Nos avis Ciné

Robin des bois, la véritable histoire : Loufoque


Robin des Bois est un sale type. Lui et son compère Tuck ont une éthique très claire dans la vie : ils ne volent que les pauvres, les femmes ou les vieux. Le reste ? Trop risqué. Mais même les sales types ont des rêves, et le leur est de racheter la maison close la plus courue de la ville, le Pussycat. Robin, que rien n’arrête lorsqu’il s’agit de s’enrichir, décide alors d’aller chercher l’argent là où il se trouve et projette de dévaliser la caisse des impôts de Nottingham. Mais sa rencontre avec le gang de Sherwood, des justiciers qui eux volent les riches pour donner aux pauvres, va contrarier ses plans. Petit Jean, Marianne et leurs amis ont en effet eu exactement la même idée que lui : braquer le Shérif de Nottingham. La (vraie) légende de Robin des Bois peut enfin commencer !

  • Réalisateur(s): Anthony Marciano
  • Acteurs principaux: Max Boublil, Géraldine Nakache, Malik Bentalha? Gérard Darmon
  • Date de sortie: 15/04/2015
  • Nationalité: Française
Un film au public bien ciblé...

Un film au public bien ciblé…

Deux ans après avoir réalisé le très réussi « Les gamins » (2013), Anthony Marciano nous livre ici une version détournée de la célèbre légende de Robin des Bois. Pour interpréter Robin, l’humoriste Max Boublil, déjà à l’affiche des « Gamins ». Disons le clairement, le film est à regarder en posant son cerveau à l’entrée de la salle, et s’apprécie au millième degré. Marciano ne respecte pas du tout la trame de l’histoire originale, et ne vous attendez pas à une adaptation plus « sérieuse » à la manière du film de Ridley Scott en 2010, ou même du dessin animé de Disney. Ce film est une pure parodie loufoque et décalée, qui s’adresse essentiellement aux ados, son coeur de cible, diront nous.

Cocasse, le film déploie un attirail de gags dans la première demie-heure que j’ai trouvé assez drôle, et qui met l’accent sur le paradoxe du personnage de Robin qui est ici présentée comme un voleur (il vole aux pauvres, parce que voler les riches, c’est trop risqué), comme un lâche et quelqu’un d’absolument horrible. Si le film concentre sur un humour que l’on peut trouver vulgaire et infantile (pipi-caca pour faire simple), le film a surtout un gros défaut, sa mise en scène. A mi-chemin entre une mauvaise publicité et une version kitch d’une série (on peut penser à l’univers de Kaamelot, dont le film espère le même succès), la photographie et la mise en scène ne sont pas à la hauteur d’un film pour le cinéma, et c’est assez étonnant vu la qualité relative de la mise en scène des « Gamins ».

En réalité, le film fait aussi beaucoup penser à un autre film dans l’humour qu’il déploie, à savoir « Albert à l’ouest » de Seth MacFarlane sorti l’an dernier. Dans la manière de rire des différence (le running gag « c’est parce que je suis arabe, parce que je suis homo, parce que je suis juif.. » du personnage de Frère Tuck, le plus réussi du film), ce « Robin des Bois » s’aligne sur le même humour scatophile, lourdingue et pas toujours réussi, mais je dois avouer que j’ai autant ri ici que pour « Albert à l’ouest ». Enfin, outre le personnage de Tuck, celui du méchant shérif de Nottingham, incarné avec brio par un convaincant Gérard Darmon, complexé par sa voix aigue, et qui appuie sur le rabaissement du pouvoir masculin. Si on est loin du grand film de comédie, le film est à regarder comme une grosse parodie qui a le mérite d’être court, sans se prendre au sérieux.

Un shérif de Nottingham hyper crédible !

Un shérif de Nottingham hyper crédible !

email
SCENARIO 67%
MISE EN SCENE 26%
ACTEURS 76%
BANDE SON 54%
HUMOUR 73%
APPRECIATION GENERALE 62%
Vote final

Si on est assez loin du grand film de comédie, "Robin des bois" se présente comme une grosse parodie d'1h30 qui déconstruit totalement le mythe. Sans être un navet ou un film honteux et malgré l'absence de mise en scène, le film est à regarder sans se prendre au sérieux et s'apprécie si on aime l'humour un peu gras, à l'instar d'"Albert à l'ouest".

Note finale 59%