Nos avis Ciné

Les enquêtes du département V, Miséricorde et Profanation : le polar nordique à l’état pur


Miséricorde : Après une bavure qui coûte la vie à l’un de ses collègues et laisse son meilleur ami paralysé, l’inspecteur Carl Mørck a presque tout perdu. Mis sur la touche, privé du droit d’enquêter, il est chargé d’archiver les vieux dossiers du commissariat avec Hafez el Assad, l’assistant d’origine syrienne qui lui est imposé. Mais très vite, les deux policiers désobéissent à leur supérieur et rouvrent une enquête jamais résolue, la disparition mystérieuse d’une jeune politicienne prometteuse survenue cinq ans auparavant. C’est la naissance du Département V et sa première enquête…

Profanation : En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus.
Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

  • Réalisateur(s): Mikkel Norgaard
  • Acteurs principaux: Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, Pilou Asbaek
  • Date de sortie: 08/04/2015
  • Nationalité: Danoise

Les enquêtes du département V

Véritable carton au Danemark, « Les enquêtes du département V » (prononcez « V » comme la lettre et non le chiffre romain « 5 ») est avant tout une sage de 5 romans de Jussi Adler-Olsen. Son adaptation sur grand écran se fait d’une manière atypique, puisque son distributeur Wild Bunch a sorti le premier volet « Miséricorde » directement en VOD le 27 mars dernier, alors que pour le second volet « Profanation », le distributeur a opté pour une sortie classique en salles depuis le 8 avril. Une stratégie originale et de mon point de vue réussie, puisque cela permet de découvrir à un moindre frais la « série » (par le biais du téléchargement légal ou par la vidéo à la demande) et le premier opus donne sérieusement envie de voir la suite. En regardant ces deux adaptations (d’un roman policier que je ne connaissais pas), on pense immédiatement et inévitablement à la saga « Millénium » du suédois Stieg Larsson, (et dont la saga suédoise et l’adaptation de David Fincher étaient de haute qualité) dans l’atmosphère glaciale et pesante, entre thriller et enquête sur le long cours. En partant d’un meurtre suspect, on déroule le fil de l’enquête qui se reconstruit façon puzzle où les non-dits règnent, ce qui rend les deux films particulièrement haletant et plaisant à suivre.

Le premier film « Miséricorde » pose les bases de la saga, en reprenant certains codes du film noir : deux enquêteurs au caractère totalement différents qui vont devoir travailler ensemble, la réouverture d’enquêtes jamais résolues, la lumière qui alterne des bureaux très sombres et des espaces ouverts lumineux. Ce film, un peu plus optimiste que le second, met l’accent sur la rivalité politique et les luttes de pouvoir avec une pointe d’humour, englobé par un suspense prégnant incontestable, qui montera crescendo en invitant le spectateur, souvent surpris par les rebondissements, à s’intégrer dans le récit.

Plus sombre et plus violent, le second film « Profanation » est plus sec et plus dérangeant que « Miséricorde ». A la manière des polars et séries nordiques, l’intrigue se construit sur une multitude de couches (un homme dévasté par la mort de ses deux enfants, puis il se suicide, puis un témoin apparaît, etc…) Sans en dire trop sur la suite du récit, « Profanation » se révèle plus complexe mais fonctionne plutôt bien et rattrape à chaque fois le spectateur, dès qu’il pourrait commencer à se perdre. Au contraire de « Millénium », il n’est pas nécessaire d’avoir vu tous le film précédent, les intrigues étant indépendantes d’un film à l’autre.

email
SCENARIO 85%
MISE EN SCENE 83%
ACTEURS 82%
PHOTOGRAPHIE 92%
BANDE SON 78%
APPRECIATION GENERALE 89%
Vote final

Fruit d'une stratégie originale de la part de distributeur Wild Bunch, "Miséricorde" (sorti en VOD le 27 mars) et "Profanation" (sorti au cinéma le 8 avril), issu des romans "Les enquêtes du département V". Captivante plongée dans les méandres des non-dits et filmé à la manière d'un puzzle, ces deux polars sombres (mais parfois drôles) témoignent d'une indéniable façon de faire, clairement inspirés de "Millenium". Un diptyque à découvrir !

Note finale 84%