Nos avis Ciné

Mémoires de jeunesse : Sacrifice d’une génération


Printemps 1914. Jeune femme féministe à l’esprit frondeur, Vera Brittain est résolue à passer les examens d’admission à Oxford, malgré l’hostilité de ses parents particulièrement conservateurs. Décidée à devenir écrivain, elle est encouragée et soutenue par son frère et sa bande d’amis – et notamment par le brillant Roland Leighton dont elle s’éprend. Mais les rêves de Vera se brisent au moment où l’Angleterre entre en guerre et où tous les jeunes hommes s’engagent dans l’armée. Elle renonce alors à écrire pour devenir infirmière. Tandis que la jeune femme se rapproche de plus en plus du front, elle assiste avec désespoir à l’effondrement de son monde.

  • Réalisateur(s): James Kent
  • Acteurs principaux: Alicia Vikander, Kit Harington
  • Date de sortie: 23/09/2015
  • Nationalité: Britannique
Touchant...

Touchant…

 

Grand habitué des documentaires et des œuvres pour la télévision, James Kent signe ici son tout premier long-métrage, attiré par le goût pour les portraits de femmes fortes, comme il l’avait fait avec un documentaire sur Margaret Thatcher. Inspiré à la fois du livre original « Testament of youth » de Vera Brittain, mais aussi des correspondances que celle ci a pu entretenir avec les hommes qui ont compté dans sa vie, « Mémoires de jeunesse » se veut une histoire forte, bouleversante, traitant des conséquences de la guerre à l’échelle humaine d’une romance et vue par les yeux d’une femme. Conçue comme une histoire transgénérationnelle, « Mémoires de jeunesse » est certes un film d’époque, mais s’adresse aussi à la jeunesse d’aujourd’hui grâce à l’universalité de son propos et du fossé que ressent la jeune génération (aussi bien à cette époque que de nos jours) avec ses aînés.

Sur ce récit quasi inconnu particulièrement romanesque, James Kent tisse un récit sensible sur le basculement d’un monde à l’autre, celui de la jeunesse frivole à celui du sacrifice à l’âge adulte. Pour incarner au mieux la vie de l’auteure devenant infirmière de guerre, la méconnue Alicia Vikander, qui signe indéniablement le meilleur rôle de sa jeune carrière. Si le récit du film peut comporter un certain nombre de longueurs, il faut reconnaître bon nombre de qualités à ce film : une mise en scène élégante et pure, ressemblant au cinéma de la cinéaste néo-zélandaise Jane Campion (La leçon de piano), une bande-son de Max Richter superbe (qui a notamment composé la bande originale de la série « The leftovers » entre autres)et surtout une plongée en crescendo dans l’horreur de la première Guerre Mondiale. Mais ici, il ne faut s’attendre à un film de guerre qui montre des combats, ni une romance à l’eau de rose, mais le film parvient à développer une troisième voie, celle d’un film peignant le portrait d’une jeune femme courageuse, qui assiste à la déchéance de sa propre génération, au travers des trois figures masculines de son entourage : son frère, son amant et son meilleur ami.

Si malheureusement, le film ne parvient pas toujours à émouvoir, en raison peut-être d’un scénario trop découpé et d’un classicisme forcené (et ce, malgré toutes ses qualités plastiques), « Mémoires de jeunesse » est toutefois un film qui fait réfléchir, sur la trajectoire d’une jeunesse brisée en plein vol par une guerre « provoquée » par leurs aînés, et parle de la 1ère Guerre Mondiale (souvent négligée par les cinéastes au profit de la 2nde), de manière beaucoup plus juste et fine dans son traitement. Même si « Testament of youth » ne révolutionnera pas le genre, il n’en demeure pas moins un film touchant sur l’universalité de son propos, en suggérant plus qu’il ne montre, tout en questionnant le spectateur sur le dilemme moral de certaines situations (lors d’une des scènes les plus fortes du film, Vera est affectée à un hôpital de guerre allemand où il doit soigner des grands blessés allemand alors même que son frère se bat contre eux sur le front). Faut les soigner au nom de la dignité humaine ou les affaiblir stratégiquement ? Au final, un film assez poignant, qui avec un scénario qui aurait laissé plus de place à certains personnages (comme celui de l’amant) aurait pu nous toucher en plein cœur.

 

email
SCENARIO 77%
MISE EN SCENE 82%
ACTEURS 84%
PHOTOGRAPHIE 82%
BANDE SON 86%
APPRECIATION GENERALE 74%
Vote final

Sans révolutionner le genre, "Mémoires de jeunesse" est un film nécessaire sur le sacrifice d'une génération entière pendant la Première guerre mondiale. Sans être bouleversant, le film se révèle touchant en étant porté par des acteurs convaincants et une mise en scène élégante et pure.

Note finale 80%