Nos avis Ciné

The boy : Annabelle n°2 ?


Interdit aux moins de 12 ans
Pour essayer d’échapper à son passé, Greta, une jeune Américaine, se fait engager comme assistante maternelle en Angleterre, dans une maison perdue en pleine campagne. À son arrivée, elle découvre qu’elle a été embauchée non pas pour s’occuper d’un petit garçon de 8 ans en chair et en os, mais d’une poupée de porcelaine grandeur nature. Seule dans la maison, loin de tout, Greta assiste à des événements tous plus étranges les uns que les autres. La poupée serait-elle vivante ? Il se trouve que Greta n’a pas seulement été engagée, elle a été choisie…

  • Réalisateur(s): William Brent Bell
  • Acteurs principaux: Lauren Cohan, Rupert Evans, Ben Robson
  • Date de sortie: 27/01/2016
  • Nationalité: Américaine
Un film plein de suspense...

Un film plein de suspense…

 

Après avoir déjà réalisé plusieurs films d’horreur (Stay Alive en 2005, Devil inside en 2012), le réalisateur William Brent Bell poursuit sur sa lancée avec « The boy », qui semble être le prolongement du film « Annabelle » sorti il y’a deux ans, en mettant en scène une poupée. Mais contrairement à Annabelle ou même à la célèbre poupée Chucky, le créateur de maquillages spéciaux Todd Masters n’a pas cherché à concevoir une poupée monstrueuse mais une poupée au visage enfantin et innocent afin de renforcer son aspect terrifiant.

« The boy » suit donc cette américaine souhaitant prendre un peu d’air (et d’argent) trouve un travail très bien payé, celui de faire du baby-sitting, qui va se révéler un peu particulier lorsque l’héroïne va découvrir qu’elle doit s’occuper d’une poupée et non d’un enfant en chair et en os. Et tout cela dans un grand manoir inquiétant, situé dans la pluvieuse campagne anglaise. Pour jouer Greta, cette nounou déconcertée, le réalisateur a fait appel à une habituée du genre horrifique, avec Lauren Cohan, connue pour son rôle régulier de Maggie Greene dans la série « The walking dead ».

Si « Annabelle » était clairement une déception tant le film était pauvre en surprise, « The boy » se veut être un renouvellement du genre, ce que le film parvient à faire au moins en partie. Après une introduction plutôt solide où l’on suit ce couple de vieux bourgeois laissant un tas de consignes à Greta qu’il faut suivre à la lettre. Elle doit border, déshabiller, cuisiner pour Brahms, cette mystérieuse poupée. Autant le dire, « The boy » ne brille pas forcément dans ses scènes horrifiques, le film fait très peu peur, seuls quelques jumpscares nous le rappellent. En revanche, le film bascule progressivement dans le thriller, et se réhausse grâce à son atmosphère assez oppressante et étouffante, où la seule issue de Greta repose en ce jeune homme, travaillant également pour les « parents » de Brahms, pour lequel elle éprouve des sentiments.

Si le film n’est particulièrement novateur, le cinéaste s’amuse à brouiller les pistes, car à plusieurs moments, on suppose plusieurs pistes, alternant le drame familial et le surnaturel. Et finalement, le film réussit à prendre une direction inattendue, en proposant un twist aux trois quart du film, assez logique et surprenant. Alors que pendant une bonne partie du film, on se demande si cette poupée en porcelaine est vivante et possédée ou si c’est une pure représentation.

Alors oui, « The boy » ne restera peut-être pas dans les mémoires, mais ce thriller horrifique distille un bon suspense, où les nombreuses zones d’ombres vont peu à peu s’éclaircir après avoir multiplié les pistes. Aidés par une photographie assez soignée pour une production horrifique et une musique stressante, le film se révèle prenant et pas si mal, à défaut d’être une référence.

The-Boy-Film-Critique-2-1024x636

 

 

email
SCENARIO 73%
MISE EN SCENE 76%
ACTEURS 77%
TROUILLOMETRE 69%
PHOTOGRAPHIE 73%
APPRECIATION GENERALE 76%
Vote final

Si "The boy" n'est peut-être destiné à devenir une référence, cette production horrifique honnête (et bien meilleur qu' "Annabelle") parvenant à délivrer suffisamment de tension et de suspense pour mériter le coup d'oeil.

Note finale 74%