Nos avis Ciné

Miss Peregrine et les enfants particuliers : Honorable mais pas du grand Tim Burton !


À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs …  et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.

  • Réalisateur(s): Tim Burton
  • Acteurs principaux: Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L.Jackson
  • Date de sortie: 05/10/2016
  • Nationalité: Américaine

peregrins-gallery10-gallery-image

Connu pour ses films à l’univers atypique avec un côté farfelu hilarant, Tim Burton est un cinéaste qui a prouvé avec la quinzaine de films qu’il a réalisé tout son talent de « metteur en image » et de conteur hors-pair. Tous ses films (ou presque) sont devenus des références. On peut citer « Beetlejuice » (1988), le premier « Batman » un an plus tard, le formidable « Mars Attacks ! » (1996), les films d’animation « Les noces funèbres » (2004) ou encore « Frankenweenie » (2012). Mais c’est aussi par sa collaboration avec Johnny Depp qui fut la plus fructueuse, Tim Burton l’ayant mis en scène dans « Edward aux mains d’argent » (1990), « Charlie et la chocolaterie » (2005), son adaptation d’ « Alice au pays des merveilles » (2010) ou encore « Dark shadows » (2012). Avant de réadapter « Dumbo » l’an prochain, Tim Burton s’attaque à « Miss Peregrine et les enfants particuliers », un roman écrit par Ransom Riggs publié en 2011. Selon la productrice Jenno Topping, « C’est un livre superbe qui nous a parlé à des nombreux niveaux. Il est étrange, un peu effrayant, et c’est une très belle histoire sur le passage à l’âge adulte. »

 

Ce roman, composé de 3 tomes, est en tous les cas, taillé sur mesure pour Tim Burton, tant le récit convient parfaitement aux codes habituels du cinéaste, aussi bien visuels marqué par une certaine noirceur où le cauchemar semble omniprésent, mais aussi narratif par la présence d’enfants ordinaires plongés dans des situations extraordinaires (à l’instar de « Charlie et la chocolaterie »). Ainsi, on suit Jacob, un jeune adolescent normal qui va assister à la mort violente de son grand-père retrouvé avec les yeux arrachés. Se souvenant du monde imaginaire qu’il lui avait conté lorsqu’il était enfant, Jacob va se rendre avec son père sur le lieu de ce conte situé au Pays de Galles pour tenter de trouver des réponses. Il va finir par découvrir que les personnages censés être légendaires existent réellement. Miss Peregrine, qui ne badine pas avec le temps et n’accepte pas le moindre retard dans le temps, dirige un orphelinat composé d’enfants doté de pouvoirs : une fillette aux forces surhumaines, un garçon invisible, deux jumeaux effrayants entre autres. Jacob va ainsi découvrir qu’il a un pouvoir, celui de voir ce que les autres ne peuvent pas voir. Ces personnages existent dans un monde parrallèle où ils ont crée une boucle temporelle de 24 heures juste avant que leur manoir ne soit détruit par un bombardement nazi.

 

« Miss Peregrine et les enfants particuliers » a tous les aspects du film pour enfants et adolescents, où la fantaisie gothique de Tim Burton se mêle parfaitement à l’univers fantastique et enfantin du film. Le film a le mérite d’inclure la petite histoire (avec le principe de la boucle temporelle) à l’intérieur de la grande Histoire (la Seconde Guerre mondiale, même si cela aurait mérité à être traité avec plus de profondeur). On ressent tous les efforts qu’à fait Tim Burton pour ce film, aussi bien pour le choix de ses acteurs (le méchant joué par Samuel L.Jackson est absolument parfait, et Eva Green en Miss Peregrine s’en tire remarquablement bien) que pour sa photographie sublime, teinté d’une étrangeté passée. Mais au final, le long-métrage est assez mou, et manque cruellement de tension dramatique. Outre la première demie-heure introductive très longue, le film ne passionne pas toujours, malgré l’attachement que l’on a très vite pour ces enfants extraordinaires, trop souvent réduits à des personnages secondaires. On notera aussi une grosse incohérence assez flagrante (la jeune fille censée voler sans ses chaussures de plomb va subitement être attiré par la gravité terrestre) qui vient ternir quelque peu le bilan de cette production tout public qui s’en sort honorablement, mais qui ne marque pas tout à fait la renaissance tant attendue de Tim Burton.

email
SCENARIO 63%
MISE EN SCENE 76%
ACTEURS 81%
EFFETS SPECIAUX 72%
BANDE SON 69%
APPRECIATION GENERALE 61%
Vote final

Si le talent des comédiens (Eva Green et Samuel L.Jackson) et la photographie tirent le film vers le haut, "Miss Peregrine et les enfants particuliers" déçoit un peu dans son scénario paresseux et mollasson, n'exploitant pas toutes les ficelles du scénario de départ. Un Tim Burton honorable mais pas mémorable !

Note finale 70%