Nos avis Ciné

Papa, pourquoi il découpe la vache vivante le monsieur ?


« Apocalypse Now », c’est l’histoire d’ … :

Une quête. Celle d’un fils déçu par son père spirituel, un rite initiatique… Accessoirement, c’est aussi un film sur la guerre du Viet-Nam.

 

 

« Apocalypse Now », Meilleur Film … ou pas?

Sale ambiance à Saïgon ! Les Américains savent qu’ils ont perdu la guerre, qu’ils vont prendre une taule par cette bande de Viets communistes…
Les boules !

Les Américains ne s’en remettront jamais…

Le cinéma non plus et pour deux raisons :

1 pour tous ces nanars sur le sujet, et

2 pour toutes les œuvres créées sur la guerre du Vietnam.


Autant de témoignages sur un enfer qui aura meurtri une génération d’Américains et de Vietnamiens car eux aussi faisaient la guerre.
Parmi ces films, il y a Full Metal Jacket (lire ma critique), Voyage au bout de l’enfer (critique à venir), Platoon, Rambo (1), et Apocalypse Now.

Ce film est un concept tragique, un amalgame et une oeuvre d’art.

Comme tout chef d’oeuvre , il est né du chaos et de la destruction. Les tempêtes et les maladies tropicales auront raison des acteurs, des techniciens et de tous les décors.

Pourtant, Coppola parviendra à le terminer dans la douleur physique.

Il ignore que le contexte chaotique de la réalisation confère au film, et pour l’éternité, une ambiance sale, poisseuse et angoissante, qui nous plonge « Au Coeur des Ténèbres ». Une longue nouvelle de Joseph Conrad et dont s’inspire le film.

« Apocalypse Now » est donc une sorte de condensé virulent antiguerre tout en la racontant dans sa pire version, celle du côté obscur de l’Homme.
Je pense que tous ceux qui sont fascinés par ce film auront perçu les références culturelles, psychologiques (et psychanalytiques ?) :

– Il y a de la tragédie grecque dans ce film et les personnages sont très Shakespearien… Ce film est le reflet de notre âme dans le miroir… Et toujours cette fameuse question : qu’est-ce qui différencie la folie de la raison ?

– La narration de cette quête meurtrière fait une référence  à la « Descente aux Enfers » de Dante… et dans le coin, ça sent autant le napalm que le souffre…

– Bien sûr je ne manque pas de souligner la bande son toute auréolée d’un rock’n’roll vaguement wagnérien et soutient dramatiquement ce conte sur la folie destructrice : l’ouverture du film en est l’emblème et l’attaque d’hélicoptères, le symbole.

Un début de film qui commence par « The End » et une « Chevauché des Walkyries » inspirée.

Magistrale de création.

Conclusion :

Je ne possède pas de Monet, Manet et de Picasso. Pas les moyens !

Pour moins de dix euros, je me suis acheté la version longue d' »Apocalypse Now » et comme un collectionneur, je m’enferme seul pour admirer L’OEUVRE.

email