Nos avis Ciné

Les Tuche 3 : le film de trop ?


 Jeff Tuche, se réjouit de l’arrivée du TGV dans son cher village. Malheureusement, le train à grande vitesse ne fait que passer, sans s’arrêter à Bouzolles. Déçu, il tente de joindre le président de la République pour que son village ne reste pas isolé du reste du territoire. Sans réponse de l’Élysée, Jeff ne voit plus qu’une seule solution pour se faire entendre : se présenter à l’élection présidentielle… Profitant de circonstances politiques imprévisibles, Jeff Tuche et toute sa famille vont s’installer à l’Élysée pour une mission à haut risque : gouverner la France.
  • Réalisateur(s): Olivier Baroux
  • Acteurs principaux: Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau
  • Date de sortie: 31/01/2018
  • Nationalité: Française

VU EN AVANT-PREMIERE

En juillet 2011, une petite comédie sans prétention sort sur les écrans en pleine Fête du cinéma. Réalisé par Olivier Baroux (issu du fameux duo Kad et Olivier), le succès est correct avec 1.5 million de spectateurs. Un score honorable mais loin d’être un carton absolu. Cependant, la première diffusion télé et la sortie DVD propulsent le film au rang de film culte, avec de multiples répliques entrant dans la culture populaire (à l’instar des « Visiteurs », « Bienvenue chez les ch’tis » ou encore « La cité de la peur »). Cinq ans plus tard, en 2016, « Les Tuche 2 » transportait la famille en Amérique et attirait pour cela 4.6 millions de spectateurs dans les salles. Olivier Baroux souligne le phénomène Tuche : « Il s’est passé un truc fou, les gens se sont appropriés le film pendant trois ou quatre ans sur les réseaux sociaux. Des répliques sont devenues cultes. Le look d’Isabelle Nanty et celui de Jean-Paul Rouve se sont incrustés dans la mémoire populaire, au-delà de nos frontières… En Belgique, une équipe de handball s’est même appelée les Tuche. Nos personnages nous ont échappés ! »

Après avoir suivi la famille Tuche à Monaco après avoir remporté 100 millions d’euros, puis aux Etats-Unis pour l’anniversaire du cadet de la famille Coin-Coin, « Les Tuche 3 » suit la plus célèbre famille originaire de Bouzolles propulsée à l’Elysée. Pour protester contre l’absence d’une ligne TGV dans son village dans lequel il est devenu maire, Jeff Tuche décide de se présenter aux élections présidentielles. Arrivé 5ème avec 12% des votes, il va se retrouver qualifié au second tour, dans un incroyable (et improbable) concours de circonstances. Puis lors du débat d’entre deux tours, il va faire péter les plombs au Président sortant et accéder à la fonction suprême. Si Olivier Baroux reprend les mêmes codes qui ont fait le succès des deux précédents films, il pousse le curseur encore plus loin dans l’absurde. Mais cette fois, à force de trop tirer sur la corde, celle-ci finit par s’user. S’il est normal pour un troisième opus de perdre un peu la fraîcheur du film original, on peut regretter que le film s’enfonce beaucoup trop loin dans une comédie avec une absence totale de crédibilité. Entendons nous bien, j’ai toujours considéré que l’on pouvait aimer aussi bien des films d’auteur ET des comédies populaires. Les deux premiers « Tuche » étaient des comédies tout à fait honorables et qui savaient provoquer le rire d’une manière spontanée.

Mais ici, ce « Tuche 3 » pêche sérieusement dans son scénario, et se contente de recycler les blagues des deux premiers films, et insistant sur la bêtise et l’inculture totale de la famille Tuche. Si les deux premiers films avaient deux fils rouge passionnants (l’argent qui ne fait pas le bonheur dans le premier, l’importance de la famille quelque soit les différences de chacun), ce troisième opus nous apparaît dénué d’intérêt et très inconsistant dans son humour. Bizarrement, on rit très peu. Comme si les ressorts comiques s’étaient cassés et que les nouvelles situations (la confrontation de Jeff au pouvoir) ne sont jamais abordés avec sérieux et restent à l’état d’ébauche permanente. Quand aux personnages secondaires, leur storyline est réduite à portion congrue. Cathy Tuche continue de jouer la mère de famille en voulant imposer sa cuisson des frites à la cuisine de l’Elysée, Stéphanie tombe amoureuse d’un auteur bobo parisien, Mamie Suze est devenue fan de hard-rock et Wilfried continue d’exposer sa bêtise sans jamais se remettre en question. Seul le personnage Donald (alias Coin-coin) conserve une évolution plus ou moins intéressante. Le plus intelligent de la famille a cette fois des soucis d’ordre va découvrir l’amour avant d’aider son père dans la gestion de la France. On ressort du film avec cette désagréable impression que cet opus n’aura pas véritablement fait avancer les lignes, et qu’Olivier Baroux aurait pu développer milles idées comiques dans son scénario, à l’instar de ce qui se fait à la télévision (Veep, Alphonse président).

 

 

email
SCENARIO 46%
MISE EN SCENE 51%
ACTEURS 71%
HUMOUR 56%
APPRECIATION GENERALE 52%
Vote final

Après deux épisodes honorables et plutôt créatifs, ce 3ème opus des "Tuche" déçoit dans son manque d'imagination comique. Recycler les meilleures blagues en faisant du "fan-service" ne suffit pas à faire un bon film. Son scénario sonne finalement assez creux, où l'absence d'évolution des personnages se fait cruellement ressentir. Reste l'énergie communicatives des comédiens, Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty en tête.

Note finale 55%