Nos avis Ciné

Luna : Un premier long-métrage très réussi ! (En DVD le 4 septembre)


 Luna vit près de Montpellier et travaille dans une exploitation maraîchère. Elle est belle, drôle, elle dévore la vie. Elle serait prête à tout pour garder l’amour de Ruben. Au cours d’une soirée trop arrosée avec ses amis, ils agressent un jeune inconnu. Quelques semaines plus tard, celui-ci réapparait dans la vie de Luna. Elle va devoir faire des choix.
  • Réalisateur(s): Elsa Diringer
  • Acteurs principaux: Laetitia Clément, Rod Paradot, Lyna Khoudri
  • Date de sortie: 11/04/2018 et en dvd le 04/09/2018
  • Nationalité: Française

 

Après deux courts-métrage « Ada » (2008) et « C’est à Dieu qu’il faut le dire » (2010), la réalisatrice Elsa Diringer signe avec « Luna » son premier long-métrage, dans une atmosphère et dans un style parfois différent de ses deux courts mais avec une maestria dans la mise en scène et un discours sur la responsabilité jamais culpabilisant. Avec ce film, Diringer a voulu mettre en avant le poids de l’amour, et ce qu’on est prêt à faire pour le garder et de ce qu’on est prêt à faire pour être bien vu dans son groupe d’amis. « Cette question se pose dans tous les milieux et à tous les âges, que ce soit dans des équipes sportives, chez les militaires, les pompiers, lors de bizutages étudiants, etc. Si Luna est un film qui se déploie avec des jeunes, ce n’est pas seulement un film sur eux. C’est aussi un film qui interroge plus largement notre libre arbitre au sein d’un groupe. » 

Pour incarner cette jeune femme fêtarde et qui dévore la vie, Diringer a fait appel à Laëtitia Clément, découverte par un casting sauvage dans son lycée près de Nîmes. La jeune actrice néophyte partage l’affiche avec un acteur (un peu) habitué des lumières, Rod Paradot, révélé par « La tête haute » qui lui permit d’obtenir en 2016, le César du meilleur espoir masculin. Et pourtant, le jeune acteur de 22 ans n’apparaît que pour la deuxième fois au cinéma avec « Luna ». Le film traite d’abord d’une bande de jeunes adultes qui traînent, tout ce qu’il peut y avoir de plus normal. Cependant, leur vie va basculer lorsqu’un jeune grapheur va traîner dans le squat occupé alors par le squat de la bande de Luna. Et là, tout va déraper. Ruben, le petit ami de Luna va violer avec une bouteille de bière le pauvre Alex. Rongé par le remord d’avoir participé à cet acte ignoble, Luna s’éloigne petit à petit de cette bande et de son mec, qui ne sert d’elle que pour assouvir ses « besoins ». C’est là qu’Alex va travailler dans la même exploitation agricole que Luna. Il ne la reconnaît pas (grâce à une changement de coupe de cheveux), mais elle, oui. La relation d’abord conflictuelle va dériver vers une surprenante direction.

Avec « Luna, Elsa Diringer prouve, une fois de plus (après ses deux courts-métrages), qu’elle sait manier le suspense avec une maîtrise dingue. En parlant de sujets pourtant très simple et communs comme la relation amoureuse, la culpabilité, le mensonge, Diringer parvient à prendre en haleine le spectateur autour d’un étau qui va se resserrer de plus en plus autour de l’omission de Luna, concernant son identité. Dans un cadre ensoleillé et lumineux, le film bénéficie d’une photographie sublime et d’une mise en scène scotchante qui ne va jamais juger les actes de ses personnages, mais tenter de cerner cette insondable culpabilité, celle qui nous ronge de l’intérieur. La jeune Laëtitia Clément est la révélation du film tant elle capte la caméra par son énergie. Rod Paradot, incarnant également un personnage blessé mais profondément doux et gentil, prouve encore sa palette de jeu encore plus riche et plus intérieure. La grande force de « Luna » est d’arriver à ce point d’équilibre entre un thriller autour du mensonge de l’héroïne, le drame amoureux et les questionnements sur le phénomène de groupe. Un très bon premier film !

En bonus, vous trouverez plusieurs scènes coupées, dont certaines auraient méritées  de figurer dans le film pour apporter plus de liant. Figurent aussi les deux courts-métrages ADA, qui suit un jeune homme de 16 ans, qui va tomber amoureux d’une jeune fille, elle-même violée (on retrouve beaucoup de thèmes et une atmosphère similaire à LUNA), ainsi que le court-métrage C’EST A DIEU QU’IL FAUT LE DIRE, traitant d’un sujet différent, la difficulté d’une mère de famille africaine à jongler entre sa vie de famille et son travail.

email
SCENARIO 85%
MISE EN SCENE 81%
ACTEURS 83%
PHOTOGRAPHIE 85%
BANDE SON 78%
APPRECIATION GENERALE 86%
Vote final

Pour son premier long-métrage (après deux courts déjà brillants), "Luna" confine au véritable coup de maître ! Porté par Laëtitia Clément qui irradie le film et Rod Paradot qui confirme après "La tête haute", "Luna" bluffe par sa maîtrise du suspense et du rythme ! Une excellente surprise à découvrir d'urgence !!

Note finale 83%