Nos avis Ciné

Made in France : Quand la réalité rattrape la fiction…


Sam, journaliste indépendant, profite de sa culture musulmane pour infiltrer les milieux intégristes de la banlieue parisienne. Il se rapproche d’un groupe de quatre jeunes qui ont reçu pour mission de créer une cellule djihadiste et semer le chaos au cœur de Paris.

  • Réalisateur(s): Nicolas Boukhrief
  • Acteurs principaux: Malek Zidi, François Civil, Dimitri Storoge
  • Date de sortie: 29/01/2016 en e-cinema
  • Nationalité: Française

 

Une plongée sombre et passionnante

Une plongée sombre et passionnante

 

A l’instar de « Jane got a gun », « Made in France » est aussi ce que l’on pourrait qualifier de film « maudit ». Mais ici, ce n’est pas forcément des galères de productions (même si le financement fut très difficile à obtenir et si les distributeurs étaient réticents à acheter le film). Mais le film a surtout été rattrapé par la réalité. Imaginé par Nicolas Boukhrief après les attaques de Mohamed Merah en 2012, le film, qui s’attaque à l’intégrisme islamiste, devait initialement sortir au début de l’année 2015, mais il fut décalé une première fois après les attaques de Charlie Hebdo. Puis le film a été déprogrammé une nouvelle fois le 18 novembre suite aux attentats de Paris. « Made in France » devait finalement sortir en salles le 20 janvier, avant que le distributeur décide finalement que le film ne bénéficiera que d’une sortie en VOD.

Alors que deux autres très bons films français traitant eux aussi de terrorisme avaient connus une sortie en salles (le drame intimiste à l’échelle d’une famille« Les cowboys » et le huis clos en plein cœur des attaques« Taj Mahal »), « Made in France » a suscité plus de polémiques que ses deux prédécesseurs. D’abord parce que le film se présente de manière plus violente et plus réaliste dans son rapport à l’actualité. Mais aussi parce que Nicolas Boukhrief propose d’aborder le point de vue de ces jeunes hommes, issus de milieux différents (et parfois aisés) qui décident de devenir terroristes, en formant une cellule, pour but de perpétrer des attaques simultanées dans toute la France. La grande force du cinéaste est de donner une approche du terrorisme islamiste en France mais vu de l’intérieur, comme le dirait Boukhrief « pas à l’échelle des Etats qui le financent, ou de ses chefs de guerre, mais plutôt tout au bas de sa hiérarchie, au niveau de ses combattants de base ? Un peu comme si, en son temps, un film avait abordé les premières exactions des nazis, en s’intéressant exclusivement à une bande d’apprentis SS issus des jeunesses hitlériennes. »

Alors que vaut ce « Made in France » ? Eh bien, pour commencer, on peut dire que le film évite les écueils dans lequel il pouvait tomber. En effet, ce n’est ni un film sur l’Islam, ni un film visant la polémique, et pas du tout non plus un film islamophobe, car le personnage du film, Sam, un journaliste infiltré dans les mosquées clandestines, se trouve être de confession musulmane. En fait, on pourrait résumer le vrai sujet du film comme tel : Pourquoi des français prennent des armes et tirent sur des français? Stylisé et réaliste, « Made in France » dépeint la facilité inquiétante avec laquelle des jeunes peuvent se laisser se séduire par un discours de haine envers l’Occident. Le film suit donc ce journaliste infiltré dans cette cellule mené par un homme mystérieux, qui prétend recevoir des ordres d’un supérieur que nous ne verrons jamais. Tel le fonctionnement d’une secte, on suit l’infiltration de ce journaliste, qui tente à la fois de comprendre les raisons des apprentis terroristes, tout en essayant de protéger sa couverture. Seulement voilà, une fois la cellule mise en place, il se retrouve comme pris au piège et forcé par les policiers à poursuivre, pour remonter la hiérarchie et attraper le commanditaire des attaques prévues.

Haletant et puissant, « Made in France » est typique d’un film coup de poing, qui fait aussi froid dans le dos, tant cette facilité de sombrer dans la violence est montrée. Le film, joué avec force et talent par des comédiens peu connus et souvent cantonnés à des seconds rôles, est un film nécessaire qui pointe avec subtilité toutes les contradictions de ces jeunes gens (le journaliste qui pointe une contradiction entre l’origine d’un des hommes (qui est breton) et son appartenance choisie. Le film ne fait jamais l’amalgame entre la communauté musulmane et le terrorisme (outre le fait que le personnage principal soit musulman, la femme du chef de bande musulmane aussi devenant une victime, ou encore un élément à la fin du film (que l’on ne peut pas révéler devient synonyme de vie et d’espoir). Evidemment, ce « Made in France » prend une tournure nettement plus tragique et prémonitoire avec les récents évènements, comme cette scène de vie devenant terrifiante où les futurs djihadistes regarde un match de l’équipe de France de football à la télé, ou encore lorsque le chef de bande suit le journaliste jusqu’à une terrasse de café. Difficile de ne pas y voir un funeste hasard, mais il faut avant tout retenir de cette grande œuvre de fiction, un thriller riche et cinglant, qui selon certains peut manquer d’action, mais qui dégage une réelle approche avec son époque.

 

email
SCENARIO 88%
MISE EN SCENE 87%
ACTEURS 81%
TENSION 85%
PHOTOGRAPHIE 88%
APPRECIATION GENERALE 92%
Vote final

Haletant et puissant, "Made in France" a tout d'un film coup de poing, empreint d'une violence sous-terraine, avec un aspect prémonitoire évident, tout en adoptant un style réaliste et immersif.

Note finale 86%