Nos avis Ciné

Spotlight : Passionnant !


Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que L’Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

  • Réalisateur(s): Tom McCarthy
  • Acteurs principaux: Michael Keaton, Rachel McAdams, Mark Ruffalo
  • Date de sortie: 27/01/2016
  • Nationalité: Américaine

Spotlight_film_2015

 

Les films se déroulant dans l’univers clos bien particulier d’une salle de rédaction sont assez rares au cinéma, si l’on peut penser seulement aux Hommes du président (qui date déjà de 40 ans), c’est que le déroulement d’enquêtes sont souvent essentiellement vues du point de policiers, où les journalistes restent souvent cantonnés à des rôles secondaires, souvent très emmerdeurs et ayant une très mauvaise image. Pour changer cela et rendre hommage au travail de journaliste, Thomas McCarthy réalise pour son cinquième long-métrage, sa première incursion dans l’envers du décor du journaliste d’investigation, métier bien particulier, où ici on laisse le temps aux journalistes de travailler sur une grosse enquête pendant des années (cela peut aller à 10 ans de travail) sans rien publier d’autre entre temps.

« Spotlight » restitue donc fidèlement cette enquête d’un groupe de journalistes d’investigation autour d’un prêtre accusé de pédophilie au tout début des années 2000. Après une minutieuse enquête, ils vont découvrir un scandale bien plus vaste, impliquant 70 prêtres de Boston, et surtout une protection de l’Eglise envers ses prêtres et curés, qui changent simplement de paroisse, tout en conservant le droit d’exercer, et de commettre d’autres actes pédophiles ailleurs. Le réalisateur Tom McCarthy a opté pour une mise en scène quasi-documentaire, qui va à l’essentiel et se débarrassant de tout effet stylistique. C’est sa grande force, car pour cette affaire assez sordide et effarante, cette mise en scène, va à l’essentiel. Du début à la fin, « Spotlight » suit donc cette enquête avec une précision millimétrée dans la reconstitution des faits, et suit toutes les étapes de l’enquête, de sa découverte à son dénouement avec une rigueur et un charme vintage. Extrêmement dialogué (un peu trop peut être par moments), le film déroule avec génie ces étapes et ses contre-pouvoirs (l’Eglise qui tente d’étouffer l’affaire, ou encore les avocats qui refusent de renseigner les journalistes et protègent finalement les prêtres). En imbriquant avec soin le travail des journalistes et les récits glaçants des victimes retrouvées (mentionnons le talent de ses comédiens Michael Keaton en chef du service Spotlight, Mark Ruffalo sensationnel lui aussi, ou encore Rachel McAdams, formidable, très proches des victimes). Le film restitue aussi les ralentissements de l’affaire, parfois dû aux recherches minutieuses dans les archives datant de plus de 20 ans, ou encore comment le 11 septembre a pu freiné la parution de l’affaire, pour que son écho soit plus fort au moment de sortir.

Outre son cadrage minutieux et épuré, « Spotlight » décrit aussi des caractères entre les personnages, et l’on assiste par exemple à plusieurs conflits entre l’un des journalistes voulant sortir le scoop dès que les premiers éléments à charge se recoupent, et le nouveau chef de service qui veut attendre d’étoffer le dossier afin de dézinguer le système, quitte à se faire voler le scoop par un autre journal. Le seul petit bémol du film serait à mon sens le manque du point de vue de l’Eglise et du fonctionnement de la machine pédophile, où comment des prêtres agissent pour attirer des enfants à eux. Même si cela est largement expliqué par les victimes elles-mêmes, on aurait aimé que cela soit vu de la part des bourreaux eux-mêmes. Néanmoins, cette œuvre brillante déploie jusqu’à son générique de fin, quelque chose de terrifiant et de révoltant, tout en étant admiratif du travail effectué par ces journalistes.

Nommé à six reprises aux Oscars, dont pour le titre du meilleur film et du meilleur réalisateur, Spotlight est une œuvre forte appelé à devenir une référence du genre, qui frise la perfection dans le traitement de son sujet, tout en étant une des plus belles déclarations du journalisme, dans le sens le plus noble du terme.

Passionnant et foisonnant !

Passionnant et foisonnant !


 

email
SCENARIO 93%
MISE EN SCENE 91%
ACTEURS 93%
BANDE SON 73%
PHOTOGRAPHIE 92%
APPRECIATION GENERALE 92%
Vote final

Presque nostalgique de cette époque aujourd'hui révolue, « Spotlight » est un film d'une sobriété passionnante, restituant avec soin, un des plus gros scandales du début du XXIème siècle. Un des premiers grands films de ce début d'année 2016 !

Note finale 89%