Nos avis Ciné

Les têtes de l’emploi : Une courbe en dents de scie…


Stéphane, Cathy et Thierry sont les meilleurs employés de l’Agence pour l’Emploi de leur ville. Mais leurs résultats sont tellement bons que l’agence va devoir fermer faute de chômeurs ! Les trois collègues ont alors la folle idée de créer du chômage pour sauver leur poste.

  • Réalisateur(s): Alexandre Charlot et Franck Magnier
  • Acteurs principaux: Franck Dubosc, Elsa Zylberstein, François-Xavier Demaison
  • Date de sortie: 16/11/2016
  • Nationalité: Française

504285

Après avoir fait leurs début en tant qu’auteurs aux Guignols de l’info, le duo Alexandre Charlot/Franck Magnier sont passés au cinéma, en réalisant « Imogène McCarthery » (avec Catherine Frot) et l’adaptation de la bande dessinée « Boule et Bill ». Déjà acteur dans ce dernier film, Franck Dubosc a décidé très vite de jouer ce personne de Stéphane, représentant selon moi « un monsieur tout le monde, désabusé, fort dehors mais faible dedans. Il a une faille intime mais il faut gratter longtemps pour la voir. Jusqu’ici c’était l’inverse : fort dedans, faible dehors…Patrick Chirac dans Camping, c’est exactement ça… ». Au départ écrite comme une succession de sketches, l’histoire s’est vu réécrite par les deux réalisateurs qui ont voulu développé leurs personnages comme l’explique Franck Magnier : « On ne peut pas aborder un sujet douloureux comme le chômage et toute la détresse qu’il provoque sans être sûr de deux choses : il faut faire rire et il faut humaniser les protagonistes de l’histoire. Mais la difficulté est de ne pas transformer le film en simple véhicule à blagues ou à gags. »

« Les têtes de l’emploi » aborde une nouvelle fois la question du chômage, près d’un mois après la sortie de « Moi, Daniel Blake », auréolé de la Palme d’or. Alors que le film de Ken Loach déployait un drame social brut et cruel, Alexandre Charlot et Franck Magnier prennent l’option de la comédie pour nous parler de ces agents de Pôle emploi, qui ont radiés tout le monde (après avoir suivi leurs consignes) et qui s’apprêtent à se retrouver eux aussi au chômage. « Les têtes de l’emploi » est en quelque sorte la face burlesque du cinéma de Ken Loach, où tout en abordant des questions sérieuses, le film parvient à faire rire par le renversement de situation, un thème phare de la comédie. Le début du film met en parallèle (en images d’archives) les discours politiques et les fermetures successives d’entreprise, tout en montrant des gens radiés de l’agence pour l’emploi. Comique dans son entrechoquement entre les discours et la réalité, cette introduction originale laisse place à la traditionnelle présentation des personnages, en se concentrant sur trois agents : Stéphane, un moustachu acariâtre, habitué à radier à tour de bras, Cathy, une agent à la vie amoureuse inexistante et Thierry, un idéaliste qui veut garder la mission principale de son travail, à savoir aider les gens.

Stéphane, Cathy et Thierry vont être confrontés à la fermeture de leur agence, c’est alors qu’ils vont avoir l’idée de fabriquer du chômage. De là, le film est truffé de gags plus ou moins réussis, comme cette séquence où ils vont tenter de mettre des vers dans la vitrine du boucher, ou encore cette séquence hilarante où ils vont placer sur la liste de recrutement d’une usine qui s’implante dans la région, des chômeurs incasables, à cause de leur particularité (un homme colérique, un autre qui se travestit ou encore une femme qui tombe dans les pommes à la moindre émotion). Si le pitch, tout comme certaines séquences font beaucoup rire, on regrette que le film s’éssoufle par moments, à cause d’un manque de rythme. La comédie tourne essentiellement autour du jeu de ses trois acteurs, en particulier, Franck Dubosc dans un rôle plus nuancé et Elsa Zyberstein assez délirante. Néanmoins, les acteurs ne parviennent pas à masquer la mise en scène terriblement plate et l’image affreusement laide, comme si celle ci devait se calquer sur son sujet du chômage.

email
SCENARIO 69%
MISE EN SCENE 52%
ACTEURS 68%
PHOTOGRAPHIE 39%
HUMOUR 73%
APPRECIATION GENERALE 70%
Vote final

Si l'on ne passe pas forcément un moment désagréable (par ce renversement plaisant d'employés de Pôle emploi mis à leur tour au chômage), « Les têtes de l'emploi » ne va pas aussi loin qu'il aurait pu aller, et propose un récit en dents de scie manquant de rythme. Une comédie au sujet en or, mais qui au final, est loin d'être inoubliable.

Note finale 61%