Nos avis Ciné

Les visiteurs 3, la révolution : Un vrai ratage !!


Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française… Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu’à un fil.

  • Réalisateur(s): Jean-Marie Reno
  • Acteurs principaux: Christian Clavier, Jean Reno, Karin Viard, Alex Lutz, Franck Dubosc
  • Date de sortie: 06/04/2016
  • Nationalité: Française
Reno et Clavier dans leurs rôles de Godefroy et Jacquouille !!

Reno et Clavier dans leurs rôles de Godefroy et Jacquouille !!

Depuis sa sortie en 1993, « Les visteurs » est devenu une des comédies les plus populaires dans le cinéma français. Après avoir cartonné à la surprise générale avec plus de 13,6 millions d’éntrées. Sa suite sortie en 1998 sous-titrée « les couloirs du temps » avait rassemblée 8 millions d’entrées. Mais à force de trop en vouloir, un remake américain a vu le jour (toujours avec Christian Clavier et Jean Reno) avait été un échec artistique et commercial retentissant, dont la société de distribution Gaumont a eu un peu de mal à se remettre, raison pour laquelle cette suite directe des Visiteurs 2 a mis autant de temps à voir le jour, 18 ans exactement après le deuxième opus. Avant de commencer, il faut rappeler que ce film a soulevé de vives polémiques, d’abord autour de l’absence du nom de l’acteur noir sur l’affiche du film. De plus, presque tous les critiques presses se sont vus interdire l’accès aux projections privées, le studio Gaumont craignant des critiques trop négatives risquant de plomber le film. Toutefois, si je suis résolument contre ces interdictions d’avant-première presse, il faut aussi regretter que certains critiques sont extrêmement durs et oublient que ce sont ces films à gros budget qui permettent à des films aux budgets plus modestes d’exister, grâce au mode de financement du CNC.

« Les visiteurs 3 » figurait donc parmi les films assez attendus de cette année 2016, de par les très bons souvenirs d’enfance des deux premiers films, remplis de répliques cultes qui ont bercé l’imaginaire collectif de beaucoup de monde. Malheureusement, je suis contraint et forcé d’aller dans le même sens que mes confrères critiques, tant cette suite est une immense déception et je vais vous expliquer pourquoi. Tout d’abord, le film débute d’une manière étrange, en s’inspirant de « Star Wars » et son bandeau défilant, pour nous raconter brièvement les évènements des précédents films sans aucun humour. Sans rentrer directement dans le vif du sujet, le film va dérouler pendant 1h50, un scénario très peu travaillé et extrêmement vide. Car si l’on pouvait s’attendre à cette fameuse révolution qui mettrait en scène Godefroy de Montmirail et son fidèle écuyer Jacquouille en train de lutter pour leur survie et contre l’affreux Robespierre, « Les visteurs 3 » omet complètement tout aspect historique, alors que la Révolution contient bon nombre d’éléments à exploiter. Mais le pire, c’est que l’on ne rit quasiment jamais, et on a l’impression constante que Jean-Marie Poiré a tout simplement oublié de mettre des gags dans son film, ce qui est très embêtant pour une comédie, qui plus est dans une comédie culte telle que « Les visiteurs ».

Pour être honnête, et sans aucune exagération, l’aspect comique du film ne tourne qu’autour de deux choses en boucle pendant tout le film : les odeurs d’haleine et de pied des protagonistes d’un côté et l’humour scatologique de l’autre (il y est constamment question de caca sous toutes ses formes). Si cela faisait aussi parti de l’ADN des premiers films, il y’avait aussi d’autres éléments (des jeux de mots, les différences dans la nourriture des deux époques mais aussi des situations comiques avec des énormes maladresses de la part de Jacquouille). Ici, les différentes facettes de l’humour des Visiteurs est complètement absent, et cette obsession pour les excréments lassent très vite, d’autant plus quand l’absence de narration se fait cruellement ressentir où l’on s’ennuie énormément. Un mot pour les acteurs également, Christian Clavier dans son rôle de Jacquouille réhausse heureusement l’intérêt du film, et les nouveaux venus Karin Viard, Sylvie Testud et Alex Lutz s’en sortent avec les honneurs. Parce qu’à côté de cela, Jean Reno se révèle étonnamment transparent dans cette suite, et les autres acteurs sont à côté de la plaque ou n’arrivent pas à faire exister leur personnage. La surabondance des personnages fait aussi parti du cœur du problème, chacun semble jouer sa partition à part et aucun d’eux n’ont de ligne narrative bien écrite. Outre l’absence d’une trame narrative réelle, on regrettera cette mise en scène de Poiré ringarde et laide, donnant l’impression de s’être arrêté il y’a 20 ans.

Si l’on pourrait trouver une prétendue excuse au film, on pourrait dire que Jean-Marie Poiré s’est trompé d’époque, et qu’au lieu de faire plonger Godefroy et Jacquouille dans la Révolution, il aurait plutôt dû envoyer ses personnages en 2016, alors que la société s’est profondément bouleversée depuis le deuxième film en 1998, et aurait pu donner des situations loufoques autour des nouvelles technologies et des problématiques actuelles. Au lieu de cela, cette suite se révèle d’un ennui profond, qui manque d’une réelle trame narrative. La seule bonne idée du film se situe dans le dernier quart d’heure où les Visiteurs sont projetés dans une autre époque (que je ne révèlerais pas) mais qui aurait été passionnant à voir sur la longueur.

email
SCENARIO 21%
MISE EN SCENE 38%
ACTEURS 61%
PHOTOGRAPHIE 43%
HUMOUR 16%
APPRECIATION GENERALE 37%
Vote final

Vraiment décevant, « Les visiteurs 3 » se révèle même très embarrassant tant le film manque réellement d'humour et de gags (qui faisaient pourtant l'essence même des premiers films). Mou et bâclé, cette suite est donc un ratage artistique, principalement par son très gros problème d'écriture dans le scénario.

Note finale 36%