Nos avis Ciné

Nocturnal animals : Un thriller envoûtant d’une grande précision


Galeriste en vue à Los Angeles, Susan Morrow, la quarantaine, travaille sans passion dans un milieu artistique à l’originalité convenue. Son époux Hutton Morrow s’éloigne d’elle pour plonger dans le lit d’autres femmes. Tandis que Susan se désespère, elle reçoit un livre de son ex-mari, Edward Sheffield, qu’elle n’a pas revu depuis des années, intitulé : Nocturnal Animals, qu’il lui dédicace. Sa lecture effrénée la plonge dans une tourmente de sentiments très vifs qui réveillent ses souvenirs de jeunesse tandis qu’elle découvre l’histoire de Tony, sa femme Laura et leur fille India, agressés en pleine nuit par une bande de voyous sadiques. Lentement, inexorablement, Susan fait le lien entre le personnage fictif et l’homme qu’elle a aimé par le passé…

 

  • Réalisateur(s): Tom Ford
  • Acteurs principaux: Jake Gyllenhaal, Amy Adams, Michael Shannon
  • Date de sortie: 04/01/2017
  • Nationalité: Américaine

Avant de se lancer dans le cinéma avec « A Single man » en 2009, Tom Ford était un styliste reconnu. Avec son second long-métrage « Nocturnal animals », le cinéaste adapte l’œuvre d’Austin Wright « Tony and Susan » paru en 1993. Tom Ford prend cependant le parti de modifier beaucoup d’éléments du roman : les lieux sont différents ou l’époque est actualisée par exemple. Le cinéaste prend un soin particulier à l’écriture du scénario, en pensant avant tout à l’image et à la manière dont les mots et les situations peuvent la mettre en valeur. Comme il nous l’explique : « Je trouve généralement en glanant des images qui correspondent à mes protagonistes et leur univers. (…) Le long-métrage est un exercice résolument visuel, et je pense que les mots et les dialogues ne devraient servir qu’à faire évoluer une fable essentiellement visuelle. C’est pour ça que j’écris de très longues scènes. Peut-être dans un souci d’établir un véritable lien entre les personnages. »

« Nocturnal animals » possède en tout cas un record, celui de la plus grosse somme dépensée pour les droits de distribution d’un film pour un festival lors d’enchères (en l’occurrence, 20 millions de dollars au festival de Cannes).

Malgré des premières critiques élogieuses lors de sa présentation au Festival de Venise, « Nocturnal animals » a réalisé un score moyen au box-office, avec seulement 232 000 entrées. Et pourtant, ce film mérite qu’on s’y attarde. On y suit Susan, cette galeriste d’art de Los Angeles, qui reçoit un manuscrit de son ex-mari, Edward. Ce livre met en scène Susan, sa fille et son ex-mari dans des circonstances très violentes, à savoir son enlèvement. A l’instar de sa formation dans la mode, Tom Ford tisse son récit à la manière d’un de ses vêtements de haute couture, avec précision et soin. Après un générique d’ouverture décalée et volontairement absurde, « Nocturnal animals » nous plonge dans une atmosphère à la fois sombre et mélancolique. Si le synopsis ne paie pas de mine au premier abord, ce thriller est bien plus complexe et intelligent qu’il ne le laisse paraître.

Pour son second film, Tom Ford nous propose en réalité deux films en un. L’histoire de Susan délaissée par son mari infidèle et au travers du livre de son ex-mari se replonge dans ses souvenirs de sa rencontre avec lui et des choix de vie qui les ont éloignés. En parallèle, on suit l’histoire passionnante du livre, qui se trouve mis en image. L’histoire d’Edward qui se fait braquer et voit sa femme et sa fille se faire enlever. Il va tout faire, avec l’aide du flic du coin, pour tenter de les retrouver, et trouver les malfrats. Dans ce récit labyrinthique entre fiction et réalité, on se perd avec délectation dans ce brouillage temporel parfaitement maîtrisé par Tom Ford. L’autre force du film est la photographie se jouant des contrastes des lumières entre les extérieurs (dans la partie thriller) et les intérieurs (dans la partie « réalité ») et et le cadrage millimétré du film extrêmement brillant. Le cinéaste n’hésite pas à déranger lors de certaines séquences longues et angoissantes (comme la rencontre interminable et tendue entre la famille et les braqueurs). Il faut également saluer le talent de tous les acteurs, à commencer par le parfait Jake Gyllenhaal, toujours impressionnant, mais aussi Amy Adams, déjà très convaincante dans « Premier contact » ou encore Michael Shannon, incarnant le flic, et prouvant une nouvelle fois sa force brut. Dans ce film épatant protéiforme, on peut seulement regretter le final du film un peu trop expéditif nous laissant avec encore plein de questions en tête. Mais n’est-ce pas là le rôle du cinéma de bousculer le spectateur et de le faire réfléchir bien après la séance ? Si tel est le cas, c’est une entière réussite !

email
SCENARIO 83%
MISE EN SCENE 87%
ACTEURS 88%
PHOTOGRAPHIE 92%
BANDE SON 83%
APPRECIATION GENERALE 80%
Vote final

Entre drame mélancolique et thriller opaque et glauque nous faisant penser à la série « True detective », « Nocturnal animals » trouve parfaitement son équilibre avec une grande précision. Dominé par un casting bluffant, un mélange des genres marquant et une photographie de toute beauté, ce film cérébral vous donnera indéniablement le tournis (dans le sens le plus envoûtant qu'il soit)

Note finale 85%