Nos avis Ciné

Les souvenirs : Tendre


Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l’instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant de s’en foutre. Son colocataire a 24 ans. Il ne pense qu’à une chose : séduire une fille, n’importe laquelle et par tous les moyens. Sa grand-mère a 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu’elle fait avec tous ces vieux.
Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s’est évadée en quelque sorte. Romain part à sa recherche, quelque part dans ses souvenirs…

  • Réalisateur(s): Jean-Paul Rouve
  • Acteurs principaux: Michel Blanc, Annie Cordy, Mathieu Spinosi
  • Date de sortie: 14/01/2015
  • Nationalité: Française
Un film tendre et sensible

Un film tendre et sensible

 

Deux ans après le touchant « Quand je serai petit », Jean-Paul Rouve affine et confirme sa volonté de mettre en scène une histoire sensible, tendre et touchante. Avec ce troisième long-métrage, il prouve une réelle capacité de réalisateur, assez loin de ses talents de comédien « comique » potache (comme « Les Tuche » ou encore « Low cost »). « Les souvenirs » raconte la relation complexe d’une famille, centrée sur la relation entre la grand-mère (Annie Cordy) qui vient d’être envoyée en maison de retraite et son petit-fils, interprété par le jeune Mathieu Spinosi. Dans une grande sensibilité, Jean-Paul Rouve parvient à faire de cette histoire, certes lente, un film qui décortique les relations familiales et souligne les non-dits entre le père (Michel Blanc) et la grand-mère, qui ne comprennent plus.

Non seulement, le film évite toute mièvrerie, mais il se révèle surtout très drôle par moments, particulièrement lorsqu’il nous montre les réactions des membres de cette famille, qui apprend à vivre et à évoluer ensemble. De cette relation grand-mère/petit-fils, naît un film tantôt drôle et tantôt émouvant. Mais il est important cependant de préciser que comme son précédent film, Jean-Paul Rouve n’en rajoute pas, et coupe sa caméra juste au bon moment, ce qui empêche le film d’être tire-larmes. Du coup, il faut le dire, le film n’est pas triste à en pleurer, mais possède une tristesse sous-terraine, qui infuse dans la tête du spectateur, en jouant sur la nostalgie universelle du temps qui passe.

Certes, le film adopte un rythme très lent mais c’est pour la bonne cause, car le film possède une véritable âme, à la fois douce dans les sentiments démontrés et amère dans le rapport avec la société (les scènes dans la maison de retraite soulignent le décalage entre la société et les personnes). Sans être révolutionnaire et si le scénario est assez simpliste, « Les souvenirs » est un film tendre qui repose essentiellement sur ses acteurs, dans le trio Michel Blanc-Annie Cordy-Mathieu Spinosi, tous trois très convaincants. On peut regretter seulement que la « vie amoureuse » du personnage de Romain soit si présente (alors que ça me semble moins intéressant) et qu’à contrario, la vie du couple entre les personnages de Michel Blanc et Chantal Lauby, pas suffisamment exploitée.

Les souvenirs

 

email
SCENARIO 71%
MISE EN SCENE 81%
ACTEURS 86%
PHOTOGRAPHIE 84%
HUMOUR 78%
APPRECIATION GENERALE 81%
Vote final

Bien que son scénario soit relativement basique, voire simpliste, "Les souvenirs" possède possède une indéniable douceur nostalgique portée par la mise en scène sensible (mais pas mièvre) de Jean-Paul Rouve.

Note finale 80%