Nos avis Ciné

Nerve : Enervant ?


En participant à Nerve, un jeu qui diffuse en direct sur Internet des défis filmés, Vee et Ian décident de s’associer pour relever des challenges de plus en plus risqués et gagner toujours plus d’argent.
Mais bientôt les deux « Joueurs » s’aperçoivent que leurs moindres mouvements sont manipulés par une communauté anonyme de « Voyeurs ». Le jeu vire au cauchemar. Impossible d’arrêter…

  • Réalisateur(s): Ariel Schulman et Henry Joost
  • Acteurs principaux: Dave Franco, Emma Roberts, Emily Meade
  • Date de sortie: 24/08/2016
  • Nationalité: Américaine

nerve

 

Après avoir réalisé « Paranormal activity » numéros 3 et 4, le duo Ariel Schulman et Henry Joost se reforme pour s’attaquer à « Nerve », une adaptation cinématographique d’ « Addict », un roman écrit par Jeanne Ryan. L’histoire de « Nerve » qui tourne autour d’une lycéenne plongée dans un jeu dangereux souscrit en ligne et la poursuivant dans la vraie vie, fait écho au film de David Fincher « The game » (sorti en 1997) et qui piégeait Michael Douglas dans un jeu machiavélique grandeur nature. Plus récemment, un film d’horreur intitulé « Unfriended » (en salles l’an dernier) traitait lui aussi des dangers des réseaux sociaux, avec en toile de fond une entité meurtrière qui révélait la face cachée de jeunes adultes très hypocrites les uns envers les autres.

Tourné en plein New York, « Nerve » dépeint à l’instar du fameux jeu « Pokemon Go » faisant fureur actuellement, un jeu virtuel qui a des répercussions dans la réalité. Sauf qu’ici, point de Pikachu et autre Salamèche à l’horizon, mais un jeu beaucoup plus dangereux. Il repose sur une inscription en ligne où vous décidez d’être voyeur en payant un abonnement, soit vous êtes joueur, et vous devez accepter tous les défis les plus fous lancés par les voyeurs : embrasser un inconnu, essayer une robe hors de prix ou traverser sur une échelle dans le vide avec un risque crescendo. Chaque défi vous fait gagner de l’argent, qui vous est immédiatement repris si vous n’acceptez pas ou que vous n’arriviez pas. Un jeu diabolique sans fin où va tomber Vee, une jeune fille à la vie bien trop ordonnée pour sa copine Sydney, adepte au jeu.

Le scénario de « Nerve » repose sur une idée de départ excellente, celle de montrer la dangerosité des réseaux sociaux, et de ces phénomènes de groupes prêts à jouer avec la vie d’autres jeunes de leur âge. Mais le souci est que cette idée brillante est au final extrêmement superficielle dans le film et se retrouve noyée dans des lourdeurs et un récit vite fatiguant. Même si « Nerve » a le souci pour aménager son suspense, et sa mise en scène est louable, le film ne parvient pas à faire oublier ses gros défauts. Et pourtant, le film démarre bien dans la mise en place de ses personnages, même s’ils sont quelque peu stéréotypés. On est plongés dans ce phénomène en même temps que Vee qui découvre un monde nouveau en ce jeu. Mais une fois engagée, elle y découvre ses dangers. Malgré ses efforts, « Nerve » fait partie de ces films qui ne parviennent pas à concrétiser leur bonne idée en bon film, la faute à une volonté exacerbée de rendre le film « fun » s’adressant uniquement aux ados et jeunes adultes. Ainsi, toute la dimension politique et médiatique du jeu sont mis complètement de côté, pour rester sur sur ce groupe d’ados un peu bêta. On a constamment envie de les secouer à sortir de ce jeu stupide reposant sur la cupidité de la jeunesse et la mise en valeur de soi aux yeux des autres, en bref deux valeurs absolument détestables dont le film ne remet pas en cause avec suffisamment de conviction.

 

email
SCENARIO 64%
MISE EN SCENE 62%
ACTEURS 63%
BANDE SON 59%
PHOTOGRAPHIE 62%
APPRECIATION GENERALE 48%
Vote final

Faussement provocateur, « Nerve » déroule de grosses facilités scénaristiques (les créateurs du jeu totalement absents, une résolution vite expédiée et faiblarde laissant place aux bons sentiments). Même si l'idée de départ est ingénieuse, le film lasse très vite par sa non remise en question des réseaux sociaux, beaucoup trop légère pour être sincère.

Note finale 59%