Nos avis Ciné

Le labyrinthe : le nouveau Hunger Games ?


Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

  • Réalisateur(s): Wes Ball
  • Acteurs principaux: Dylan O’Brien, Aml Ameen, Will Poulter
  • Date de sortie: 15/10/2014
  • Nationalité: Américaine
Un film haletant...

Un film haletant…

Un mois tout juste avant la sortie du film du 3ème volet d' »Hunger games », voilà une nouvelle adaptation littéraire pour ados qui déboule sur nos écrans, après les nombreuses adaptations sorties ces dernières années, la dernière en date, « Divergente ». Si le parallèle de ce « Labyrinthe » avec « Hunger games » peut paraître évident, il est pourtant inévitable, dans sa dystopie, son rapport à la jeunesse sacrifiée, cette galeries d’ados aux motivations différentes, et sa violence effective, qui est plus souvent suggérée que montrée.

Comme le premier « Hunger games », « Le labyrinthe » parvient parfaitement à remplir son rôle de divertissement (presque tout public) et distille un suspense haletant dans un film, certes long (2h) mais qui n’ennuie jamais le spectateur tant l’immersion dans cette histoire est faite. Intriguant et captivant, « Le labyrinthe » s’appuie à démontrer d’abord la difficile vie dans un collectif très hiérarchisé, mais aussi la crainte de l’inconnu ou encore la transmission d’une génération à une autre.

Huis clos tendu et efficace !

Huis clos tendu et efficace !

 

Dès le générique d’ouverture, le spectateur se trouve au même niveau que le jeune personnage principal Thomas, pour renforcer ce sentiment d’immersion et d’attachement au personnage. Une fois arrivé dans ce camp encerclé par les murs du labyrinthe, le film sert un véritable huis-clos fantastique (et même plusieurs huis-clos, le camp de base étant lui-même enfermé dans le huis clos du labyrinthe). L’exploit aussi du film est dépasser clairement le simple film pour ados (ce que n’avait pas à mon sens réussi « Divergente ») tant les problématiques soulevées par le film sont universelles et toucherait tous les âges.

La mise en scène dynamique et habile de Wes Ball est très honnête et intelligente, et joue sur les changements d’échelle de plans et de zoom avant ou arrière pour renforcer l’enfermement des personnages ou pour « pousser » le personnage vers cette grande porte du labyrinthe, bien aidé par la bande son efficace et assez effrayante et des effets spéciaux immersifs et souvent impressionnants (les scènes avec les griffeurs en particulier).

Si tous les acteurs ne sont pas suffisamment exploités, nul doute qu’ils le seront dans les prochaines suites de ce film hautement addictif.

email
SCENARIO 86%
MISE EN SCENE 93%
ACTEURS 74%
BANDE SON 87%
EFFETS SPECIAUX 90%
APPRECIATION GENERALE 85%
Vote final

Immersif et prenant, "Le labyrinthe" surprend par sa capacité à dépasser le simple film destiné aux ados, et parvient avec un propos parfois dur et cruel dans ce huis-clos tendu, des effets spéciaux impressionnants et une mise en scène bien pensée, à atteindre la qualité du premier "Hunger games"

Note finale 85%