Nos avis Ciné

RED HILL: NOTRE AVIS


Shane Cooper, un jeune officier de police, décide de s’installer dans la paisible petite ville de province de Red Hill pour commencer sa carrière. Avec son épouse enceinte, ils espèrent également pouvoir y trouver la sérénité afin de fonder une famille. Mais c’est ce jour là que revient à Red Hill,un dangereux repris de justice qui s’est évadé de prison pour punir ceux qui l’ont envoyé derrière les barreaux.

  • réalisateur(s):Patrick Hughes
  • Acteurs principaux: Ryan Kwanten, Claire Van Der Boom,Steve Bisley, Tom E lewis
  • Date de sortie: 2010
  • Nationalité: Australie
"La colline a des yeux"

« La colline a des yeux »

Patrick Hughes tourne ici son premier long métrage avec à l’époque, un budget très restreint venant de fonds privés. Mais c’est  avec une envie déterminée, et en seulement 4 semaines, qu’il va réussir le pari fou de mixer les genres lui tenant le plus à cœur, c’est à dire le western, le thriller, et l’horreur post moderne. Shane Cooper ( Ryan Kwanten qui pour l’occasion met en suspend son rôle dans True Blood) n’a pas le temps  de poser ses valises dans la bourgade de Red Hill, qu’il doit déjà être confronter à un shérif local peu affable ( Steve Bisley remarquable en ordure ) à un climat un peu plus rude que dans  sa ville précédente, mais surtout à Jimmy Conway (Tom E. Lewis)  véritable mastodonte Aborigène accusé du meurtre de sa femme, qui revient hanté les murs crasseux de la ville…

La déconvenue sera brutale et sans artifice, avec une  tuerie froide et implacable rappelant parfois la ferveur des meilleurs Sergio Leone, et souvent dans les cadres et la musique de Hughes il semble bercer une nostalgie très John Carpenterienne. L’écho de ce travail bien appliqué et ordonné, donne une dimension surréaliste au récit narratif effectué, et il en découle une certaine profondeur, grâce a la magnificence des plans jusqu’au-boutistes de son réalisateur.

"il ne peut en rester qu'un"

« il ne peut en rester qu’un »

Cette excellente surprise méconnue du grand public ( à présent il en sera tout autre de son auteur qui vient de terminer Expendables 3) reste vraiment généreuse en terme de pétarade technique et visuelle, le sous texte n’est jamais loin, le métrage se permet même au détour de quelques scènes (la panthère) de flirter à la lisière du fantastique, le mélange des genres ne choque jamais, il offre même cette particularité et cette authenticité au film, qui en demeure une puissante série B rendant hommage à un grand pan du cinéma référentiel et référencé. Patrick hughes est sans aucun doute un réalisateur qui va falloir suivre de très près, en espérant qu’il sache dans l’avenir se détacher d’un « genre » pour en affectionner d’autres….

email
Scénario 79%
Réalisation 85%
Jeu d'acteurs 87%
Ambiance sonore 85%
Appréciation Globale 86%
Vote final

Western moderne crépusculaire, cette petite série B, est assez surprenante dans ses tenants et ses aboutissants. l'Australie y'est magnifiée par des paysages vertigineux, et le scénario quand à lui nous laisse nous prendre aisément jusqu'au générique final au jeu du chasseur chassé pour qui ont développe une certaine affection...

Note finale 84%
Note des Lecteurs
1 votes
73