Nos avis Ciné

Money monster : La crise sous toutes ses formes en direct


Lee Gates est une personnalité influente de la télévision et un gourou de la finance à Wall Street. Les choses se gâtent lorsque Kyle, un spectateur ayant perdu tout son argent en suivant les conseils de Gates, décide de le prendre en otage pendant son émission, devant des millions de téléspectateurs…

  • Réalisateur(s): Jodie Foster
  • Acteurs principaux: Georges Clonney, Julia Roberts, Jack O’Connell
  • Date de sortie: 12/05/2016
  • Nationalité: Américaine

119803-money-monster-de-jodie-foster-1000x0-1

Présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2016, « Money Monster » est le quatrième long-métrage de l’actrice Jodie Foster, qui s’était illustrée avec « Le complexe du castor » en 2011 et a également réalisé des épisodes des séries « House of cards » et « Orange is the new black ». Avec « Money Monster », Jodie Foster s’attaque au monde de la finance, en posant sa caméra dans les vrais studios de la chaîne de télé américaine CBS à New York pour « conserver le réalisme propre aux directs télévisés et la tension de ces moments. » Le film nous immerge donc de l’intérieur dans une émission de télévision consacrée à la finance, en suivant Lee Gates, le présentateur de cette émission influente, et sa productrice Patty. Dans cette émission, Lee donne ses conseils afin de gagner de l’argent et de profiter du système. Georges Clooney explique : « Ce genre de programme transpire le cynisme. Vous suivez les conseils de types à l’abri derrière leurs bureaux et lorsque vous perdez tout ce que vous possédez, ils vous répondent que la Bourse n’est pas une science exacte. » En pleine émission, un individu va pénétrer sur le plateau avec une arme, et faire enfiler un gilet explosif à Lee, en menaçant de relâcher le détonateur.

Construit et résumé comme un thriller, « Money monster » prend très rapidement des chemins différents, en étant, il faut le dire, plus complexe qu’il n’y paraît. Car si au début, on pense que Kyle, le preneur d’otage n’est animé que par des valeurs anticapitalistes et destructrices, on comprend progressivement que la situation est plus complexe que cela. Kyle a perdu de l’argent suite à des placements hasardeux, conseillés par le présentateur Lee. Sauf que l’on comprend que Lee a aussi les mains liés par un gourou de la finance, représentant les puissances de l’argent. « Money monster » bénéficie d’un scénario assez intelligent, décortiquant ce mécanisme assez complexe de cette crise débutée en 2008 et dont les gens subissent encore les conséquences aujourd’hui. Jodie Foster s’amuse à brouiller les pistes d’un film, pas si simple, et qui décevra un certain nombre de spectateurs qui s’attendent à voir un bon gros thriller haletant et simpliste.

En fuyant tout manichéisme, « Money monster » est une plongée dans cette prise d’otages en direct, dépassant le cadre des Etats-Unis, l’évènement étant rapidement étayé sur toute la planète. Jodie Foster jongle entre la caméra perçue par les téléspectateurs et la situation vécue par les protagonistes pris en otage par Kyle. Tout en dénonçant le cynisme des médias, la spéculation financière et ses dégâts collatéraux, le film parvient à dégager quelques traits d’humour, comme cette relation de confiance entre Lee et sa productrice, lui donnant constamment des ordres à l’oreillette, que Kyle n’a pas aperçu, ou comme certains personnages décalés, l’assistant étant obligé de courir dans la ville apporter des colis importants ou encore ce caméraman obligé de filmer Kyle et Lee pour l’émission, et donc toujours extrêmement proche de la bombe.

On peut reprocher quelques défauts au film, dont notamment le fait que Jodie Foster ne parvienne pas à nous provoquer ce grand frisson d’immersion dans cette prise d’otage, qui aurait pour cela dû bénéficier d’un huis clos total. Ce manque d’immersion abaisse ainsi la peur du spectateur pour les personnages, mais « Monster monster » gagne dans la finesse de sa satire du libéralisme. Tout cela est interprété à la perfection par un Georges Clooney en grande forme et une Julia Roberts, comme on a rarement vu. Le final du film, à la fois surprenant et attendu renverse la situation de départ et détonne sur le rapport bourreau-otage.

email
SCENARIO 81%
MISE EN SCENE 82%
ACTEURS 83%
PHOTGRAPHIE 77%
SUSPENSE 76%
APPRECIATION GENERALE 78%
Vote final

Tout en étant clairement une charge du système capitaliste après la crise de 2008, « Money Monster » est un thriller plus complexe qu'il n'y paraît, reflétant parfaitement notre époque, entre un système sourd aux ravages de cette finance sauvage et la tentation de la vengeance par la violence de la part des victimes. Dommage que le film n'accomplisse pas totalement ses promesses de départ, et notamment son manque de tension narrative.

Note finale 79%