Nos avis Ciné

Les Tuche 2 : Une suite délirante !


À l’occasion de l’anniversaire de « coin-coin », le benjamin de la fratrie, la famille Tuche part le retrouver aux États-Unis : les choses ne vont pas se passer comme prévu, mais alors pas du tout.

  • Réalisateur(s): Olivier Baroux
  • Acteurs principaux: Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau
  • Date de sortie: 03/02/2016
  • Nationalité: Française
Un pour Tuche, Tuche pour un !

Un pour Tuche, Tuche pour un !

 

En 2011, « Les Tuche » avait rencontré un vif succès aussi bien public (avec plus d’1,5 million d’entrées) que comique, puisque le film est peu à peu devenu un film culte, à la surprise générale de son réalisateur Olivier Baroux. Ainsi il déclare : « On n’avait absolument pas idée de faire le 2 quand on a tourné le 1. C’est assez rare d’imaginer une suite lorsqu’on tourne un film. C’est le public qui a décidé, en fait. Sur internet, des gens s’amusent à faire des remix avec les meilleures répliques du film. Les gens se sont complètement appropriés le film et ça devient un objet familial. » Ecrit par des scénaristes des Guignols de l’Info de Canal +, Les Tuche repose sur des dialogues des plus savoureux pour illustrer le décalage entre la famille Tuche et la culture dans laquelle ils se trouvent immergés.

Après Monaco dans le premier opus, la célèbre famille Tuche s’envole pour les Etats-Unis, afin de fêter le seixième anniversaire de Donald, alias « coin-coin », qui vit son rêve américain, en faisant des études spécialisées et se trouve amoureux d’une américaine. Ayant peur d’être rejeté par sa belle-famille bourgeoise, « coin-coin » va avoir l’idée de dire que son père est un célèbre chirurgien esthétique. C’est donc reparti pour une folle aventure, alors que les Tuche ont encore de l’argent gagné au Loto. Si l’on reste sur le même principe que le premier film (le décalage culturel avec les américains, et le décalage social entre les Tuche maladroits et les Américains, issus de différentes conditions), Olivier Baroux immisce de nouveaux éléments qui nous attache encore à cette famille totalement hors du temps que l’on pensait connaître par coeur (tout la famille craque sur « La petite maison dans la prairie »).

Le premier film se concentrait essentiellement sur le rapport à l’argent, et l’on suivait comment les Tuche dépensaient n’importe comment leur argent (en achetant un photomaton dans leur salon, ou encore en lavant le linge avec du parfum Chanel). Pour éviter la répétition, Olivier Baroux a eu l’idée de montrer d’une part les évolutions des personnages dans ce rapport à l’argent, comme par exemple avec la soit disant prudence de Jeff, le père de famille, possédant 15 cartes bleues. D’autre part, le film prend le parti d’aborder les conflits des personnages avec leurs propres origines. Les personnages sont confrontés à ce conflit identitaire par différents biais, pour les parents Tuche, cela va passer par un sérieux conflit qui va les interroger sur les origines de leur amour, pour Coin-coin, il s’agira pour d’assumer le caractère particulier de sa famille auprès de sa belle-famille. Et pour le grand frère qui souhaite devenir rappeur, cela passera par le fait d’assumer son homosexualité qui avait déjà effleuré dans le premier film.

Potache et tordant, « Les Tuche 2 » n’hésite pas à flirter avec la parodie franchement drôle. Alors, oui, ce numéro 2 est peut-être un cran du premier film (l’effet de surprise a disparu, et le film comporte un petit trou d’air aux 2/3 du film). Mais néanmoins, on rit toujours énormément aux gags et facéties de la famille Tuche, entre confrontation perpétuelle avec l’Amérique profonde (on y voit des cow-boys, des indiens et même des membres du Ku Klux Klan (ce groupuscule qui prône la suprématie de la race blanche) Mais pas d’inquiétude, c’est loin d’être un film politique mais surtout une comédie qui se veut hyper familiale et véhicule de très belles valeurs d’humanité, de respect et de d’acceptation. En témoigne la fin du film qui ose montrer quelque chose de rare, voire d’inédit dans la comédie française, preuve d’une certaine modernité, alors que l’on s’y attendait pas du tout. Servis par des dialogues croustillants, les acteurs excellent, on assiste au véritable show de Jean-Paul Rouve en Jeff Tuche (qui s’est inspiré de l’accent dunkerkois, sa ville d’origine), et Isabelle Nanty est une nouvelle fois formidable, tout comme Theo Fernandez (alias Coin-coin) et Claire Nadeau (alias Mamie Suze, qui a un rôle plus important dans ce film où elle sauve à plusieurs reprises la famille de la catastrophe).

Difficile d’en dire beaucoup plus sans dévoiler des gags qui gagnent à être découverts avec l’effet de surprise, mais je peux vous dire qu’avec « Les Tuche 2 », on passe un très bon moment, délirant et cocasse, avec certaines répliques encore une fois (comme dans le premier film) sont destinées à devenir cultes.


 

email
SCENARIO 82%
MISE EN SCENE 77%
ACTEURS 88%
HUMOUR 93%
PHOTOGRAPHIE 85%
APPRECIATION GENERALE 85%
Vote final

Un cran en dessous du premier (l'effet de surprise émoussé), "Les Tuche 2" est néanmoins une suite délirante et tordante qui se concentre autour de l'identité forte des membres de cette famille. Un carton assuré !

Note finale 85%