Nos avis Ciné

Tout pour être heureux : L’apprentissage de la vie d’adulte


Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans.
Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain.
Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ».
Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille…

  • Réalisateur(s): Cyril Gelblat
  • Acteurs principaux: Manu Payet, Audrey Lamy et Aure Atika
  • Date de sortie: 13/04/2016
  • Nationalité: Française

maxresdefault (1)

 

Deuxième long-métrage de Cyril Gelblat, « Tout pour être heureux » est une adaptation très libre d’ « Un coup à prendre » du journaliste Xavier de Moulins et l’histoire a résonné dans la vie personnelle du réalisateur, déclarant : « Dans ma vie personnelle, j’étais un jeune papa, surinvesti, qui s’occupait de son enfant pendant que ma femme travaillait, et j’emmenais ma fille tous les matins à la crèche en constatant que j’étais le seul homme à le faire ! Un ami médecin et écrivain m’a alors parlé d’une étude sérieuse disant que les pères se féminisaient à la naissance de leur premier enfant! ». « Tout pour être heureux » est donc un film inspirée de la vraie vie, mais détournée ici. On y suit Antoine, un père déconnecté de sa femme Alice, et ses deux filles. Préférant passer son temps libre sur des sites internet pour adultes plutôt qu’avec sa famille, mais une énième dispute dans le couple va finalement déboucher sur une rupture. La garde partagée de ses filles qu’il va apprendre à mieux connaître ainsi que l’apprentissage de la vie d’adulte vont résolument transformer Antoine.

« Tout pour être heureux » s’inscrit d’emblée dans la lignée des comédies romantiques sur fond de famille, à l’instar du récent « Encore heureux » avec Sandrine Kiberlain où la figure du couple en crise fait ressurgir des sentiments profonds sur la solitude des êtres et sur le sens de la vie. Si le film de Benoît Graffin se voulait une franche comédie noire prenant des chemins quelque peu hasardeux ensuite, ce film là se veut assez moderne et se tient beaucoup mieux dans son scénario. Cette comédie dramatique est d’abord l’occasion de retrouver Manu Payet (qui a réalisé son premier film « Situation amoureuse, c’est compliqué » en 2014) et Audrey Lamy (révélée avec « Tout ce qui brille » en 2010). Ce duo d’acteurs issus d’une nouvelle génération d’acteurs remplissent parfaitement leur rôle de couple qui se déchire, avec fraîcheur et modernité. Au milieu de cela, signalons ces deux fillettes jouant vraiment très bien.

Si « Tout pour être heureux » n’est peut-être pas la franche comédie que l’on imaginerait, il parvient à dégager une sympathie naturelle et une sincérité touchante, particulièrement lorsque Manu Payet doit garder ses filles tout en essayant de se remettre en couple. Lorsqu’Antoine se retrouve à nouveau seul, il va découvrir qu’il avait tout pour être heureux avant, et va courir après sa recherche du bonheur. Le film se compose de plusieurs dialogues qui font mouche (comme lorsque la gamine se plaint d’avoir mal aux jambes et accuse François Hollande d’en être le responsable, parce sa grand mère lui a dit ça) mais parvient à créer de purs moments d’émotion, notamment dans ces moments de retrouvailles entre Antoine et Alice, où l’on sent peu à peu que quelque chose pourrait renaître entre eux, et cela va rester en suspens jusqu’au final du film, émotionnellement puissant et révélateur d’un passé irrattrapable. En revanche, je trouve que la partie autour du travail d’Antoine (où il est batteur pour une chanteuse) est un peu moins convaincante et qu’elle n’apporte pas grand chose, même si j’apprécie la métaphore entre le batteur de musique qui se mêle avec le rythme de la vie, comme un métronome déréglé.

 

email
SCENARIO 81%
MISE EN SCENE 79%
ACTEURS 83%
BANDE SON 76%
HUMOUR 76%
APPRECIATION GENERALE 82%
Vote final

Au final, « Tout pour être heureux » est une bonne surprise, dans cet entrechoquement des sentiments liés à l'apprentissage de la vie d'adulte. Doté d'un casting impeccable (Manu Payet en tête), cette comédie émouvante se révèle juste et tendre.

Note finale 79%