Nos avis Ciné

Mal de pierres : Romanesque et sensible


Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d’une passion absolue fait scandale. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange, on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d’elle une femme respectable. Gabrielle dit ne pas l’aimer, se voit enterrée vivante.
Lorsqu’on l’envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutenant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d’aimer. Ils fuiront ensemble, elle se le jure, et il semble répondre à son désir. Cette fois on ne lui prendra pas ce qu’elle nomme « la chose principale ». Gabrielle veut aller au bout de son rêve.

  • Réalisateur(s): Nicole Garcia
  • Acteurs principaux: Marion Cotillard, Louis Garrel, Alex Brendemuhl
  • Date de sortie: 19/10/2016
  • Nationalité: Française

mal-de-pierres_5594763

 

Avec sept films à son actif, Nicole Garcia sème son cinéma d’une grande douceur. Son précédent film « Un beau dimanche » sorti en 2014 qui parlait d’amour et de paternité, m’avait plu par son atmosphère en forme de bulle, et avait su révéler le jeune Pierre Rochefort, le fils de l’illuste comédien Jean Rochefort. Avant d’être réalisatrice, Nicole Garcia est aussi une grande comédienne, qui a jouée dans des films d’Alain Resnais ou encore de Claude Lelouch. Pour son huitième film, elle fait appel à Marion Cotillard, oscarisée avec « La môme » en 2007 et qui depuis a enchaîné les rôles ambitieux et sublimes dans « Deux jours, une nuit » des frères Dardenne, et récemment dans la nouvelle production de Xavier Dolan « Juste la fin du monde ». Adaptation d’un roman tiré du même nom écrit par Milena Agus et publié en 2006, « Mal de Pierres » a été présenté en Compétition officielle lors du dernier Festival de Cannes.

Tourné en grande partie en Savoie, « Mal de pierres » porte le même nom que les calculs rénaux, un mal invisible provoquant des douleurs abdominales intenses. On suit Gabrielle, qui souffre de cette maladie de la pierre, mais qui paraît assez aussi instable mentalement. Mariée de force avec un paysan qui ne lui plait pas, Gabrielle va être envoyée en cure pour se guérir. C’est là qu’elle va tomber amoureuse d’André, un lieutenant blessé par la guerre. La tragédie du film se décompose en trois actes, la première suit la construction du couple forcé entre Gabrielle et José, la deuxième développe la relation naissante entre l’héroïne et son jeune amant, et la troisième partie vient brillamment renverser le point de vue, en faisant vasciller nos certitudes sur les deux premières parties. Brillant dans son scénario extrêmement subtil, il est difficile de trop en dire sur « Mal de pierres » sans révéler les éléments de la troisième partie, mais sachez que le film comporte un twist inattendu et malin.

Outre son scénario bien pensé, « Mal de pierres » nous submerge par sa mise en scène, douce comme du velours, et donnant une place prépondérante à la féminité, au travers du personnage de Gabrielle, où l’on comprend que quelque chose ne va pas. Marion Cotillard brille une nouvelle fois par l’incarnation de cette femme, qui courbe l’échine de par sa situation de femme à marier, et qui se réfugie dans la littérature tout en recherchant l’amour, « la chose principale » comme elle le dit. Louis Garrel, en amant blafard et faible, et Alex Brendemuhl, en mari dur mais finalement compréhensif ne sont pas en reste et complètement le casting de ce drame qui semble inspiré de « Madame Bovary » de Gustave Flaubert.

Incandescent et sensuel, le film nous porte par sa douceur de l’image, alors même que le film aborde des thématiques sérieuses comme la maladie, la souffrance et l’amour fantasmé impossible. Si on regrette le manque de lyrisme qui dessert l’émotion, on reste toutefois scotché à ce drame assez puissant qui révèle les fêlures de l’humain.

email
SCENARIO 82%
MISE EN SCENE 79%
ACTEURS 84%
PHOTOGRAPHIE 83%
BANDE SON 71%
APPRECIATION GENERALE 80%
Vote final

Porté par une Marion Cotillard, à la fois sensuelle et instable, « Mal de pierres » s'illustre comme un drame d'une grande douceur, avec des choix de mise en scène pourtant affirmé. Romanesque et sensible, le film gagne à être vu pour son récit intelligemment bâti, malgré un léger manque d'émotion.

Note finale 79%