Nos avis Ciné

Paranormal activity 5 : Le diktat du jumpscare


Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
La famille Fleeges emménage dans une nouvelle maison et découvre dans le garage des cassettes vidéos de l’enfance de Katie et Kristi et une caméra leur permettant de voir ce qui se déroule véritablement autour d’eux…

  • Réalisateur(s): Grégory Plotkin
  • Acteurs principaux: Chris J.Murray, Brittany Shaw, Olivia Taylor Dudley
  • Date de sortie: 21/10/2015
  • Nationalité: Américaine

Paranormal-Activity-1

En 2009, débarquait en salles, un petit film d’horreur au budget minuscule, crée par Oren Peli et appelé « Paranormal activity », un found footage qui flanquait une sacré frousse ! A l’époque, le principe était novateur (déjà utilisé avec le Projet Blair Witch) : une caméra, une chambre et la nuit qui filme des événements paranormaux de plus en plus flippants. Après trois suites, et un spin-off (réussi), c’est au tour de Gregory Plotkin (Chef monteur des précédents films) de s’attaquer à la réalisation de cette saga horrifique devenue culte. Tourné en seulement 45 jours, « Paranormal activity 5 » reprend juste après le quatrième volet, en laissant de côté le spin-off. Avec comme promesse de ce nouvel et dernier opus, la 3D qui nous laisserait voir les phénomènes, jusqu’à présent suggérés et invisibles. Le film a en tout cas donné lieu à des scènes d’hystérie collectives mais pas dans le sens voulu, puisque l’on a récemment appris qu’un groupe de jeunes avait saccagé une salle projetant le film à Perpignan (ma salle était heureusement d’un silence quasi religieux!)

Mais ce nouveau film est-il le « Paranormal activity » de trop ?? On peut réellement se poser cette question en voyant ce film, qui est déjà très long à commencer, avec qui plus est, des personnages auxquels on ne parvient pas à s’identifier. Mais revenons-en au premier gros problème, ou plutôt à une légère escroquerie du film, en ce qui concerne la 3D, car en réalité, le film n’est qu’en 3D environ 30 minutes sur tout le film (soit un tiers du film). En clair, le film bascule en 3D lorsque l’on voit les événements, mais absolument pas dans les scènes de journée ou de dialogues. Heureusement, et il faut le souligner, la 3D est véritablement de qualité avec énormément de jaillissements et permet, comme le dit la promo du film de « voir les phénomènes ». Mais là où le film déçoit le plus, c’est dans son scénario, qui résulte, je pense, d’un trop grand nombre de personnages, et d’une absence d’un nouvel enjeu (des frères retrouvent des cassettes de Katie et Kristie qui dialoguent avec le présent)…

Tout cela provoque finalement plus l’ennui que la peur !! En effet, ce dernier Paranormal activity perd malheureusement le principe du premier film pour tomber dans le diktat du jumpscare à tout va ! A la base, le premier « Paranormal activity » provoquait une sacré frousse car une caméra était posée, qui filmait le moindre petit drap qui bouge, un grincement qui se rapproche. Tout cela avec des évènements de plus en plus effrayants, et une montée crescendo de l’angoisse… Ici, le film use et abuse de jumpscare (autrement dit d’effets conçus pour que vous sursautiez), ce qui en soi est une bonne chose, mais qui doit être amené par une certaine angoisse crescendo, d’autant plus qu’ici, vous vous voyez venir de nombreux effets, ce qui fait baisser sérieusement mon trouillomètre. Brouillon, le final ne répond pas à tous les enjeux posés par la saga, ce qui nous laisse vraiment sur notre faim et c’est bien dommage !!

 

email
SCENARIO 56%
MISE EN SCENE 58%
ACTEURS 44%
3D 68%
TROUILLOMETRE 64%
APPRECIATION GENERALE 58%
Vote final

En 2009, le premier "Paranormal activity" flanquait une sacré frousse et réinventait l'horreur avec peu de moyens. Aujourd'hui, le dernier volet de la si lucrative saga déçoit et prouve qu'il s'agissait peut-être du film de trop, tant le film laisse froid et a bien du mal à provoquer des frissons, alors même que la saga a délaissé le crescendo de l'angoisse pour le diktat du jumpscare.

Note finale 58%