Nos avis Ciné

Tangerine : Nouveau genre


24 heures dans la vie d’une drôle de Cendrillon qui traverse la cité des anges à la recherche de sa rivale.

  • Réalisateur(s): Sean Baker
  • Acteurs principaux: Kitana Kiki Rodriguez, Mya Taylor, Karren Karagulian
  • Date de sortie: 30/12/2015
  • Nationalité: Américaine
Un film d'un nouveau genre...

Un film d’un nouveau genre…

 

Présenté au Festival de Sundance en janvier 2015 où il a été chaudement accueilli, « Tangerine » est un film d’un nouveau genre à tout point de vue. Technique tout d’abord, car Sean Baker (son cinéaste) a révélé avoir intégralement tourné ce film avec trois smartphones équipés de lentilles anamorphiques, procédé déjà utilisé par Jafar Panahi en 2011 avec « Ceci n’est pas un film ». Sean Baker a déclaré : « L’iPhone 5S venait de sortir, avec une caméra optimisée. On s’est rendu compte qu’il serait idéal pour tourner avec des acteurs débutants parce qu’il ne les intimiderait pas, pas plus que les figurants attrapés dans la rue. Cela nous a permis de tourner à la dérobée et de très peu nous déplacer. Mais je voulais aussi que ce film reste cinématographique, donc nous avons tourné avec des objectifs anamorphiques. Personne n’avait encore jamais tourné comme ça. Ensuite, j’ai beaucoup travaillé en post-production pour donner au film un aspect unique. »

Cet aspect visuel très particulier qui se couple au lieu atypique du film (un quartier de Los Angeles) et au temps du récit (le film se déroule sur 24 heures, le jour du réveillon de Noël) donne au film un grain tout à fait atypique et crépusculaire. Mais le film est aussi singulier d’un point de vue narratif. Pour commencer, Sean Baker a fait appel à deux actrices transexuelles (Kitana Kiki Rodriguez et Mya Taylor) pour attirer l’attention sur la reconnaissance de la communauté transgenre (souvent caricaturée au cinéma). L’intrigue principale repose donc sur une recherche et une déanmbulation dans les rues de Los Angeles. L’histoire de cette transexuelle qui sort de prison et qui apprend que son petit copain a couché avec une autre femme. Elle va donc partir à sa recherche pour lui régler son compte.

Drôle et touchant, « Tangerine » se révèle être en réalité un anti-conte de Noël. De par l’anticonformisme de son propos et dans des dialogues ou situations très crues, le film prend le contrepied total du traditionnel conte Cendrillon (que le film semble vouloir détourner) en le rendant plus adulte. L’objectif de l’héroïne Sin-Dee n’étant pas de trouver son prince charmant mais de casser la gueule à sa rivale, puis aller retrouver son petit copain pour le mettre devant le fait accompli. La grande réussite du film est à la fois de mélanger cette histoire de vengeance d’une transexuelle jalouse d’une femme biologique, et aussi cette histoire parralèle du chauffeur de taxi arménien, marié avec enfants et qui fait appel aux services des prostituées (et amies de Sin-Dee) non pas pour leurs attributs féminins, mais masculins. En clair, le croisement entre l’histoire d’un homo refoulé et d’une transexuelle en quête de vengeance contre une femme hétéro.

Si on peut trouver l’histoire un peu simpliste, on ne s’ennuie pas une seconde devant ce film tout à fait atypique, à la durée très courte (1h27) qui lui sied parfaitement. Le film fonctionne aussi grâce à ce grain de folie inattendu dans cette histoire qui pouvait paraître lourde et dramatique, mais qui au final parvient à désamorcer des situations pour les rendre cocasses (la première rencontre du chauffeur de taxi avec une femme qu’il prenait pour une transexuelle, ou encore ce malentendu autour d’un service tarifé sur l’épineuse question: faut-il avoir joui pour devoir payer la prostituée). Sans se prendre au sérieux pendant une bonne partie du film, « Tangerine » parvient donc à insuffler de l’originalité, une bonne dose d’humour mais finit par interroger sur ses dernières minutes sur la solitude des êtres dans une société deshumanisée (en témoigne cette image criante et terrible du chauffeur de taxi seul avec le sapin de Noël lumineux à ses côtés, ou encore Sin-Dee aspergée d’urine par un groupe de jeunes).

 

Un film tourné uniquement en smartphone !!

Un film tourné uniquement en smartphone !!

email
SCENARIO 85%
MISE EN SCENE 87%
ACTEURS 82%
BANDE SON 76%
PHOTOGRAPHIE 88%
APPRECIATION GENERALE 88%
Vote final

Finalement, "Tangerine" est un film d'un nouveau genre, aussi bien d'un point de vue technique que narratif, autour de la communauté transsexuelle, comme pour résumer ce qu'est le film, un film transgenre et transgressif.

Note finale 84%