Nos avis Ciné

Mister Babadook : notre avis


Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu’elle n’arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé ‘Mister Babadook’ se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le ‘Babadook’ est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations…

  • Réalisateur(s): Jennifer Kent
  • Acteurs principaux: Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall
  • Date de sortie: 30/07/2014
  • Nationalité: Australienne
Un film plus souvent drôle qu'effrayant

Un film plus souvent drôle qu’effrayant!

Premier film de Jennifer Kent, « Mister Babadook » débarque au cinéma avec le statut de sérieux client dans le domaine du cinéma d’horreur puisqu’il a remporté 4 prix au festival du film fantastique de Gerardmer cette année (dont le prix du jury et celui du public) et qu’il se réclame de « Conjuring, les dossiers Warren », grand succès horrifique de l’été 2013. Malheureusement, le résultat n’est pas à la hauteur de l’attente qu’il pouvait susciter, la faute à une mise en scène paresseuse et qui manque singulièrement de tension.

Le film provoque d’ailleurs plus souvent le rire (grâce aux insultes proférées par la mère à son fils ou encore à la scène du sex-toy) que la peur (on ne sursaute jamais) et ne parvient pas à réitérer la trouille de « Conjuring » et d' »Insidious » (2011). Seule la fin du film peut s’avérer légèrement plus stimulante et effrayante, mais le scénario reste malgré tout, assez plat, souvent prévisible et parfois confus. De plus, l’atmosphère sonore est un peu exagérée et les « apparitions » du babadook sont trop peu nombreuses.

Des personnages qui restent, malgré tout, très intéressants!

Des personnages qui restent, malgré tout, très intéressants!

Venons en aux personnages, probablement un des points forts du film. La mère dépressive est jouée avec justesse par Essie Davis, elle parvient même à déteindre sur l’atmosphère du film (lui même assez sombre et déprimant) et le jeune fils (Noah Wiseman, lui aussi formidable) qui a des problèmes comportementaux depuis la mort accidentelle de son père. Très agaçant au départ, il va devenir progressivement attachant. Le grand intérêt du film est d’inverser l’empathie entre la mère et le fils.

Si le duo fonctionne à merveille, il est franchement incompréhensible que Jennifer Kent oublie certains personnages en cours de route (un homme qui a des vues sur la mère qui disparaît subitement du film sans raison) ou alors que d’autres n’apportent que si peu au récit (le vieille voisine). Peut-être par manque d’ambition (et sans doute de moyens), « Mister Babadook » ne parvient jamais à se hisser à hauteur de ses illustres références qu’il convoque (dont « Rosemary’s baby » et « Répulsion » les deux chefs d’oeuvre de Roman Polanski).

 

email
SCENARIO 53%
MISE EN SCENE 57%
ACTEURS 82%
BANDE SONORE 51%
APPRECIATION GENERALE 56%
Vote final

Malgré l'intérêt et la justesse des personnages, "Mister Babadook" peine à intéresser le spectateur et ne parvient que trop rarement à susciter la peur, la faute à une mise en scène trop plate et un scénario à la fois confus et prévisible.

Note finale 59%