Nos avis Ciné

Les combattants : Revigorant !!


Entre ses potes et l’entreprise familiale, l’été d’Arnaud s’annonce tranquille…
Tranquille jusqu’à sa rencontre avec Madeleine, aussi belle que cassante, bloc de muscles tendus et de prophéties catastrophiques. Il ne s’attend à rien ; elle se prépare au pire.
Jusqu’où la suivre alors qu’elle ne lui a rien demandé ?
C’est une histoire d’amour. Ou une histoire de survie. Ou les deux.

  • Réalisateur(s): Thomas Cailley
  • Acteurs principaux: Adèle Haenel, Kevin Azaïs
  • Date de sortie: 20/08/2014
  • Nationalité: Française
Une plongée dans la jeunesse déboussolée !

Une plongée dans la jeunesse déboussolée !

Lauréat de trois prix lors de la Quinzaine des Réalisateurs lors du dernier Festival de Cannes, « Les combattants » débarquait sur nos écrans, fin août avec une sérieuse réputation, et même un coup de maître de la part de son réalisateur, Thomas Cailley qui signe ici son premier long-métrage!

On ne présente plus Adèle Haenel (révélée dans « Suzanne » très beau film sorti en décembre dernier, elle a confirmée son talent dans « L’homme qu’on aimait trop » d’André Téchiné.) mais jusque là, elle était resté cantonnée dans des seconds rôles. Cette fois, elle endosse le rôle principal (et quel rôle!!) d’un film très différent dans le paysage cinématographique français. C’est le type de film qui vous fait voir la vie autrement et qui nous plonge dans une jeunesse déboussolée qui ne sait plus où se situer dans le monde. Cette rencontre des deux êtres différents (le personnage masculin s’occupe a construire des maisons de jardins, qui révèle l’aspect casanier et qui contraste avec l’état d’esprit de liberté du personnage féminin qui cherche par tous les moyens de fuir…)

Un récit brillamment construit !

Un récit brillamment construit !

 

Pour cette seconde partie, je vais faire pas mal de SPOILERS !!! Donc si vous voulez vous préserver le plaisir de découvrir le film, ne lisez pas !!

« Les combattants » s’illustre avant tout par un scénario brillant, construit en 3 étapes qui fondent « l’apprentissage » des 2 jeunes protagonistes. Tout d’abord, on assiste au phénomène d’un sentiment d’intrusion sur les personnages (à l’image du furet dans la piscine, les dents du personnage de Kévin Azaïs planté dans la peau d’Adèle Haenel ou encore l’intrusion de l’anglais entre deux mots français « Soldes..Sale…Soldes ») Les deux personnages vont donc vouloir « se protéger » en rentrant dans un stage dans l’armée afin de se préparer à la fin du monde !!

Puis, c’est la deuxième phase du film : l’exclusion ! Ne s’adaptant pas à la vie militaire qu’elle n’estime pas assez dure pour elle (image paradoxale de l’armée!), la fille se trouve rejetée, et ni le maquillage ni les flambys proposés à la cantine ne changeront quelques chose ! Telle la pseudo explosion de la grenade (assurément la scène la plus drôle du film), les deux protagonistes sortent du stage militaire en passant dans un sas particulier de la station-service où même le bière se trouve dépourvue d’alcool !!

Enfin, c’est le passage à l’état de nature et de survie, voulu par les personnages, où si tout semble aller au début (marqué par une scène de sexe, à l’image du film, sauvage et brute!) avant que la civilisation ne rappelle les personnages dans une scène finale angoissante et inquiétante ! Thomas Cailley n’en oublie en plus jamais l’humour, son film est à la fois un ode à la liberté et une furieuse folie revigorante !

email
SCENARIO 86%
MISE EN SCENE 84%
ACTEURS 83%
BANDE SONORE 83%
DECORS 89%
APPRECIATION GENERALE 86%
Vote final

Par sa narration séparée en trois étapes : "intrusion-exclusion-état de nature" et par le portrait de sa jeunesse déboussolée, "Les combattants" s'illustre comme un film âpre et brut sur une lutte invisible mais n'oublie jamais d'être drôle grâce à son scénario malin et son duo Adèle Haenel/Kévin Azaïs parfaitement complémentaire ! Un film revigorant !!

Note finale 85%