Nos avis Ciné

Retour chez ma mère : Génération boomerang


À 40 ans, Stéphanie est contrainte de retourner vivre chez sa mère. Elle est accueillie les bras ouverts : à elle les joies de l’appartement surchauffé, de Francis Cabrel en boucle, des parties de Scrabble endiablées et des précieux conseils maternels sur la façon de se tenir à table et de mener sa vie… Chacune va devoir faire preuve d’une infinie patience pour supporter cette nouvelle vie à deux. Et lorsque le reste de la fratrie débarque pour un dîner, règlements de compte et secrets de famille vont se déchaîner de la façon la plus jubilatoire. Mais il est des explosions salutaires. Bienvenue dans un univers à haut risque : la famille !

  • Réalisateur(s): Eric Lavaine
  • Acteurs principaux: Alexandra Lamy, Josiane Balasko, Mathilde Seigner
  • Date de sortie: 01/06/2016
  • Nationalité: Française

teaser-2-retour-chez-ma-mere

 

Réalisateur de comédies populaires plus ou moins réussies (où l’on peut citer en vrac « Poltergay », « Protéger et servir », « Bienvenue à bord », récemment « Barbecue » et le meilleur de ses films « Incognito » en 2009), Eric Lavaine poursuit de creuser son sillon de la comédie française, en s’intéressant cette fois à un vrai sujet de société, à savoir « la génération boomerang », qui désigne ces adultes contraints et forcés de retourner chez leurs parents, après généralement une perte d’emploi. Après s’être intéressé à l’amitié dans ses dernières productions, Eric Lavaine se penche sur les conflits familiaux, auquel il a déclaré « L’ambiguité de la famille, c’est le siège des règlements de compte, des non-dits, et des conflits, tout en étant aussi un socle extraordinaire. » On suit donc Stéphanie qui revient chez sa mère, et tout le sel du film repose sur cette confrontation générationnelle entre une mère (avec ses habitudes tenaces) et sa fille, souhaitant rester le moins longtemps possible.

« Retour chez ma mère » est un film qui globalement tient la route, avec un éclairage sur un sujet d’actualité, où la crise économique et le chômage contraignent les enfants de retourner chez leurs parents. A côté de ça, le film suit cette cellule familiale quelque peu éparpillée, entre Carole,une sœur insupportable (jouée par Mathilde Seigner) qui maltraite à outrance son compagnon (joué par l’humoriste Jérôme Commandeur), ou encore Nicolas, un frère qui n’hésite pas à afficher sa réussite professionnelle. Au milieu, Stéphanie, qui a du mal à s’entendre avec cette famille un peu spéciale. Eric Lavaine parvient à créer une comédie, où l’on passe par plusieurs émotions, entre tendresses et règlements de comptes. Mais ce sont surtout les nombreux quiproquos qui donnent au film sa véritable saveur (on pense au quiproquo autour de la tarte picarde, ou encore au fait que Jacqueline (la mère) cache à ses enfants sa relation avec son voisin du dessus, quitte à multplier les gaffes. Ses enfants pensent alors qu’elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer).

Cette comédie doit beaucoup à cette relation vacharde entre mère et fille, laissant la part belle aux interprétations jubilatoires de Josiane Balasko (juste de bout en bout) mais aussi à Alexandra Lamy (qui revient à la comédie après avoir excellé dans le drame avec l’excellente série « Une chance de trop » ou le téléfilm « Après moi, le bonheur »). Touchant et intelligent (dans ce rapport au temps qui passe, dans la reconstruction sentimentale après le deuil ou à la difficulté de trouver du travail correspondant à son niveau d’études), « Retour chez ma mère » se révèle plus doux-amer que l’on ne pensait au départ. Car en effet, le défaut principal du film demeure dans son manque d’humour (les deux bandes-annonces ayant éventés les deux principales séquences humoristiques du film). Tout n’est pas réussi dans ce film : cette trahison de la meilleure amie de Stéphanie envers elle nous sort complètement du sujet du film, la fin est assez bâclée et le film manque cruellement de rythme.

Du grand Josiane Balasko !

Du grand Josiane Balasko !


 

email
SCENARIO 76%
MISE EN SCENE 64%
ACTEURS 86%
BANDE SON 72%
HUMOUR 74%
APPRECIATION GENERALE 69%
Vote final

Dans cette comédie qui n'a rien de transcendant et qui contient des maladresses narratives et une mise en scène pantouflarde, on passe néanmoins un bon moment devant ce « Retour chez ma mère », porté par ce duo Josiane Balasko-Alexandra Lamy de haut vol et ces dialogues mordants et bien écrits, autour de cette génération « boomerang ». Très imparfait, mais divertissant !

Note finale 73%