Nos avis Ciné

STRETCH: SAVOUREUX ET DEJANTE!


Un chauffeur de limousine de Los Angeles, a contracté une énorme dette. Après avoir laissé traîner le remboursement, il s’aperçoit avec horreur qu’il ne lui reste plus qu’une nuit pour trouver l’argent ! Cette nuit-là, il doit transporter un étrange milliardaire. Plus la nuit avance, plus son client et lui font de dangereuses rencontres…

  • Réalisateur(s): Joe Carnahan
  • Acteurs principaux: Patrick Wilson,Chris Pine, Jessica Alba
  • Date de sortie: 2014
  • Nationalité: Américaine
"Chris Pine méconnaissable!!"

« Chris Pine méconnaissable!! »

Joe Carnahan c’est l’auteur fou jusqu’au-boutiste, capable de vous prendre les tripes dans un sublime univers survivaliste et enneigé (The Grey). C’est ce scénariste qui vous tient en haleine avec un scénar au confins du thriller  portant un grain d’image cramé par le soleil (Narc). C’est aussi ce funambule casse gueule qui flingue la série eighties avec nonchalance (L’agence tous risques). Mais Carnahan, c’est surtout ce cinéaste, qui fait preuve d’une sincérité débordante, et qui s’amuse sans aucune limite, car après tout, la vraie définition du cinéma, n’est-elle pas de se divertir sans aucun artifice, ni entrave???

Stretch dernière péloche en date du Californien, ne fait pas dans la demi-mesure! Au firmament de sa soûlographie cinématographique, il nous offre un cocktail bien agité lorgnant (pour le côté sage du script) vers ‘After Hours ‘de maître Scorsese, et de ‘La peur au ventre’ (pour son côté totalement déjanté ) de Wayne Kramer. D’ailleurs beaucoup de similitudes rentrent en jeu avec le road-movie taciturne de Wayne Kramer. La quête salvatrice d’un semi looser/héros, qui durant une journée entière jusqu’à la tombée de la nuit devra, trouver le moyen de sauver ses miches, en arpentant toute la folie obscure d’un Los Angeles survolté. Ici juste les protagonistes et le lieu changent, mais le côté barré, fatras et énergique lui reste!

"Du monde au triple balcon"

« Du monde au triple balcon »

Dans cette incroyable vitrine extérieure d’un Los Angeles rongé par la criminalité et la mafia, le catalyseur qui va en briser la vitre, n’en est pas moins qu’une énorme vodka à l’énergisant à effet rapide qui vous fait valser d’euphorie d’un côté, à chaque apparition improbable. (voir David hasselhof en gros plan jouant son propre rôle dans une tirade alambiquée, nous faisant croire un court instant à son potentiel d’acteur! (j’ai dit un court instant hein), ou encore le remarquable Chris Pine en second couteau, qui grimé durant pratiquement tout le film, efface le premier rôle porté par un Patrick Wilson parfois à la ramasse, peut être débordé par tant de hâte scénaristique). Et de l’autre , on se retrouve à tituber sans égard, gisant parfois même dans un grand n’importe quoi rocambolesque, et une furie débordante sans précédent, avec quelques lacunes scénaristiques temporisées par des rattrapages grossiers mais fendards (la scène loufoque de la fête privée!).

"Party time"

« Party time »

Au final Carnahan désosse allégrement le fil conducteur auquel on peut s’attendre, il s’amuse (comme le prouve le générique de fin) avec ses acteurs, et avec son scénario sans la moindre gêne, tel un funambule il s’essaye à lancer pêle-mêle sur son fil tous les ressorts de l’action comique, parfois avec brio, de temps à autre avec maladresse, mais souvent avec éclat et excès, caractérisant son œuvre filmique.

DECOUVRONS LA BANDE ANNONCE:

email
Réalisation 74%
Mise en scène 79%
Acteurs 87%
Ambiance sonore 76%
Ambiance générale 82%
Vote final

Se lancer dans 1h30 d'un Stretch furibond, c'est croiser un David Hasselhof citant et se pavanant sur "K-2000" et "Alerte à Malibu", c'est apercevoir Chris pine nu sniffant de la coke avec un parachute dans le dos, c'est voir un Ray Liotta jouant son propre rôle s'adonnant au plaisir de l'exécrabilité, c'est entr'apercevoir une Jessica alba en secrétaire toujours aussi sexy malgré la grosse paire de binocle affligée pour l'occasion, et c'est surtout prendre du bon temps dans ce roller coaster sans prétention, mis à part celle de nous détendre avec sincérité...

Note finale 79%
Note des Lecteurs
0 votes
0