Nos avis Ciné

Radin ! : Honnête divertissement [En dvd-Blu ray depuis le 31 janvier]


François Gautier est radin ! Economiser le met en joie, payer lui provoque des suées. Sa vie est réglée dans l’unique but de ne jamais rien dépenser. Une vie qui va basculer en une seule journée : il tombe amoureux et découvre qu’il a une fille dont il ignorait l’existence. Obligé de mentir afin de cacher son terrible défaut, ce sera pour François le début des problèmes. Car mentir peut parfois coûter cher. Très cher…

  • Réalisateur(s): Fred Cavayé
  • Acteurs principaux: Dany Boon, Noémie Schmidt, Laurence Arné
  • Date de sortie: 28/09/2016
  • Nationalité: Française

587202.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Depuis l’énorme succès de « Bienvenue chez les ch’tis » en 2008, Dany Boon est devenu l’un des acteurs français les plus populaires. Le plus célèbre humoriste du Nord a enchaîné par la suite bon nombre de rôles toujours plus comiques et caractériels les uns que les autres, avec « Rien à déclarer » (2010), « Supercondriaque » (2014) et le très réussi « Lolo » de Julie Delpy sorti l’an dernier. Après avoir réalisé plusieurs thrillers d’action très convaincants (Pour elle, A bout portant et Mea culpa), le cinéaste Fred Cavayé surprend en signant sa première comédie, et établit un lien entre ses quatre films qu’il qualifie lui-même de « films du dimanche soir, ludiques et destinés au spectateurs. » Très occupé par la réalisation de son prochain long-métrage « Raid dingue » prévu pour février 2017, Dany Boon n’avait pas prévu de tourner dans Radin ! Jusqu’à que Cavayé lui envoie une nouvelle version du scénario l’intéressant beaucoup et apportant une grande profondeur aux personnages selon lui.

Parmi les personnages radins du cinéma, on pense inévitablement à Louis de Funès dans deux grands rôles : Don Salluste dans « La folie des grandeurs » ou encore Harpagon dans sa reprise de « L’avare ». Mais ce personnage de François Gautier serait bien en passe de dépasser toutes les barrières en radinerie. Car malgré les plus de 200 000 euros sur son compte, le personnage de Dany Boon est un radin maladif : il éteint les lumières de sa maison assez délabrée et déprimante, il collectionne les bons de réductions et calcule la somme de ses courses au centime près, et mange quotidiennement de la nourriture périmée. Il va même jusqu’à fuir son lieu de travail pour éviter de participer à la quête pour un collègue partant à la retraite. Sa vie assez terne va être remise en question par la venue de sa fille Laura, dont François ignorait totalement l’existence. La mère de Laura, va faire rapprocher sa fille qui cache un lourd secret de François en pensant que celui-ci doit sa discrétion parce qu’il participe à une mission humanitaire au Mexique, d’où sa radinerie. De ce quiproquo, François va devoir faire passer auprès de son voisinage son avarice pour soi et ses proches, pour de la générosité envers des enfants en difficultés.

x870x489_radin_radin-6630.jpg.pagespeed.ic.hiNeBpXC1c

A la manière de « Supercondriaque » qui abordait l’hypocondrie de son personnage principal, « Radin » dépeint tous les mauvais côtés de ce personnage grippe-sou, et pourtant, vite attachant, car on se rend rapidement compte que ce trait de caractère l’enferme dans une solitude exacerbée. Dany Boon parvient une fois à se faufiler dans les traits de son personnage avec humanité et conviction, en utilisant son jeu très physique, axé sur le mime. Il reste sur la réserve, n’en fait pas trop et joue de manière beaucoup plus réservée, qui lui convient mieux encore. Dans cette comédie plaisante et assez bien rythmé, les seconds rôles ne sont pas en reste, avec Laurence Arné incarnant une musicienne amoureuse de François, et qui va découvrir sa radinerie. D’autres personnages viennent étoffer l’histoire, comme cette amitié liant un banquier à François, qui paradoxalement, va le pousser à dépenser, ou encore ce voisin débordé par ses enfants et qui au contraire du personnage principal, n’a plus du tout le contrôle sur ses finances.

Après une première partie très convaincante sur la radinerie du personnage, le film faiblit par moment lorsque le récit est installé. Si beaucoup continueront de critiquer le jeu de Dany Boon et la comédie française comme il est malheureusement trop souvent de bon ton de critiquer ce qui est populaire, il faut reconnaître des qualités à « Radin », en particulier dans la mise en scène de Fred Cavayé qui n’hésite pas à emprunter les codes qu’il connait si bien, ceux du thriller à l’intérieur de séquences hilarantes comme celle irrésistible du restaurant.

MISE A JOUR (17/02) : « RADIN » est disponible depuis le 31 janvier en dvd et blu-ray. En bonus, vous y trouverez le making of du film ainsi que des scènes coupées !

email
SCENARIO 70%
MISE EN SCENE 74%
ACTEURS 73%
PHOTOGRAPHIE 73%
HUMOUR 69%
APPRECIATION GENERALE 71%
Vote final

Si l'on peut regretter que certains gags soient un brin répétitifs ou qu'une majeure partie a été dévoilée dans la bande-annonce, « Radin » reste toutefois un honnête divertissement, porté par Dany Boon, sur un trait de caractère maladif et si agaçant qu'est la radinerie. En clair, si vous aimez rire, vous en aurez pour votre argent !

Note finale 71%