Nos avis Ciné

THE ROVER: AVOIR PEUR DE L’HOMME QUI N’A PLUS RIEN A PERDRE.


Dans un futur proche en plein cœur du désert australien, Eric a tout abandonné derrière lui, mais ses dernières possessions sont dérobées par un gang de dangereux criminels. Il décide donc de les récupérer. Au cours de son périple, il rencontre Reynolds, un membre naïf et blessé du gang, laissé derrière au cours de leur fuite.

  • Réalisateur(s): David Michod
  • Acteurs principaux: Guy Pearce, Robert Pattinson
  • Date de sortie: 2014
  • Nationalité: australienne
"Attentif à la cruauté du monde"

« Attentif à la cruauté du monde »

La première chose qui m’avait frappée à la sortie du film ‘Animal Kingdom’, de David Michôd, c’est cette foi méprisée concernant la  loi du plus fort qui contaminait l’écran, avec secousse et fracas se menait l’abandon du plus faible, mais surtout comme  le dit lui même Michôd dans une interview, « Je suis juste attentif à la cruauté du monde ». Je  suis depuis fort longtemps cette avancée,  l’ayant déjà vu parfaire son œuvre d’écrivain cinématographique, après avoir vu le formidable et tétanisant ‘ Hesher’ scénarisé par ses soins, je m’attendais à ce qu’un jour tout l’implacable mordant de son auteur surgisse rapidement en tant que réalisateur. C’est chose faite ici avec ce fabuleux film neuronal, ou l’on suit le parcours de deux hommes aux signes bien distincts, l’apogée de leurs décadences dans un monde meurtri et dérisoire..Tel un futur proche sans ambition.

Un Guy Pearce monstrueux!!!

Un Guy Pearce monstrueux!!!

L’atmosphère de ce film est futuriste et post apocalyptique, mais tout en retenu dans les données et dans les mises en abîme d’une société apparemment  étouffée et étouffant nos protagonistes. Cette charge visuelle, au climat lourd, chaud et poisseux, lorgne vers le western moderne, et se rapproche assez clairement d’un autre navire visuel, clairement clarifié comme chef d’œuvre avec Guy Pearce à son bord à nouveau, le sublime ‘The Proposition’ de  John Hillcoat, qui a un cinéma se rapprochant d’ailleurs de Michôd allégrement… Ici nos deux sbires perdus luttent, l’un pour retrouver sa voiture, son seul bien lui restant dans ce chaos général (Guy Pearce), et pour l’autre (Robert Pattinson s’essayant au jeu plus mature « auterisant », en interprétant un débile léger! bien loin de sa contreperformance pour ado décérébré dans Twilight!!) dans l’obligation et la contrainte, de retrouver son frère qui l’a abandonné après un « casse » mal orchestré. L’histoire est posée, elle prend son temps pour nous faire découvrir les personnages, c’est un pur film contemplatif, vendu comme un vulgaire film d’action, mais qui n’en est pas un, loin de là!

Le film s’imprégne d’une moiteur abyssale, le bush australien nous faisant penser souvent à une sorte de ‘Mad Max’ sous acide, avec une mention spéciale pour ce jeu de regards intense, cette folie latente, et cette impression de ressentir tout le poids immense de cette déchéance futuriste, porté par deux acteurs au sommet de leurs arts. En bref c’est un road Movie avec des éclats de violence, une certaine recherche de soi, orné par une bande son saisissante, par des plans somptueux, des cadrages arides et impeccables, cet aspect primal fait de ‘The Rover’ une œuvre unique, une épopée esthétisante, singulière, et complétement anxiogène mais à la fois dépaysante, une claque à la sonorité crue mais sans pareille.

DECOUVRONS LA BANDE ANNONCE:

 

email
Réalisation 89%
Mise en scène 89%
Acteurs 92%
Ambiance sonore 90%
Décors 90%
Appréciation générale 91%
Vote final

Formidable film de "vagabondage", ou personne ne trouvera l'espoir, mais tout le monde sera combler son désespoir, dans la brutalité et la violence. Ce film est d'une sensibilité à fleur de peau, il purge le mal, le cœur, et l'abrutissement des âmes en peine..

Note finale 90%
Note des Lecteurs
2 votes
55