Nos avis Ciné

Pixels : Le « geek-film » paresseux


À l’époque de leur jeunesse, dans les années 80, Sam Brenner, Will Cooper, Ludlow Lamonsoff et Eddie « Fire Blaster » Plant ont sauvé le monde des milliers de fois… en jouant à des jeux d’arcade à 25 cents la partie. Mais aujourd’hui, ils vont devoir le faire pour de vrai… Lorsque des aliens découvrent des vidéos d’anciens jeux et les prennent pour une déclaration de guerre, ils lancent l’assaut contre la Terre. Ces mêmes jeux d’arcade leur servent de modèles pour leurs attaques. Cooper, qui est désormais Président des États-Unis, fait alors appel à ses vieux potes pour empêcher la destruction de la planète par PAC-MAN, Donkey Kong, Galaga, Centipede et les Space Invaders… Les gamers pourront compter sur l’aide du lieutenant-colonel Violet Van Patten, une spécialiste qui va leur fournir des armes uniques…

  • Réalisateur(s): Chris Columbus
  • Acteurs principaux: Adam Sandler, Michelle Monaghan, Kevin James
  • Date de sortie: 22/07/2015
  • Nationalité: Américaine
Un film geek qui se veut délirant...

Un film geek qui se veut délirant…

Réalisateur des très célèbres « Madame Doubtfire », « Maman, j’ai raté l’avion » mais aussi du premier « Percy Jackson » et de deux « Harry Potter », Chris Columbus fait parti des figures incontournables de l’entertainment américain. Il décide cette fois d’adapter un court-métrage français d’un certain Patrick Jean (où le film repompe tous les éléments graphiques). Le point de départ est plaisant et intriguant : le monde est attaqué par des aliens un peu particuliers, à savoir des versions agrandies de jeux vidéos. Une version originale de la fin du monde donc… Mais ici, pas question de se prendre au sérieux, Columbus pousse le curseur loin à fond dans lé dérision, au risque de manquer de subtilité.

Se présentant comme un divertissement estival, en laissant son cerveau à l’entrée de la salle, « Pixels » est surtout un film qui joue à fond la carte de la nostalgie des jeux vidéos d’antan, qui vise une niche bien précise : en gros, les gamers de plus de 30 ans. Au risque de délaisser ou d’inintéresser les autres spectateurs, ce qui est le cas malheureusement. Si certaines situations prêtent à sourire (l’un des personnage devient Président, et le film s’amuse de la différenciation entre le sérieux de sa fonction et son immaturité), « Pixels » use et abuse d’un humour très 80’s, et donc assez ringard, y compris dans le scénario très paresseux dans son rythme, avec des scènes clichés au possible (on devine dès le début que le mec de la bande qui fantasme sur son héroine de jeu va finir par se la taper!!). Malgré son côté farce évidente, Columbus ne parvient pas vraiment à lâcher complètement les chevaux, et le film garde un fond de sérieux qui ne convient pas à l’atmosphère générale du film.

On se souvient de la folie créative dans « Les mondes de Ralph » qui jouait aussi sur cette corde de la nostalgie geek tout en ayant un récit construit autour. Ici, « Pixels » aussi sympathique soit-il (on ne passe pas forcément un mauvais moment devant le film) reste dans sa zone de confort et ne parvient que rarement à passer le level supérieur (hormis peut-être de deux scènes, l’attaque de Pac-Man en ville et lorsque les personnages doivent faire face à Donkey Kong comme s’ils faisaient parti du jeu). Rien de bien frais, et malgré la présence décalée de Serena Williams, le film n’est pas transcendant et demeure dans sa case de sympathique mais paresseuse série B.

email
SCENARIO 58%
MISE EN SCENE 66%
ACTEURS 64%
EFFETS SPECIAUX 71%
BANDE SON 47%
APPRECIATION GENERALE 61%
Vote final

En jouant à fond les manettes la carte de la nostalgie et du "geek-service", "Pixels" ne parvient pas à dépasser le niveau supérieur, en se contentant d'être une sympathique mais poussive et paresseuse série B...

Note finale 61%