Nos avis Ciné

Marguerite : La juste partition !


Le Paris des années 20. Marguerite Dumont est une femme fortunée passionnée de musique et d’opéra. Depuis des années elle chante régulièrement devant son cercle d’habitués. Mais Marguerite chante tragiquement faux et personne ne le lui a jamais dit. Son mari et ses proches l’ont toujours entretenue dans ses illusions. Tout se complique le jour où elle se met en tête de se produire devant un vrai public à l’Opéra.

  • Réalisateur(s): Xavier Giannoli
  • Acteurs principaux: Catherine Frot, André Marcon, Christa Théret, Michel Fau
  • Date de sortie: 16/09/2015
  • Nationalité: Française, tchèque, belge
808617-marguerite

Tiré d’une incroyable histoire vraie…

Après avoir signé « Quand j’étais chanteur » (2006), « A l’origine » (2008) et plus récemment « Superstar » (2012), Xavier Giannoli change radicalement d’univers, en s’intéressant à l’histoire vraie d’une diva américaine dans les années 40, Florence Foster Jenkins, qui chantait incroyablement faux, et qui était inconsciente de la fausseté de sa voix. Giannoli transpose cette histoire dans la France des années 20, se débarrassant de ce fait, de toute transposition fidèle et littérale à la réalité. Si ce film peut faire peur aux non-initiés de l’opéra (comme moi, qui n’y connait rien à ce sujet), sachez que le monde de l’opéra n’est pas le point central du film et que le film s’attache avant tout à suivre cette femme, se croyant talentueuse et dont tout le monde se moque, une fois le dos tourné.

Parfaite reconstitution historique et décorative, « Marguerite » est un film qui mérite véritablement d’être vu. Pour son histoire saisissante de cette femme de bonne famille sûre de son talent et porté par des encouragements hypocrites de sa cour, le film distille aussi de savoureux runnings-gags, comme lorsque son mari préfère simuler des pannes de sa voiture pour éviter d’assister au « spectacle » de sa femme. Tour à tour comique (le massacre des grands airs d’opéra est quelque chose de jouissif quelque part) et dramatique, dans la solitude montrée de Marguerite qui ne comprend pas ce qu’on lui reproche, et pourquoi on ne la laisse pas se produire dans une grande salle parisienne. Extraordinairement bluffante, Catherine Frot incarne cette cantatrice passionnée avec un réel talent, qui je l’espère et le pense, mériterait d’être salué aux prochains César. Outre Catherine Frot, les seconds rôles sont pour la plupart d’entre eux, très bien exploités (Michel Fau, en chanteur qui a du mal à joindre les deux bouts, se révèle formidable), même si d’autres seconds rôles sont présents de manière trop épisodiques et futiles pour convaincre (le personnage de « La barbue », ou celui incarné par Christa Théret, pas assez exploités).

Fau-rmidable !!

Fau-rmidable !!

Si le découpage du film en cinq chapitres ne me séduit pas (ce saucissonnage du film donne l’impression de lire un récit ou d’assister à un pièce de théâtre en plusieurs actes), le scénario se révèle assez brillant et subtil dans sa conception, avec en son centre, cette Marseillaise absolument massacrée par la cantatrice. Jusqu’à son final glaçant et terrible où SPOILER Marguerite fait face à sa propre voix afin qu’elle réalise ses faussetés. FIN SPOILER. Autre point fort, cette mise en scène de Giannoli, maîtrisée et millimétrée, insistant sur des détails (comme cette plume de paon), ces objets ou les visages des êtres en souffrance, apportant tout le second degré et l’humour caustique du film. L’utilisation de la profondeur crée aussi une véritable immersion dans cette histoire assez passionnante. Malheureusement, on peut reprocher au film de grosses lenteurs, le film dure 2h08 et cela se ressent !! Ces longueurs ont pour effet d’anesthésier l’effet de tension recherché par le film, qui au delà de ça, se révèle réellement intéressant.

BANDE ANNONCE :

 

email
SCENARIO 82%
MISE EN SCENE 87%
ACTEURS 87%
BANDE SON 79%
PHOTOGRAPHIE 83%
APPRECIATION GENERALE 79%
Vote final

Malgré des longueurs qui anesthésient la tension du film et certains personnages secondaires inutiles ou mal exploités, "Marguerite" se révèle d'une grande justesse dans la finesse de son scénario, sa mise en scène très travaillée et met sur un pied d'estale Catherine Frot, touchante et drôle malgré elle, ainsi que Michel Fau, absolument épatant !

Note finale 82%