sa famille une rançon, sous la ridicule croyance populaire que les juifs seraient riches. Dans ce drame tétanisant et maîtrisé, il faut saluer la performance folle de Marc Ruchmann en Ilan Halimi, parvenant à dégager une énergie et des sentiments extrêmement forts, rien qu’avec son corps, ce qui est une sacré performance (puisque son visage est entièrement recouvert de scotch pendant presque tout le film). Témoignage percutant et fort dans son traitement de la barbarie sous toutes ses formes, « Tout, tout de suite » fait parti de ces films qu’il faut montrer aux jeunes de lycées, afin de démonter tous les préjugés liés aux différences.

email
SCENARIO 84%
MISE EN SCENE 90%
ACTEURS 89%
PHOTOGRAPHIE 87%
BANDE SON 77%
APPRECIATION GENERALE 89%
Vote final

Pédagogique sans être moralisateur, édifiant et émouvant sans verser dans le pathos, cette reconstitution sur l'affaire Halimi nous apparaît comme un inquiétant signal d'alarme d'une France devenant excluante envers ses minorités. Plus que d'actualité!!

Note finale 86%