Nos avis Ciné

Sherlock Holmes 2. Doyle inspire Ritchie, Downey arrive en poney.


Sherlock Holmes : Jeu d’ombres, voyons le contexte :

Ce film a vraiment tout pour me plaire, comme le premier d’ailleurs. Prenez un personnage mythique et fascinant de l’univers d’un des meilleurs écrivain qu’il soit, placé le entre les mains d’un talentueux réalisateur qui commande un acteur formidable. 3 Personnes pour un Personnage. 4 entités que j’apprécie énormément… Que demande le peuple ?

Quiconque a lu quelques livres, et notamment les primordiaux de Doyle, ne sera pas surpris par la trame de ce film, qui colle, en grande partie, au récit de notre écrivain sur la plupart des points. Ritchie, avec brio, reprend donc les bases, très solides, de Sherlock pour les adapter à l’art cinématographique. Bien sur le Sherlock littéraire ne peut pas être identique à son jumeau filmé, ils évoluent dans 2 mondes bien distants. Nous avons donc le génie littéraire auquel on ajoute ce brin d’action et de burlesque pour animer ce personnage de papier. Le mélange est réussi, on retrouve le héros des livres, à qui Downey donne une véritable image, une puissance visuelle.

Sherlock, vous allez passer un bon moment.

Il faut d’abord noter, hormis certains détails, que le premier volet n’est pas nécessaire pour comprendre cet opus, mais il faudra un minimum de savoir dans cet univers pour éviter de s’y perdre.

Les personnages, à la fois touchants et sincères aident à créer cette ambiance si particulière que l’on retrouve dans le film. Le couple formé par Holmes et Watson est parfois désappointant, mais n’en fait jamais trop. Comme le montre les réactions de Watson, tiraillé entre l’amitié et l’amour… N’oublions pas que pour une fois, le méchant est réellement méchant, avec un projet bien précis et que seul le génie Holmes, avec grande difficulté, parvient a déchiffrer. Un vilain froid, calculateur et surtout haut placé, qui donnera du fil a retordre a nos comparses.

 

 
Le rythme est le point fort et central de ce film, que ce soit de façon continue, par exemple la bataille avec le cosaque dans le bar, ou quand Ritchie manie d‘une main de maître ses ralentis, comme cette course poursuite forestière à la limite du slow motion, qui nous scotche au fauteuil.
Ce film a vraiment de nombreuses qualités pour un blockbuster. Son scénario, certes s’appuie sur les nouvelles de Doyle, mais en soi est vraiment bon, les situations notamment grâce au jeu de Robert sont vraiment exquises, et drôle, comme la dernière scène.
Et on a vraiment une qualité au niveau de la photographie, de la direction des acteurs, du scénario, des situations… Guy Ritchie nous sert la un travail vraiment bien soigné, et c’est tellement agréable à l’oeil, pouvoir profiter d‘un véritable divertissement.

 

 

Conclusion :

Au final, la longueur temporelle de ce film ne ce fait pas ressentir le moins du monde, le rythme nous gardant les yeux bien ouverts, pour essayer de démêler la toile d’information de notre ami détective. L’on passe donc un moment de divertissement agréable et jouissif grâce à une maîtrise quasi parfaite de la part de Ritchie.

Nous ne tomberons pas non plus dans le piège du « élémentaire mon cher » qui n’a jamais été couché sur le papier par le Sir.

Une suite serait possible bien sur, mais il faudra vraiment un scénario béton pour arriver a faire autant voir mieux que ce volet. Mais si le premier n’a pas été a votre goût, celui ci n’a malheureusement que peu de chances de faire mieux…

email