Nos avis Ciné

Les cerveaux : Ca ne vole pas haut mais c’est bon…


La vie de David Ghantt n’a rien de compliqué. Chaque jour, c’est la même routine : au volant de son camion blindé, il transporte des millions de dollars qui ne lui appartiennent pas. Le seul rayon de soleil dans son existence banale, c’est sa jolie collègue, Kelly Campbell. C’est elle qui va l’attirer dans une combine foireuse…
Malgré la bande de bras cassés à qui il a affaire, dirigée par Steve Chambers, et en dépit d’un plan grotesquement mal ficelé, David réussit quand même l’exploit de voler 17 millions de dollars… Le problème, c’est qu’il se fait doubler par ses complices, qui disparaissent avec le butin et lui mettent tout sur le dos.
David est dedans jusqu’au cou. Sa seule chance est de remonter la piste que laissent les braqueurs en claquant l’argent de façon aussi voyante que ridicule.
En cavale, traqué par les autorités et pourchassé par un drôle de tueur à gages, David va tout tenter pour reprendre l’avantage et doubler à son tour ceux en qui il avait le plus confiance…

  • Réalisateur(s): Jared Hess
  • Acteurs principaux: Zack Galifianakis, Kristen Wiig, Owen Wilson
  • Date de sortie: 23/11/2016
  • Nationalité: Américaine

V12OiwB

La production de « Masterminds » rebaptisé « Les cerveaux » en France a connu un véritable chemin de croix avant d’atterrir dans nos salles. Initialement prévu pour l’été 2015, le film a été repoussé d’abord en novembre 2015, avant de sortir finalement plus d’an après. Cette décision fait suite à la faillite de son distributeur Relativity Media. Sorti en septembre dernier aux Etats-Unis, « Les cerveaux » a été un véritable four outre-Atlantique, signant l’un des pires scores de l’année. Cet échec était-il mérité ? Le film repose en tout cas sur des faits réels, il s’agit du braquage de la banque Loomis en 1997, où 17,3 millions de dollars en liquide ont été dérobés par le convoyeur David Ghantt et cinq autres personnes. « Les cerveaux » fait parti de ces comédies américaines ne faisant pas dans le demie-mesure quand il s’agit de déployer un humour gras et vulgaire. Pour ce faire, le cinéaste Jared Hess a fait appel à Zach Galifianakis, connu pour son physique gros nounours et barbu dans « Very bad trip ».

« Les cerveaux » reprend une trame assez classique de la comédie, à savoir celui du personnage bon à rien et méprisé de tous, qui par amour, va cambrioler sa propre entreprise. Sauf que Kelly, l’ex-employée qui lui propose ce casse, joue un double jeu, tenue de son côté par son fiancé dans ce piège. En reprenant les codes des films de braquage, « Les cerveaux » est une franche comédie qui par moments, parvient à faire pleurer de rire. Si au départ, la comédie se développe autour du personnage naif et de ce grand enfant qu’est David, et de ce braquage qui ne passe pas du tout comme prévu (après avoir oublié de débrancher une caméra), le film prend une tournure différente avec la course-poursuite entre David et ses sbires d’un côté et la police de l’autre. Certes, rien ne vole très haut dans cette comédie misant énormément sur un humour gras et scatophile, mais rien que la présence de Zack Galifianakis suffit à rehausser ce film, qui n’est pas très fin dans son scénario.

Après une première demie-heure très prenante, la suite du film relâche un peu les pédales niveau blagues, malgré quelques saillies humoristiques. « Les cerveaux », qui fait régulièrement des clins d’oeil au cinéma des frères Coen, s’aligne ainsi sur la plupart des comédies américaines mettant en lumière des personnages idiots mais attachants qui vont être confrontés à des situations folles, à l’instar de multiples buddy-movie. Une recette inusable en fait…

email
SCENARIO 69%
MISE EN SCENE 64%
ACTEURS 75%
PHOTOGRAPHIE 67%
HUMOUR 73%
APPRECIATION GENERALE 66%
Vote final

Contrairement à ce que son titre indique, le film ne nécessite pas d'être « une tête » pour être vu, mais « Les cerveaux » est une comédie loufoque et décomplexée. Très idiot et vulgaire, ce délire n'a rien de honteux, même s'il aura du mal à se hisser au rang des comédies américaines phares.

Note finale 69%