Nos avis Ciné

Sisters : Inégal…


Deux sœurs sont de retour chez leurs parents pour débarrasser leur ancienne chambre d’enfant avant que la maison familiale ne soit vendue. Dans l’espoir de revivre pour une nuit leurs années de gloire passées, elles organisent une soirée « de jeunes » avec leurs anciens camarades de lycée qui tourne rapidement en fiesta délirante et salutaire pour cette bande d’adolescents attardés.

  • Réalisateur(s): Jason Moore
  • Acteurs principaux: Amy Poelher, Tina Fey
  • Date de sortie: 11/05/2016
  • Nationalité: Américaine

151216095613-sisters-still-fey-poehler-super-169

 

Après avoir réalisé uniquement des épisodes de séries télé (comme Dawson, Brothers and Sisters ou encore Les frères Scott), Jason Moore avait signé son premier film, une sorte de comédie musicale moderne, intitulée « The hit Girl ». Quatre ans après, il revient avec une nouvelle comédie « Sisters » permettant à ses deux actrices Amy Poehler et Tina Fey de jouer pour la troisième fois ensemble, après « Lolita, malgré moi » en 2004 et « Baby mama » en 2008. Très complices dans la vie, Tina Fey appelle régulièrement Amy Poehler « sa comedy wife » (que l’on pourrait traduire par sa femme dans la comédie.) Avec un budget de 30 millions de dollars, soit le film le plus cher de Jason Moore, « Sisters » s’inscrit dans la veine des nombreuses comédies américaines, qui ont comme moteur principal la nostalgie et l’humour trash. On y suit Maura, une des deux femmes, appelé par ses parents à revenir les voir afin de débarrasser leurs anciennes affaires. Tout cela pour procéder au déménagement des parents de leur grande maison. Pour Maura, cette nouvelle est mal reçue, pour qui sa maison familiale constitue un refuge et les souvenirs les plus enfouis. Elle y retrouve ainsi sa sœur Kate pour y trier leurs affaires, et vont avoir l’idée, lors d’une absence de leurs parents, d’organiser une énorme fête dans la maison familiale en guise d’adieu, en en réunissant leurs anciens camarades.

« Sisters » commence par un quiproquo savoureux où Maura confond un sans-abri avec un ouvrier. Cet humour trash et gratuit est la marque des nombreuses comédies américaines (à l’instar de « Célibataire, mode d’emploi », « Zoolander 2 » ou encore « Grimsby, agent très spécial »). Mais cette comédie sur fond d’héritage familial se mue rapidement en une autre comédie, celle d’une fête complètement déjantée, où les retrouvailles avec d’anciens amants ou de vieilles connaissances pimenteront la soirée. Tout cela ressemble beaucoup à « Projet X » où des jeunes lançaient une invitation générale sur les réseaux sociaux et où ces jeunes hommes furent dépassés par le nombre d’invités présents, saccageant la maison de leur parents. Ici, les deux sœurs trentenaires remplacent les jeunes ados, et le film ne brille pas son scénario assez basique et pas franchement abouti.

« Sisters » s’en sort par certaines scènes hilarantes, entre la modernité (avec le renversement dans le rapport parents/enfants sur les nouvelles technologies, les parents essaient de piéger leur fille sur Skype en tentant de leur faisant croire que l’image a buggé lors d’une conversation gênante), et de l’autre côté, du trash (avec cette séquence de la boîte à musicale coincée par mégarde au mauvais endroit). On rit parfois mais dans l’ensemble, « Sisters » manque d’un scénario plus fort, on s’ennuie souvent, avec des gags, drôles une fois sur deux. Mais le film gagne à être vu pour son alchimie crevant l’écran entre les deux actrices, différentes dans leur physiques (l’une blonde, l’autre brune) mais aussi dans leur caractère, l’une plus posée et autoritaire que l’autre, plus frivole.

 

email
SCENARIO 60%
MISE EN SCENE 57%
ACTEURS 76%
BANDE SON 62%
HUMOUR 59%
APPRECIATION GENERALE 58%
Vote final

Assez inégal dans son ensemble, « Sisters » réjouit par ses vulgarités gratuites, souvent en dessous de la ceinture, mais se révèle embourbé dans des clichés et un rythme très lent, d'autant que le film dure presque 2 heures. En bref, une production américaine classique, qui détend mais qui n'a pas plus d'intentions.

Note finale 62%