Nos avis Ciné

Lost river : Hypnotique


Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

  • Réalisateur(s): Ryan Gosling
  • Acteurs principaux: Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain de Caestecker
  • Date de sortie: 08/04/2015
  • Nationalité: Américaine

o-LOST-RIVER-facebook

 

Véritable sex-symbol, Ryan Gosling (qui a séduit tout le monde dans « Drive », « Crazy stupid love » ou encore « The place beyond the pines ») passe cette fois à la réalisation avec son tout premier long métrage. Dans « Lost river », Gosling s’inspire de la crise économique en prenant appui sur la ville de Détroit aux Etats-Unis, devenue une ville fantôme et le symbole des ravages où il n’y a plus rien. De ce lieu particulier, Gosling livre un véritable conte sombre, glauque et hypnotique, autour d’une mère et ses deux fils (un jeune adulte et un plus jeune) qui tentent de survivre dans un monde sans vie.

Clairement nourri de nombreuses références, on retrouve des inspirations visuelles venues tout droit du cinéma de David Lynch, de Nicholas Winding Refn (réalisateur de « Only God forgives » et « Drive » dans lesquels jouait Ryan Gosling) ou encore de Terrence Malick, dans la manière dont est placée la nature en position supérieure à l’homme. Au-delà de ses inspirations, « Lost river » se voit comme un conte cauchemardesque, mais filmé avec une lumière proche du rêve. Cela fait une bonne dizaine de jours que j’ai vu ce film, et après une impression bonne sans plus, il faut dire que le temps passant, c’est un film qui ne s’oublie pas et qui reste dans les mémoires, pour son atmosphère si particulière et assez envoûtante.

« Lost river » soulève aussi la question qui est de savoir comment survivre dans un monde vidé de toute substance de vie? Le fils aîné aura des soucis avec celui qui se revendique comme le dealer de la ville, alors que la mère entrera dans un club très particulier, qui mélange sexe et violence (il est notamment question de se scarifier pour faire plaisir aux « clients »). Finalement, on se dit que dans un monde où le pessimiste et le chaos règne,  les deux seules choses pour lesquels les gens sont prêts à payer, c’est le sexe et le plaisir de voir des êtres faussement se faire mal, comme pour exorciser ses propres peurs. Si le récit du film a parfois quelques trous d’air, et s’il ne se passe pas grand chose globalement, le film se sublime surtout pour son ambiance particulière, et aussi son casting plûtot bon, du jeune Iain de Caestecker, véritable sosie de Ryan Gosling, en passant par Eva Mendes et Reda Kateb, bien que sous-utilisé à mes yeux.

Ryan Gosling passe derrière la caméra...

Ryan Gosling passe derrière la caméra…

email
SCENARIO 73%
MISE EN SCENE 82%
ACTEURS 78%
BANDE SON 85%
PHOTOGRAPHIE 83%
APPRECIATION GENERALE 72%
Vote final

Si "Lost river" a quelques défauts (des longueurs, un récit parfois un peu brouillon), le film parvient à ne pas laisser indifférent, et captiver pour son ambiance glauque et terrifiante d'une ville sans vie. Pour son premier long-métrage, Ryan Gosling signe un objet sombre et oppressant, nourri de multiples influences.

Note finale 78%