Nos avis Ciné

Telle mère, telle fille : Mi-figue, mi raisin


Inséparables, Avril et sa mère Mado ne peuvent pourtant pas être plus différentes. Avril, 30 ans, est mariée, salariée et organisée à l’inverse de sa mère, éternelle ado insouciante et délurée qui vit aux crochets de sa fille depuis son divorce. Mais quand les deux femmes se retrouvent enceintes en même temps et sous le même toit, le clash est inévitable. Parce que si Mado, en pleine crise de jeunisme, n’est pas prête à être grand-mère, Avril, quant à elle, a bien du mal à imaginer sa mère… mère !

 

  • Réalisateur(s): Noémie Saglio
  • Acteurs principaux: Camille Cottin, Juliette Binoche, Lambert Wilson
  • Date de sortie: 29/03/2017
  • Nationalité: Française

Après avoir réalisé deux films en 2014 (« Toute première fois » et « Connasse, princesse des coeurs »), Noémie Saglio retrouve Camille Cottin qu’elle avait dirigé lors de l’adaptation de la série courte. La cinéaste a trouvé l’idée du scénario dans un hebdo féminin, où une lectrice y racontait que sa mère lui avait fait l’affront de tomber enceinte en même temps qu’elle. Saglio et sa scénariste ont alors découvert que ces cas de mères et filles enceintes en même temps étaient bien plus répandus que prévu. Noémie Saglio définit son film comme une « comédie « rigo-chiale » tressée d’humour et d’émotion, mais sans trop d’émotion quand même, car si on emmène les gens trop loin dans la tristesse, il est difficile de les en faire revenir. »

« Telle mère telle fille » s’inscrit dans la longue lignée de comédies mettant en scène la grossesse, comprenant de nombreux films récents, parmi lesquels « Bridget Jones baby », « Keeper », « Joséphine s’arrondit » ou encore « Le petit locataire » où Karin Viard incarnait une femme de 49 ans se découvrant enceinte.

Toujours est-il que les comédies françaises abondent sur les écrans, des plus réussies (comme « Il a déjà tes yeux », « Rock’n’roll » ou « L’ascension ») aux moins abouties comme « Alibi.com ». D’autant que « Telle mère telle fille » sort la même semaine que « Gangsterdam » et une semaine avant la nouvelle comédie de Philippe De Chauveron (auteur de « Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu?) et attendu avec « A bras ouverts ». « Telle mère telle fille » commence comme un « Tanguy » à l’envers. Mado, éternelle adolescente, vit toujours chez sa fille Avril en couple avec Louis. Un point de départ intéressant explorant la volonté de rester toujours jeune mais aussi la maturité pas toujours du côté des parents. Comme le dit l’un des personnage : « A un certain âge, on devient le parent de ses parents ». Tout bascule lorsque Avril annonce à sa mère sa grossesse. Craignant de se faire expulser pour laisser de la place au futur nouveau-né, Mado va alors se noyer dans l’alcool et coucher de nouveau avec Marc son ex-mari. C’est alors qu’elle tombera également enceinte. Commence alors le véritable noyau de la comédie, elle va d’abord cacher sa situation. Parallèlement, les hormones d’Avril vont radicalement la faire changer de caractère, beaucoup plus irritable et moins coincée. La grossesse va aiguiser les conflits mais aussi paradoxalement les rapprocher.

La première partie du film est remplie de bons gags et de situations hilarantes, avec un côté transgressif inattendu. Le duo Camille Cottin-Juliette Binoche tient toutes ses promesses et les seconds rôles sont également de la partie, en particulier Lambert Wilson et Catherine Jacob, dans le rôle de cette belle-mère envahissante. Même si cette relation mère/fille inversée est passionnante, « Telle mère telle fille » finit par perdre son côté piquant pour devenir une comédie beaucoup plus fade. Le film devient poussif, ne parvient plus à provoquer le rire, et l’excellent sujet n’est pas autant exploité qu’il le devrait. Heureusement, la durée du film reste assez courte et évite l’ennui. La bande-son composée par M apporte de la malice à cette comédie, qui manque de tenue sur la longueur dans son scénario mais qui réjouit pour son casting équilibré et empreint de folie.

email
SCENARIO 65%
MISE EN SCENE 61%
ACTEURS 68%
BANDE SON 66%
HUMOUR 64%
APPRÉCIATION GENERALE 63%
Vote final

Au final, « Telle mère telle fille » s'avère être une comédie savoureuse dans sa première moitié plaisante et corrosive. Malheureusement, le film patine dans sa seconde moitié, s'embourbant dans des clichés et perdant de vue son sujet de départ.

Note finale 64%