Nos avis Ciné

Primaire : Une bonne copie !


Florence est une professeure des écoles dévouée à ses élèves. Quand elle rencontre le petit Sacha, un enfant en difficulté, elle va tout faire pour le sauver, quitte à délaisser sa vie de mère, de femme et même remettre en cause sa vocation. Florence va réaliser peu à peu qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre…

  • Réalisateur(s): Hélène Angel
  • Acteurs principaux: Sara Forestier, Vincent Elbaz, Patrick D’Assumcao
  • Date de sortie: 04/01/2017
  • Nationalité: Française

primaire-6

 

Après s’être attaqué au thriller pour son dernier film « Propriété interdite » en 2011, Hélène Angel s’intéresse à un autre genre, celui du drame social, et plus particulièrement du film d’école, qui a donné lieu à d’innombrables films comiques ou dramatiques. La réalisatrice révèle -je cite- que « le point de départ de mon film, ça a été l’émotion que j’ai ressentie quand mon fils a quitté son école, en fin de CM2. Moi je pleurais parce que c’était la fin de l’enfance, lui il excité par la vie qui s’ouvrait devant lui ! J’ai réalisé à quel point l’école marque nos vies, d’enfants et de parents, avec des étapes initiatiques. » Alors qu’Hélène Angel avait au départ prévu le rôle principal pour un homme, la réalisatrice a finalement choisi l’actrice Sara Forestier, qui a dû se préparer en se rendant dans des classes de CM2, et en rencontrant des maîtresses. Elle a constaté à quel point la personnalité de chaque maitresse influe sur sa classe. L’actrice déclare : « Nous avons tous eu, enfants, notre instit’ préféré, celui ou celle qui nous a fait confiance et nous a fait décoller. »

Assez attendu, « Primaire » a pour ambition de suivre le difficile quotidien d’une jeune professeur où le travail contamine chaque plan du privé. Mère d’un fils qui fait parti de sa classe, Florence va devoir gérer l’arrivée de Sasha dans l’école, un enfant délaissé par sa mère, et n’ayant aucune stabilité lui permettant de s’épanouir. Le film dépeint avec un vrai réalisme tous les problèmes de Florence (la gestion d’une classe énervée, un problème impromptu) mais aussi les soucis liés à l’encadrement (ses relations avec ses collègues qui n’ont pas forcément la même vision de l’éducation). Florence doit aussi gérer son fils, lassé par l’obsession pour l’école de sa mère.

« Primaire » parvient parfaitement à fusionner le drame social, avec comme intrigue principale, le cas de Sasha, dont s’occupe l’ex-amant de sa mère, et de bonnes touches de comédie, dans la malice des enfants qui jouent tous très bien. Assez touchant dans son discours sur l’enfance délaissé, « Primaire » explore parfaitement la difficulté d’être prof’ aujourd’hui, avec des responsabilités de plus en plus grandes pour des avantages de plus en plus minces. Hélène Angel renforce son discours du désenchantement de la profession, par le biais de cette jeune stagiaire qui, après son premier cours observé par Florence, va être complètement dégoûtée du métier. Un questionnement sur la démission des profs, un phénomène de plus en plus marqué ces derniers mois chez les jeunes professeurs. La cinéaste va à l’encontre d’un plaidoyer en faveur de la profession, mais montre plutôt tous leurs doutes et leurs faiblesses. Sara Forestier, césarisée en 2011 pour « Le nom des gens » est une fois de plus, exceptionnelle et bouleversante dans son rôle.

Si le film d’Hélène Angel nous est présenté avec un grand réalisme social en étant richement documenté et subtil, « Primaire » n’est pas dénué de défauts. La description de la vie privée de Florence est assez maladroite, avec pas mal de clichés, en particulier dans sa romance avec l’homme qui s’occupe de Sasha. Le film manque également sérieusement de rythme, en particulier dans sa deuxième moitié, avec une fin quelque peu bâclée, où la résolution finale du sort de Sasha que l’on a suivi pendant tout le film, se trouve résumée en une phrase. Malgré ses défauts, le film a le mérite de nous ouvrir sur ce qu’est être professeur aujourd’hui en France.

 

email
SCENARIO 73%
MISE EN SCENE 76%
ACTEURS 83%
PHOTOGRAPHIE 72%
BANDE SON 75%
APPRECIATION GENERALE 73%
Vote final

Si « Primaire » patine un peu dans l'exploration de la vie privée du personnage de Florence, le film est passionnant dans ses scènes de classe où Hélène Angel parvient à capter tous les angles du métier d'instituteur avec un certain réalisme, dans sa volonté de transmettre son savoir sans suivre forcément le programme tout en devant gérer tous les conflits. Un bon film social français à découvrir !

Note finale 75%